Falcao : "Rester dans l'élite"

L’année 2012 a marqué un tournant dans la carrière de Radamel Falcao. Le Colombien de l’Atlético de Madrid a exploité son exceptionnelle palette technique dans la surface pour devenir l’un des attaquants les plus redoutables de la planète. La preuve en est qu’il a été intégré au FIFA/FIFPro World XI de l’année, révélé lors du récent Gala FIFA Ballon d’Or, le 7 janvier à Zurich.

Encore ému par cette distinction, le buteur de 26 ans est ravi d’une telle reconnaissance : "Le fait d'être présent lors d'un événement de cette ampleur restera une expérience très positive pour ma vie et ma carrière. C'était très important d'être reconnu pour tout le travail que j'ai accompli au cours de l'année", affirme le Colchonero au micro de FIFA.com.

Seul membre de l'équipe-type à n'évoluer ni au FC Barcelone ni au Real Madrid, Falcao n'a certainement pas volé sa place. Tout au long de l'année, le Tigre a multiplié les buts décisifs lors des triomphes de son club en UEFA Europa League et en Supercoupe d'Europe, mais il a aussi été le fer de lance de la sélection colombienne dans sa campagne qualificative pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Ce succès, il le savoure pleinement. "Cette année représente une étape importante pour moi. C'est une de ces saisons qui permettent de se mettre en valeur et de se faire un nom au plus haut niveau", reconnaît le goleador formé à River Plate.

Le facteur commun de l'année 2012 de Falcao, c'est le but, bien entendu. Du droit, du gauche, de la tête, sur coup franc, l'ancien pensionnaire du FC Porto a utilisé toute la panoplie du footballeur pour occuper actuellement la deuxième place du classement des buteurs de la Liga. "J'en ai mis de très beaux en 2012, donc c'est difficile d'en retenir un !", sourit-il. Cependant, lui qui a été nominé pour le Prix Puskás récompensant le plus beau but de l'année 2012 grâce à son spectaculaire retourné en amical contre l'América de Cali, préfère deux réalisations inscrites de son pied faible, le gauche : "Le premier contre l'Athletic Bilbao en finale de l'Europa League à Bucarest et celui face à Valence en demi-finale, ont été les plus mis en valeur. Mais honnêtement, j'ai du mal à choisir car j'ai eu la chance d'en mettre beaucoup", rigole-t-il.

Objectif Ligue des champions
L'année 2012 appartient désormais au passé. Falcao, dont le total de buts a augmenté d'année en année, se tourne déjà vers les objectifs de l'Atlético de Madrid sur les prochains mois. "On est réalistes. On est conscients que c'est assez compliqué de refaire notre retard sur Barcelone, mais on va continuer à se battre tant que c'est possible d'un point de vue mathématique", promet-il. "Notre objectif premier, c'est de décrocher la qualification pour la Ligue des champions. C'est clair pour tout le monde."

La Liga est loin d'être terminée mais le Tigre , qui doit rester éloigné des terrains pendant trois semaines pour cause de blessure, sait que "c'est difficile de lutter contre les budgets de certains clubs puissants en Espagne, qui disposent des meilleurs joueurs du monde. De notre côté, on monte en puissance petit à petit". Cette remarque ouvre naturellement la porte une autre question : va-t-on bientôt voir Falcao dans un club aux plus grandes aspirations ? "Je me sens très bien à l'Atlético, avec lequel je suis encore sous contrat. C'est clair que viendra un moment dans ma carrière où je connaîtrai un autre championnat, mais aujourd'hui, je me concentre sur mon club. Je veux progresser et l'aider à remporter de nouveaux titres."

"Ça a changé beaucoup de choses"
Même s'il a quitté la Colombie à l'adolescence, Radamel n'a certainement pas oublié ses racines et il revient souvent en terres cafeteras. Là-bas, il est vu d'un œil différent. Ses buts au plus haut niveau et sa popularité croissante l'ont catapulté dans la catégorie rock star. "Je suis conscient que ça a changé beaucoup de choses, l'intérêt dont j'ai fait l'objet ces dernières années et ce que je représente pour les miens", admet Falcao avec la timidité de celui qui ne peut pas tout contrôler de sa popularité. "Chaque fois que je le peux, j'essaie de partager et d'être le plus proche possible, mais parfois c'est impossible. Quand la foule commence à s'accumuler, ça devient compliqué", ajoute-t-il.

À tel point que le grand Carlos Valderrama a affirmé qu'il est en bonne voie de le dépasser. "Pour nous tous en Colombie, le Pibe est l'idole numéro un", commente l'ancien Millonario. "On a grandi en l'admirant et on continue de l'admirer. J'espère que nous, les représentants des générations futures, allons apporter encore plus ou le dépasser car en fin de compte, ce sera pour le bien de notre pays". Mais Falcao insiste bien sur le fait que Valderrama "restera à jamais dans la mémoire des footballeurs colombiens".

Avant de nous quitter, l'avant-centre nous livre ses ambitions : "Le moment est venu de rester sur le même niveau de performances, de progresser en tant que joueur et de confirmer ce que j'ai fait. C'est ça, le plus important et j'espère y parvenir cette année : rester dans l'élite européenne".