Le Maroc évite le pire face au Cap Vert
© AFP

Le Maroc n'a pas arrangé sa situation dans la CAN-2013 en étant tenu en échec par le Cap Vert (1-1) et n'a dû son salut qu'à une égalisation d'El Arabi dans le dernier quart d'heure, mercredi à Durban (groupe A).

Après avoir fait chuter le Cameroun d'Eto'o en qualifications et avoir tenu la dragée haute à l'Afrique du Sud (0-0), le pays organisateur, lors du match d'ouverture, les coéquipiers du Lillois Ryan Mendes, novices en Coupe d'Afrique, ont failli réaliser la première grosse sensation du tournoi face à des Marocains une nouvelle fois très décevants.

L'Histoire retiendra que c'est Luis Soares, alias Platini, qui a offert le premier but au Cap Vert dans l'épreuve-reine du continent après une belle ouverture de Mendes (35) à la suite d'une énorme erreur de relance marocaine. Mais El Arabi a sauvé les siens en parvenant à égaliser en fin de rencontre (78).

L'exploit aurait pu être immense pour le Cap Vert, une nation considérée comme l'une des plus faibles du plateau. Mais en étant encore en vie après deux matches, elle a d'ores et déjà réussi sa CAN-2013.

Pour les Lions de l'Atlas, les craintes apparues contre l'Angola (0-0) se sont justifiées et ils devront maintenant se défaire des Bafana Bafana devant leur public, dimanche, pour espérer atteindre le Top 8. Autant dire que la tâche paraît délicate, leur prestation d'ensemble faisant surtout redouter un nouveau retour à la maison rapide comme en 2012.

Mendes et Platini crèvent l'écran
Le sélectionneur Rachid Taoussi pensait pouvoir redonner un peu de souffle à son équipe avec la titularisation de Belhanda, enfin totalement apte physiquement. Mais milieu de terrain, dont l'avenir à Montpellier est plus qu'incertain, n'a quasiment rien apporté sur le plan offensif. Et il sera suspendu contre l'Afrique du Sud après avoir reçu un deuxième carton jaune en deux matches.

Taoussi a tout de même eu le nez creux en faisant entrer après la pause l'attaquant El Arabi, le héros de la soirée.

C'est surtout Mendes et Platini qui ont crevé l'écran. Le premier, auteur de la passe décisive, a donné le tournis à la défense marocaine par sa vitesse et sa technique alors que le second n'a jamais si bien porté son surnom, faisant admirer sa frappe de balle (34) avant son but libérateur.

Tout se jouera donc lors de l'ultime journée de la poule. En cas de victoire face à l'Angola, dimanche à Port Elizabeth, le Cap Vert pourra poursuivre sa formidable aventure alors que le Maroc peut s'attendre à un match aux couteaux contre le pays organisateur avec en jeu une place en quart de finale.