L'Argentine impose son autorité
© AFP

L'Argentine de Lionel Messi a tranquillement dominé la Suède de Zlatan Ibrahimovic (3-2), un match amical mieux maîtrisé que ne le dit le score, mercredi à Solna.

Les Suédois ont eu beau marquer par deux fois, dont une juste avant le coup de sifflet final, ils n'ont pas vraiment rivalisé. Le ton était tout de suite donné par les lièvres de l'attaque argentine. Après une récupération au milieu de terrain, une percée de Messi et Di Maria aboutissait à un but de Higuain (3e).

L'égalisation du défenseur central Olsson, de la tête sur un corner (17e), ravivait le suspense pour deux minutes seulement. Agüero redonnait l'avantage aux siens grâce à une deuxième passe décisive de Di Maria (19e). Et Higuain marquait le troisième but argentin en profitant d'un ballon faiblement repoussé par le gardien sur une frappe de Messi (23e).

Le combat était inégal entre des Scandinaves techniquement limités et des Sud-Américains très à l'aise. Exactement comme lorsque le Brésil était venu s'imposer en août, en marquant lui aussi par trois fois (0-3). On voyait à peine Ibrahimovic, muselé par les ciel et blanc. Sur sa seule occasion, il voyait filer un peu loin un centre de l'autre Olsson, arrière gauche (40e).

Avec la sortie du buteur parisien à la pause, c'en était fini du duel entre le Ballon d'or suédois et le Ballon d'or tout court, qui avait tourné nettement à l'avantage de l'Argentin. Ibrahimovic, épargné par son sélectionneur, n'avait pas beaucoup couru. Quant à Messi, il était acclamé après avoir offert au public stockholmois un quasi-but d'anthologie, en dribblant la défense et en lobant le gardien (56). Mais l'arbitre jugeait que le ballon, renvoyé juste à temps, n'avait pas franchi la ligne.

Le rythme était cassé par les traditionnels changements des rencontres amicales. Le dernier coup d'éclat était pour un remplaçant, Elm, qui dans le temps additionnel expédiait au fond un coup franc à une trentaine de mètres (90+4). Cinq buts: la Friends Arena aime décidément les gros scores, après les six réalisations du match inaugural contre l'Angleterre en novembre (4-2).