Drogba et la "génération en-dehors"
© AFP

La Côte d'Ivoire s'est fait sortir dès les quarts de finale de la CAN-2013 par le Nigeria (2-1), un revers qui sonne sans doute le glas de la "génération en or" symbolisée par son capitaine Didier Drogba, qui ne ramènera pas le titre continental à Abidjan.

L'unique Coupe d'Afrique remportée par les Eléphants remonte à 1992. Or, l'avènement de Drogba au rang de star planétaire à Chelsea (2004-2012), bardé de trophées jusqu'à l'apothéose de la Ligue des champions 2012, devait consacrer la montée en puissance ivoirienne par une CAN. C'est raté.

Drogba a bien emmené les Eléphants à leurs premières Coupes du monde (2006 et 2010), et à deux finales de CAN, perdues aux tirs au but (2006 et 2012). Mais la simple mention "finaliste" sonne creux à l'heure de lire un palmarès.

"Pour certains d'entre nous, c'était peut-être une dernière chance", a glissé le sélectionneur Sabri Lamouchi. Fidèle à son habitude, le Français ne s'est pas prononcé sur les cas particuliers, mais il était conscient que les Nigérians avaient clos dimanche à Rustenburg ce chapitre longtemps prometteur du football ivoirien. Qui n'aura pas tenu ses promesses.

La CAN marocaine en 2015 devrait insuffler un changement d'ère. Drogba aura 35 ans le 11 mars. Plusieurs joueurs ont également dépassé la trentaine: Barry (33 ans), Zokora (32), Kolo Touré (31) et Tiéné (30). D'autres l'atteindront cette année, les Eboué, Boka, Romaric et Yaya Touré.

Ce dernier devrait logiquement reprendre le leadership. Double Ballon d'Or africain en titre, Yaya Touré a gagné en influence sur le terrain, et l'avenir des Eléphants se fera avec lui et quelques autres, par exemple Gervinho, voire Lacina Traoré et Bony.

Drogba et sa CAN
Il a en tout cas pris la place de pilier qu'occupait Drogba, qui a connu en Afrique du Sud sa pire CAN. Transparent lors du premier match (2-1 contre le Togo) et remplacé pour le dernier quart d'heure, il avait été relégué sur le banc lors du deuxième. Et c'est sans lui, contre la Tunisie (3-0), que les Eléphants ont réalisé leur meilleure prestation. Entré à la 68e minute, il n'avait rien apporté.

Titularisé en quart de finale, il ne s'est procuré aucune occasion, et n'est à créditer que d'une passe décisive sur un coup franc qu'il a obtenu et tiré. Et son unique but du tournoi aura été inscrit lors du "match des coiffeurs" contre l'Algérie (2-2), sans enjeu, qu'il a joué en entier. Cruel symbole...

Trois hypothèses affleurent pour expliquer la méforme du joueur.

1. Son âge avancé, assorti de deux mois sans compétition puisque l'heure est à la trêve hivernale depuis début novembre pour le Championnat chinois, où il évoluait. Le préparateur physique des Eléphants est venu l'aider à se maintenir en forme, mais rien ne remplace des matches.

2. Son transfert du Shanghai Shenhua à Galatasaray le 28 janvier a pu le perturber et lui pomper de l'influx. Cela s'est fait dans des conditions vivement contestées par le club chinois, où Drogba, tout comme Anelka, a vécu une expérience mitigée.

3. La relation avec Lamouchi. Le technicien français a toujours pris soin de fondre la star dans le sacro-saint collectif. Une manière de le délester de la pression et de responsabiliser le groupe dans son ensemble, mais qui a peut-être rejailli sur la confiance du capitaine sur le terrain.

Drogba s'est engagé à Galatasaray pour un an et demi, ce qui étirera sa carrière de joueur jusqu'à l'échéance de la Coupe du monde 2014 au Brésil, qui ressemble à son dernier horizon avec les Eléphants. Y jouera-t-il, à 36 ans, les Roger Milla?