Dynamo Kiev - Le lourd héritage de Marco Ruben
© AFP

L'Argentin Marco Ruben, arrivé l'été dernier, a la lourde tâche de faire oublier la légende du football ukrainien Andreï Shevchenko à la pointe de l'attaque du Dynamo Kiev, qui reçoit jeudi (19h00 françaises) Bordeaux en 16e de finale aller d'Europa League.

L'attaquant de 26 ans a signé début juillet, une quinzaine de jours avant que "Sheva", cinq fois champion d'Ukraine de 1995 à 1999 avec le Dynamo Kiev, où il a également terminé sa carrière (2009-2012), n'annonce qu'il raccroche les crampons pour se lancer en politique.

La succession du Ballon d'Or 2004 a été d'autant plus difficile que Ruben a dû composer avec une blessure à une jambe.

"J'espérais m'adapter beaucoup plus vite, mais rien n'a fonctionné comme prévu et ma période d'adaptation a traîné en longueur", a déclaré à l'AFP l'Argentin, auteur d'un seul but en dix matches de Championnat lors de ses six premiers mois.

"Dans mes clubs précédents, j'étais habitué à un style de football totalement différent. Au Dynamo, je dois travailler dur aussi bien en attaque qu'en défense et passer rapidement de l'une à l'autre. En outre, j'ai encore du mal avec l'ukrainien, mais j'espère vite surmonter ces difficultés", a-t-il ajouté.

Une sélection, un but
Ruben, né à Santa Fe, dans le nord-est de l'Argentine, a fait ses premières armes à Rosario Central (22 buts en 79 matches), avant de rejoindre l'un des plus grands clubs du pays, River Plate, en 2007.

Au milieu de la saison 2007-2008, il a traversé l'Espagne pour rejoindre Villarreal, mais le "sous-marin jaune" l'a immédiatement prêté à Huelva où il a aussi disputé la saison 2008-2009.

Il a encore dû patienter une année de plus en équipe B à Villarreal, avant de rejoindre à plein temps l'équipe première, avec qui il a marqué 14 buts en 62 matches de Liga entre 2010 et 2012.

Ses performances lui ont aussi valu d'être appelé en équipe nationale, où il marqué un but lors de sa seule sélection en Pologne (défaite 2-1 en amical en juin 2011).

Il envisageait de poursuivre sa carrière en Espagne, mais après la relégation de Villarreal en deuxième division en mai dernier, il n'a pas hésité longtemps devant la proposition du Dynamo.

"L'offre du Dynamo était un nouveau défi que je ne pouvais pas refuser", explique Ruben, qui veut "gagner tous les titres possibles en Ukraine avec le Dynamo" et briller aussi dans les compétitions européennes.