Monterrey parie sur l'expérience
© AFP

Monterrey est à un match d'une troisième qualification consécutive pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Cela constituerait un exploit historique. En finale aller de la Ligue des champions de la CONCACAF, les Rayados ont obtenu un nul encourageant 0:0 sur la pelouse de Santos Laguna. Cela signifie qu'une victoire sur n'importe quel score lors de la deuxième manche les qualifierait pour l'épreuve suprême des clubs à l'échelle mondiale.

Lors de leurs deux dernières finales continentales, les joueurs de Víctor Manuel Vucetich ont sué sang et eau pour s'imposer. Il y a deux ans, contre les Américains de Real Salt Lake, ils étaient allé chercher une victoire héroïque au nord du Río Bravo après avoir concédé le nul 2:2 à domicile. En 2012, déjà face à Santos Laguna, ils avaient résisté à un siège infernal de leur but lors du match retour à Torreón, pour finalement l'emporter 3:2 sur l'ensemble des deux matches. Les Albiazules ont bien l'intention de s'appuyer sur ces deux expériences positives pour décrocher le billet tant convoité pour le Maroc.

Premier objectif : ne pas encaisser de but
Après avoir réussi à rendre une copie propre sur le plan défensif à Torreón, les Rayados savent qu'ils devront faire de même devant leur public pour espérer pouvoir être présents au Maroc en décembre. Un but des visiteurs compliquerait sérieusement la tâche des tenants du trophée, dont le premier objectif sera donc de verrouiller leur surface.

"C'est ce que nous voulons", explique l'arrière rayado José María Basanta à FIFA.com. "Nous savons qu'il est fondamental de ne pas concéder de but, car nous serions alors obligés de marquer deux fois pour nous qualifier. Nous en avons parlé entre nous, les défenseurs. La clé pour nous sera de ne jamais perdre notre concentration, car ils ont de bons attaquants, qui peuvent concrétiser à n'importe quel moment", fait remarquer le joueur de 29 ans. Depuis son arrivée au club il y a cinq ans, Basanta est devenu un rouage essentiel de la défense de Monterrey.

Hiram Mier, son coéquipier à l'arrière, est lui aussi parfaitement conscient de la responsabilité qui pèse sur ses épaules et de la nécessité de ne pas se déconcentrer, même pendant une fraction de seconde. "Nous sommes très organisés et nous avons beaucoup progressé dans ce domaine. Nous savons ce qu'est une finale, vous n'avez pas le droit de commettre des erreurs. Nous poursuivons cet objectif depuis le début de la saison et de ce point de vue, nous sommes rodés", affirme avec confiance le défenseur central de 23 ans.

Expérience et grande forme
Monterrey est actuellement dans une forme éclatante. L'équipe l'a encore démontré le week-end dernier en battant son ennemi juré au Mexique, Tigres, dans le fameux Clásico de Monterrey. Grâce à ce succès, les Rayados ont quasiment assuré leur qualification pour les play-offs du championnat. Ils abordent donc cette finale retour avec une motivation redoublée, comme l'explique à FIFA.com l'expérimenté milieu de terrain équatorien Walter Ayoví. "Il est certain qu'on ne pouvait pas arriver dans de meilleures dispositions pour ce match. Pour nous, il doit être le point de départ d'autres finales, au Mexique et à l'étranger."

Leobardo López, auteur du but du triomphe contre Tigres, souligne le rôle de l'expérience dans ces grands rendez-vous. "C'est quelque chose de très important", estime le défenseur, qui a déjà disputé la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA avec Pachuca. "Il n'est pas facile de jouer une finale. Il faut avoir vécu cette expérience pour savoir comment ça se passe. Il faut savoir en profiter au maximum. Cela dit, nous n'allons pas tomber dans l'excès de confiance. Santos est une équipe extraordinaire, avec de très grands joueurs. Si nous voulons éviter une surprise désagréable, nous allons devoir faire preuve d'une grande intelligence", prévient-il.

Côté Monterrey, le joueur le plus qualifié pour parler d'expérience est le défenseur central Ricardo Osorio. Aujourd'hui âgé de 33 ans, il a à peu près tout connu dans sa carrière : Coupes du Monde de la FIFA™, Ligues des champions de l'UEFA, Coupes du Monde des Clubs de la FIFA... "Nous voulons absolument gagner ce tournoi. En plus, nous avons le meilleur public du Mexique derrière nous. Tout est réuni pour que nous vivions une nuit inoubliable", conclut-il, avec confiance.