L'Espagne s'impose tranquillement
© AFP

L'Espagne a porté à 18 le nombre de ses matches sans défaite en s'imposant 3 à 1 contre l'Uruguay, un adversaire contre lequel elle n'a jamais perdu, mercredi soir à Doha, dans le cadre d'un match amical qui a tenu toutes ses promesses, sur la magnifique pelouse du Khalifa Stadium.

Les champions du monde et double champions d'Europe en titre, privés de Xavi, Xabi Alonso et Casillas, ont donc réussi à offrir une victoire à leur capitaine, Carles Puyol, porteur pour la 100e fois du maillot de la "roja" et sorti dès la mi-temps. Un Puyol qui a même cru un instant avoir marqué, à la 29e minute, à la réception d'un centre plongeant de Fabregas, avant que son but ne soit refusé pour hors-jeu.

Rapidement en tête au score, grâce à Fabregas (16e) mais surtout le gardien de la "Celeste", Muslera, auteur d'une belle faute de mains sur un tir de 30 m peu appuyé du Barcelonais, l'équipe de Vicente del Bosque s'était cependant déjà fait rejoindre à la mi-temps. La faute à sa défense centrale et à un ballon cafouillé à l'entrée de sa surface, récupéré avec succès par Rodriguez, le milieu de terrain de l'Atletico Madrid (32e).

Mais c'est un autre Rodriguez, Pedro, l'attaquant du Barça, qui a offert la victoire à ses couleurs en seconde mi-temps. D'un tir croisé à l'angle de la surface, peu de temps après le retour des vestiaires (51e). Puis en reprenant un centre de la gauche de Fabregas à la 74e minute. Officiellement amical, le match ne l'a pas toujours été, en témoigne cette belle altercation entre les joueurs des deux camps à la 56e, avec trois cartons jaunes à la clef.

Une certitude: les hommes d'Oscar Tabarez auraient bien voulu battre enfin l'Espagne, une équipe qu'ils n'ont donc jamais défaite depuis leur première rencontre, lors du Mondial 1950. Mais leurs occasions ont été trop rares, quand ce n'était pas Valdes, le gardien barcelonais, qui s'interposait avec succès devant un superbe tir croisé de Cavani (57e), peu avant que celui-ci ne soit remplacé par Forlan.