Piqué : "L'ambition, l'envie et le talent"

Gerard Piqué fait partie des meilleurs défenseurs centraux du monde. Depuis son retour au FC Barcelone en provenance de Manchester United, le numéro 3 blaugrana ne cesse d’éblouir par des qualités techniques et tactiques hors du commun à son poste. Le Catalan a débuté l’année 2013 en fanfare avec son inclusion dans le FIFA/FIFPro World XI, une prestation étincelante face au Real Madrid en Coupe du Roi et, plus important encore, la naissance de son premier enfant.

"C'est une grande fierté et une période à nulle autre pareille", estime-t-il au micro de FIFA.com. "Cela prouve que les choses sont faites correctement, aussi bien individuellement que collectivement. Je suis conscient qu'il faut savourer ces moments-là."

Le discours de Piqué prend tout son sens quand on sait qu'il a connu un début d'année 2012 très compliqué. "Les blessures m'empêchaient d'évoluer au niveau que je voulais et d'aligner les matches avec l'équipe", reconnaît-il, avant de révéler le déclic qui lui a permis de retrouver une trajectoire ascendante. "L'EURO a été un véritable bol d'oxygène, l'équipe a été très performante sur le plan défensif et ça m'a servi de tremplin pour cette saison. Je suis revenu avec de l'envie et de l'énergie. L'équipe évolue à un niveau énorme, ce qui est toujours utile."

Un moment capital
Du fait de l'immense notoriété du joueur, son trou d'air a beaucoup fait parler en Espagne et dans le monde. Cette médiatisation a-t-elle eu des répercussions sur sa vie ? "Ça ne laisse jamais insensible car la meilleure chose pour un défenseur, c'est qu'on ne parle pas trop de lui", analyse cet impeccable relanceur. "Quand les rumeurs commencent à circuler, c'est toujours gênant. Mais ça fait partie du football et j'ai appris à vivre avec. À mon arrivée à Barcelone, c'était du velours et tout semblait très facile, mais quand les choses se compliquent, ça permet de mesurer la valeur de ce qu'on a et ça aide à progresser en tant que joueur."

Aujourd'hui, la situation est radicalement différente. Le FC Barcelone se trouve à un moment capital de la saison. Fort d'une confortable avance en Liga, le club catalan se prépare à une brûlante demi-finale retour de Copa del Rey et à un huitième de finale de Ligue des champions de l'UEFA non moins passionnant. "On s'entraîne beaucoup et très bien. On joue comme on s'entraîne donc si on s'entraîne bien, on jouera bien", juge Piqué à l'évocation de cette période chargée. "C'est comme ça qu'on aborde les matches et ça ne change pas, même quand la pression se fait sentir."

Confiance totale
Le Barça négocie ces échéances avec un nouvel entraîneur, Tito Vilanova, qui a dû se battre contre un problème de santé coriace. Selon Piqué, ce dernier effectue un travail exceptionnel malgré le lourd héritage que supposait la succession de Pep Guardiola. "Tito fait de l'excellent boulot. Il n'est ni meilleur ni moins bon que Pep. Il s'inscrit tout simplement dans la continuité de ce qu'il faisait en y ajoutant sa touche personnelle", analyse le défenseur. "L'équipe évolue à un niveau exceptionnel et la transition s'est faite sans accroc."

Sans accroc, c'est le moins que l'on puisse dire. Le Barça se promène avec une avance de 16 points sur son éternel rival madrilène en Liga. Dans le camp catalan, cet écart constitue une surprise. "C'est inattendu, c'est clair que personne n'avait prévu ça", admet le nouveau papa. "Madrid venait de remporter le championnat et il possède une équipe énorme. C'est une avance très importante, même s'il ne faut jamais enterrer le Real".

Malgré le discours prudent de Piqué, l'affaire semble entendue en Liga. Il n'en va pas de même en Coupe et en Ligue des champions. Le match retour face aux Merengues et le huitième de finale face à l'AC Milan s'annoncent passionnants. Le défenseur central, qui fait partie des symboles du Barça, est convaincu que son équipe va passer mais il la voit également aller au bout sur tous les tableaux. "Je crois qu'on a les moyens de remporter les trois trophées", annonce-t-il. "On a l'ambition, l'envie et le talent. En général, ce sont les ingrédients nécessaires pour gagner. Que ce soit en Copa del Rey, en Ligue des champions ou en Liga, on a évolué à un niveau qui nous incite à penser qu'on peut être champions", conclut-il avec assurance.