Des champions au top, d'autres au tapis
© AFP

L'Argentine, l'Allemagne, l'Angleterre et l'Espagne, quatre anciens vainqueurs de la Coupe du Monde de la FIFA™ ont confirmé mercredi 6 février qu'ils seraient prêts pour le rendez-vous brésilien de 2014 en remportant des victoires de prestige respectivement sur la Suède (2:3), la France (1:2), le Brésil (2:1) et l'Uruguay (3:1).

En revanche, deux anciens champions du monde sud-américains, le Brésil, malgré son énorme potentiel de joueurs, et l'Uruguay, malgré deux attaquants exceptionnels, n'ont pas encore trouvé la bonne formule.

L'affiche
Angleterre 2:1 Brésil, Londres, Wembley
Buts : Wayne Rooney (26'), Frank Lampard (60') pour l'Angleterre ; Fred (49') pour le Brésil

Luiz Felipe Scolari s'est rendu compte à Wembley qu'il a encore beaucoup de travail pour remettre sur les rails une équipe brésilienne qui pointe à la 18ème place du classement mondial FIFA/Coca-Cola, la plus mauvaise place de son histoire. Le match a débuté par un cauchemar pour le revenant Ronaldinho dont le penalty était repoussé par Joe Hart, qui intervenait également avec brio sur la reprise. Ronaldinho n'allait jamais s'en remettre et ne revenait pas après la pause. Entre temps, Wayne Rooney avait repris victorieusement un ballon repoussé par Julio Cesar, par ailleurs exemplaire.

Après la pause, Scolari procédait à un repositionnement tactique avec Fred en pointe, Neymar à gauche, Oscar en meneur de jeu et Lucas à droite. L'Angleterre n'avait pas le temps de se remettre en place et Fred égalisait d'une frappe du gauche croisée. Le match s'équilibrait mais les hommes de Roy Hodgson, plus collectifs, faisaient une nouvelle fois la différence sur une frappe classique de Frank Lampard, plein axe à la limite de la surface. Un match retour est programmé le 2 juin 2013 au Brésil

Les autres rencontres

France 1:2 Allemagne

La France a été stoppée dans son élan par une formation allemande très solide dans toutes ses lignes avec un étonnant Ilkay Gündogan qui a contrôlé tous les ballons au milieu. Malgré l'absence de plusieurs titulaires, l'Allemagne a pesé sans cesse sur le match infligeant une deuxième défaite à l'équipe de Didier Deschamps malgré la bonne sortie de Franck Ribéry. Mathieu Valbuena avait pourtant ouvert le score en profitant d'une hésitation de la défense allemand trop statique. Mais après la pause, Gündogan récupérait un nouveau ballon au milieu et ouvrait pour Thomas Müller dans le dos de la défense française. Puis, à un quart d'heure de la fin, c'est Mesut Özil qui réussissait une superbe ouverture pour son équipier du Real Madrid Sami Khedira qui ne laissait aucune chance à Hugo Lloris. L'Allemagne prenait ainsi sa revanche de l'an dernier où la France s'était imposée sur le même score à Brême.

Espagne 3:1 Uruguay

 
Sur la pelouse de Doha, comparable à un green de golf, les champions du monde et d'Europe ont dû s'employer pour venir à bout de l'Uruguay, le dernier vainqueur de la Copa America, aussi brillant en attaque que perméable en défense. Privé de plusieurs titulaires blessés, Vicente Del Bosque a aligné une formation forte de sept joueurs du Barça dont Cesc Fabregas, auteur du premier but sur une erreur de Fernando Muslera avant d'offrir le second à Pedro sur une ouverture à la Messi.

Auparavant, Pedro avait déjà conclu victorieusement un contre rapidement mené. L'Uruguay s'est créé plusieurs occasions par ses deux fers de lance Luis Suarez et Edinson Cavani et même Cristian Rodriguez, auteur du but égalisateur. Mais les lacunes défensives de la Celeste expliquent en partie les difficultés qu'elle rencontre dans les qualifications pour la Coupe du Monde dans la zone CONMEBOL. A noter que Vicente Del Bosque, a la tête de la Roja depuis juillet 2008, a égalé le record de 68 rencontres détenu par Ladislao Kubala (1969-80) et présente un bilan exceptionnel de 57 victoires et 5 nuls pour seulement 6 défaites.

Pays-Pas 1:1 Italie
Pendant 80 minutes, les Pays-Bas, avec une équipe rajeunie, ont contrôlé le match obligeant Gianluigi Buffon à sortir le grand jeu. Les Azzurri s'en sortaient bien avec un seul but de retard inscrit par Jeremain Lens après un mauvais renvoi de la défense. Mais les Bataves ne réussissaient pas à faire le break et à la dernière minute, Marco Verratti égalisait d'un petit ballon piqué. Cette rencontre va être riche en enseignements pour Louis van Gaal qui avait débuté le match sans Wesley Sneijder, Rafael van ver Vaart et Arjen Robben. En revanche, côté italien, Mario Ballotelli et Stephan El Shaarawy dont on attendait beaucoup n'ont pas convaincu.

Suède 2:3 Argentine
On attendait le duel Lionel Messi - Zlatan Ibrahimovic et on a eu droit à un festival des Madrilènes Angel Di Maria, le passeur, et Gonzalo Higuain et du Mancunien Sergio Agüero, les buteurs. Bien en place, coulissant parfaitement, maîtres dans l'art du contre, les Argentins ont contrôlé la première mi-temps sans avoir trop besoin de Messi. Di Maria a réalisé une première mi-temps proche de la perfection avec deux passes décisives. Ibrahimovic n'a pas essayé de refaire le coup de l'Allemagne en sortant à la pause. L’Albiceste avait plusieurs fois l'occasion de marquer mais ne réussissait pas à concrétiser et Rasmus Elm en profitait à la dernière minute pour réduire l'écart.

Portugal 2:3 Equateur

Troisième de son groupe de qualification pour Brésil 2014 avec cinq points de retard sur la Russie, le Portugal ne s'est pas rassuré en concédant une surprenante défaite face à l'Equateur (2:3). Le joueur de Manchester United Luis Antonio Valencia donnait le ton d'entrée mais Cristiano Ronaldo égalisait avant qu'Helder Postiga ne donne l'avantage au Portugal. Joao Pereira relançait involontairement les Equatoriens qui s'imposaient finalement grâce à Felipe Caicedo au terme d'une rencontre très engagée. Pas rassurant pour le Portugal avant un délicat mois de mars.

Dans les autres rencontres, la Bosnie-Herzégovine avec son attaque mitraillette s'est imposée avec la manière en Slovénie (0:3) alors que l'ARY Macédoine a confirmé ses progrès en infligeant un sec 3:0 au Danemark. Score identique pour le Japon d'Alberto Zaccheroni devant la Lettonie avec un doublé de Shinji Okazaki tandis que la République de Corée chutait lourdement à Londres face à la Croatie (0:4). Il faut noter enfin la victoire du Chili sur l'Egypte (2:1) et celle de la Serbie à Chypre (3:1), avec un doublé de Dusan Tadic, le joueur de Twente qui compte 13 buts en 33 sélections.

Le joueur
En demi-teinte depuis le début de la saison, souvent décevant, bousculé par son entraîneur au Real Madrid José Mourinho, Angel Di Maria a réalisé l’une de ses meilleures prestations avec l'Argentine. Le "déclic psychologique" a eu lieu lors du match contre le FC Valence (5:0) où il avait réussi 4 passes décisives. En Suède, pour sa 36ème sélection, il a évolué en patron au milieu du terrain faisant preuve d'une grande lucidité et de maîtrise technique.

Le but
France 1:2 Allemagne, Mathieu Valbuena (44')

Plus petit joueur sur le terrain, Mathieu Valbuena (1m67) a trouvé le moyen d'ouvrir le score de la tête au nez et à la barbe des deux géants de la défense allemande Per Mertesacker (1m98 m) et Mats Hummels (1m92). Le petit Marseillais a été le plus prompt pour pousser la balle au fond après un coup franc de Karim Benzema sur la transversale et bien remis dans l'axe par Moussa Sissoko.

La stat  
200 - C'est le nombre de sélections que totalisent l'Anglais Ashley Cole et l'Espagnol Carles Puyol, qui ont fêté mercredi 6 février leur entrée dans le club fermé des centenaires. Cole, 32 ans, avait fait ses débuts contre l'Albanie (3:1) le 28 mars 2001, soit quatre mois plus tard que Puyol, 34 ans, titularisé pour la première fois le 15 novembre 2000 contre les Pays-Bas (1:2). Si le joueur du Barça a marqué à trois reprises, celui de Chelsea est toujours à la recherche de son premier but. Six joueurs en Angleterre mais aussi en Espagne avaient déjà atteint ou dépassé ce total.

Votre opinion !
Le Brésil sera-t-il prêt pour "sa" Coupe du Monde ?