Le Roy repart en campagne avec la RD Congo
© AFP

Sept ans après sa dernière participation, la RD Congo retrouve la Coupe d'Afrique des nations et compte sur la science de l'inusable Claude Le Roy pour jouer les trouble-fête.

Difficile de dénicher un meilleur spécialiste de la CAN que le technicien français, qui aborde son 7e tournoi africain, un record. Pour les autorités congolaises, personne d'autre que le Breton de 64 ans ne pouvait relancer les Léopards après 3 échecs en phase qualificative.

"Je suis venu à la demande du président de la République (Joseph Kabila, ndlr), a confié Le Roy à l'AFP. Il m'a appelé en disant qu'il fallait se qualifier pour la CAN après en avoir raté trois. J'avais quitté la RDC en 2006 malgré une proposition de prolongation de contrat".

L'exploit réussi cette année-là en Egypte et la place de quart de finaliste obtenue à la surprise générale avaient encore un peu plus nourri la légende africaine de Le Roy, le premier à avoir obtenu le surnom de "sorcier blanc" après son succès continental avec le Cameroun en 1988.

En plein marasme, la RD Congo, sacrée en 1968 et 1974, n'avait pas d'autres choix que de lier une nouvelle fois son destin à celui du Français. La dernière aventure africaine de Le Roy remontait à 2008 avec une place de demi-finaliste avec le Ghana. Depuis, l'entraîneur a connu quelques expériences malheureuses à Oman (2008-2011) et en Syrie avant de répondre favorablement à l'appel de la RD Congo.

Le creuset du TP Mazembé
"L'équipe était dans un sale état et les vedettes locales n'étaient plus intéressées par la sélection nationale, a-t-il rappelé récemment. En raison de l'instabililté politique dans le pays, le football était passé au second plan et la priorité a d'abord été de restaurer la confiance. La RD Congo a trop de potentiel pour accepter de ne pas figurer parmi les meilleures équipes du continent".

Avec le Tout Puissant Mazembé, vainqueur de la Ligue des champions africaine en 2009 et 2010, un des clubs les mieux structurés du continent, Claude Le Roy peut s'appuyer sur des fondations solides. Aux côtés des nombreux expatriés (dont Mongongu, Mulumbu, LuaLua, Mbokani), cinq pensionnaires du Tout Puissant ont ainsi été convoqués pour la CAN avec comme fer de lance le dribbleur Trésor Mputu, révélation de la CAN-2006 à tout juste 20 ans.

"L'équipe nationale ne peut rien faire sans la créativité et le talent de Mputu, explique Le Roy. Il possède une technique incroyable et fait des choses à l'entraînement que peu de joueurs sont capables de faire. Il pourrait jouer dans n'importe quel club dans le monde."

Reversé dans un groupe B plutôt ouvert malgré la présence de deux demi-finalistes de la CAN-2012 (Ghana et Mali, outre le Niger), Le Roy ne souhaite cependant pas se projeter plus loin que le premier tour et avance comme unique objectif, celui de "bien jouer".

"J'ai demandé à mes joueurs d'essayer d'être l'équipe la plus fair-play, ce serait formidable, dans le comportement, ce qui n'empêche pas d'être viril. Mais j'aime bien être outsider et se qualifier pour les quarts de finale constituerait un magnifique rêve", a-t-il ajouté.