Le Bangladesh passe à l'Oranje
© AFP

L'écart qui sépare le Bangladesh et les Pays-Bas dans la dernière édition du Classement mondial FIFA/Coca-Cola est de 160 places. Pourtant, il existe une passerelle entre les deux équipes depuis la nomination du Néerlandais Lodewijk de Kruif et de son compatriote et adjoint Rene Koster à la tête de l'équipe nationale du Bangladesh.

"C'est un grand défi de gérer une nation de football en plein développement comme le Bangladesh", explique au micro de FIFA.com De Kruif qui a entraîné pendant 18 mois Heartland, au Nigeria. "Mais notre objectif est clair : il s'agit de faire franchir un palier au football bangladais. Pour y parvenir, nous allons partir d'une formation de type néerlandais, c'est-à-dire basée sur l'organisation et la discipline. Nous devons améliorer leur professionnalisme à la fois sur le plan de la mentalité et du travail."

Koster, dont la tâche inclut la formation des entraîneurs et le développement des jeunes footballeurs, explique ce qu'il attend de son public : "Notre ambition est de leur inculquer un style de jeu de type néerlandais. Cela veut dire une bonne possession du ballon, une construction patiente depuis l'arrière, un contrôle du rythme au moment de conclure, une volonté de domination du jeu et de victoire".

Malgré son classement modeste, le Bangladesh est la huitième nation mondiale en nombre d'habitants. La passion de ce pays pour le football incite le Président de la FIFA Joseph S. Blatter à prédire un avenir radieux au sport roi dans ce pays. "On voit bien que le football est plus que l'expression du bonheur ici", estimait Blatter lors de sa visite au Bangladesh en mars 2012. "Le football suscite une vraie passion et le potentiel existe pour que les choses décollent. Il y a 160 millions d'habitants dans ce pays et je suis certain que le Bangladesh possède la réserve de talent dont il a besoin."

Une vision à long terme
Par le biais de son Programme Goal, la FIFA a contribué au développement du Bangladesh sous la forme de la construction du siège de la Fédération nationale, d'un terrain et d'une école de football. "C'est là que la FIFA peut nous aider", confie à FIFA.com Kazi Mohammed Salahuddin, Président de la Fédération Bangladaise (BFF), en reconnaissance à l'action de l'organe directeur du football mondial. "L'objectif général est de voir l'équipe nationale améliorer ses performances et regagner une position de premier plan dans la Zone Asie."

Grâce à leurs propres efforts et au programme d'assistance de la FIFA, les Tigres du Bengale ont réalisé des progrès constants au cours des dernières années, atteignant le dernier carré du Championnat de la Fédération sud-asiatique de football (SAFF) 2009, avant de décrocher la médaille d'or aux Jeux sud-asiatiques.

Le premier test de Kruif à la tête de la sélection aura lieu au Népal en septembre, dans le cadre de la prochaine édition du Championnat de la SAFF. Son objectif sera de conquérir un titre que le pays n'a plus remporté depuis 2003. "Notre contrat commence officiellement en juin, ce qui nous laisse trois mois pour préparer l'équipe en vue de ce tournoi", prévient le Batave de 43 ans. "Nous allons commencer par les fondamentaux, avec l'objectif de faire progresser l'équipe petit à petit."

Si la quasi-totalité de l'effectif des Tigres du Bengale évolue dans le championnat national, les deux techniciens néerlandais gardent également un œil sur les footballeurs bangladais expatriés et susceptibles de défendre les couleurs de l'équipe nationale. "La sélection de joueurs basés en Europe et dans d'autres pays fait partie de notre stratégie de développement à long terme", reconnait Kruif. "Nous espérons pouvoir trouver des joueurs bangladais dans le reste du monde qui pourront apporter encore plus de qualité à l'équipe nationale et nous rejoindre pour le tournoi de la SAFF."

Malgré les difficultés auxquelles est confronté le Bangladesh, Kruif est persuadé qu'il peut s'acquitter de sa mission avec succès. "Le développement des joueurs passe également par un entraînement rigoureux, avec un bon programme", juge-t-il. "C'est exactement ce que nous allons mettre en place ici, car notre objectif est de voir le Bangladesh remporter des succès", conclut-il.