Joachim Löw, sélectionneur de l'Allemagne
Après un tel match, il faut reprendre son souffle. C'était une victoire à l'arraché. Nous avons eu de grosses difficultés en première mi-temps, avec nomment beaucoup de pertes de balle. À partir de la deuxième période et pendant toute la prolongation, nous avons pris le dessus sur nos adversaires. Nous avons eu des occasions, mais le gardien s'est surpassé. Les Algériens ont souvent déjoué notre pressing en utilisant de longs ballons vers l'avant. C'est notre point faible et ça ne leur a pas échappé. Heureusement, Manuel Neuer a réalisé plusieurs sorties décisives, comme il en a l'habitude. Dans un tournoi, il faut savoir lutter pour gagner certains matches. D'autres équipes, comme le Brésil, ont aussi connu des difficultés. Une Coupe du Monde n'est jamais une sinécure.

Rais Mbolhi, Homme du Match Budweiser (ALG)
Nous sommes tombés sur une grande Allemagne. Nous sommes très déçus car nous avions le sentiment que la qualification était possible. L'aspect physique n'a pas fait la différence. Nous faisons désormais partie de l'histoire du football algérien, puisque nous sommes les premiers à être allés si loin. C'est une base pour l'avenir. Si nous sommes arrivés jusqu'en huitième de finale, nous le devons à l'entraîneur. Nous tenons à le remercier de tout le travail qu'il a accompli pour et avec cette équipe.

Vahid Halilhodzic, le sélectionneur de l'Algérie, ne s'est pas présenté à la conférence de presse