Le tour final des éliminatoires asiatiques de la Coupe du Monde de la FIFA, Etats-Unis 1994 a laissé des souvenirs très différents d'un pays à l'autre. A l'époque, les six équipes encore en course s'étaient affrontées en matches aller-retour au sein d'une poule unique, avec l'ambition de remporter l'un des deux billets pour le Nouveau Monde.

Les supporters japonais gardent ainsi un souvenir cuisant du "Calvaire de Doha", les privant d'une première qualification pour la phase finale de la Coupe du Monde de la FIFA. Alors que les Nippons avaient déjà un pied aux Etats-Unis, leurs rêves de gloire avaient été brisés dans les derniers instants de la partie par l'Irakien Jaffar Omran Salman, auteur d'une égalisation miraculeuse dans le temps additionnel du dernier match.

Dans le même temps, l'Arabie Saoudite s'imposait 4:3 face à l'Iran, au terme d'une rencontre riche en suspense. Ce succès historique permettait aux Fils du Désert de prendre la première place du classement et de fêter ainsi leur première qualification pour l'épreuve mondiale. FIFA.com replonge dans l'une des compétitions préliminaires les plus passionnantes de l'histoire du continent asiatique.

28 octobre 1993, stade Al Khalifa, Doha
Arabie Saoudite 4:3 Iran
Buts : Sami Al Jaber (21'), Fahad Al Muhallal (27'), Mansoor Al Mousa (47'), Hamza Flaitih (74') pour l'Arabie Saoudite ; Mehdi Fonoonizadeh (43', 52'), Javad Manafi (90') pour l'Iran

Arabie Saoudite : Mohammed Al Daeyea, Ahmed Madani, Abdullah Al Dossary, Fouad Amin Anwar, Mohammed Al Khlaiwi, Mansoor Al Moeineh, Mohammed Abdul Jawad, Khalid Misaad Al Muwallad, Hamaza Flaitih, Sami Al Jaber, Fahad Al Muhallal

Iran : Behzad Gholampour, Nader Mohammedkhani, Javad Zarincheh, Reza Hassanzadeh, Mohamed Rezaei-Manfesh, Mehdi Fonoonizadeh, Hamid Darakhshan, Mehdi Abtahi, Amir Ghalenoei, Behzad Dadashzadeh, Ali Daei


A l'époque
L'Arabie Saoudite aborde le tournoi de Doha avec l'ambition de démontrer que ses récents progrès la placent désormais sur un pied d'égalité avec les grandes nations de football asiatiques, comme l'Iran ou la République de Corée. Le football saoudien fait pourtant figure de nouveau venu sur la scène régionale, la fédération n'ayant été fondée qu'en 1959. Ce relatif manque d'expérience ne l'empêche pourtant pas de brûler les étapes. Les Fils du Désert remportent leur première couronne continentale en 1984, suite à leur victoire 2:0 sur la RP Chine en finale de la Coupe d'Asie. Quatre ans plus tard, l'Iran conserve son titre, aux dépens de la République de Corée. Dominateurs sur la scène asiatique, les Saoudiens de Mohammed Al Kharashi envisagent alors de se lancer à la conquête du monde. Les éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA, Etats-Unis 1994 vont leur fournir l'occasion de réaliser leurs objectifs.

A la veille de la dernière journée, le Japon et l'Arabie Saoudite occupent conjointement la première place du classement, avec cinq points en quatre matches. Les Nippons possèdent toutefois un léger avantage, puisqu'ils possèdent une meilleure différence de buts. Mais la qualification est loin d'être jouée, car la République de Corée, l'Irak et l'Iran sont en embuscade, à un point des leaders. En somme, le Japon et l'Arabie Saoudite doivent impérativement s'imposer pour décrocher leur qualification pour la phase finale.

Le match
L'Iran a largement dominé les débats en Asie au cours des années 70 et 80. Pendant cette période, la Team Melli a remporté trois fois de suite la Coupe d'Asie et s'est qualifiée pour la Coupe du Monde de la FIFA, Argentine 1978. Les années 80 marquent l'émergence de l'Arabie Saoudite sur la scène régionale. Par deux fois, les Fils du Désert ont écarté les Iraniens lors de la conquête de leurs titres continentaux. En 1984, à Singapour, ils l'avaient emporté aux tirs au but. Quatre ans plus tard, à Doha, ils avaient confirmé leur suprématie en s'imposant par la plus petite des marges.

Les éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA marquent la troisième confrontation entre ces deux superpuissances régionales, mais les hommes d'Al Kharashi possèdent un léger avantage psychologique à l'heure d'aborder "la revanche de Doha". Devant plus de 20 000 personnes, pour la plupart acquises à la cause saoudienne, les Fils du Désert ouvrent le score dès la 21ème minute par Sami Al Jaber. Six minutes plus tard, Fahad Al Muhallal double la mise.

On se dit alors que les Saoudiens ont fait le plus difficile, mais l'Iran refuse de s'avouer vaincu. La Melli réduit l'écart par Mehdi Fonoonizadeh juste avant la mi-temps. Deux minutes à peine après le retour des vestiaires, l'Arabie Saoudite refait son avance, sur un but signé Mansoor Al Mousa. Moins de cinq minutes plus tard, Fonoonizadeh redonne espoir aux Iraniens en inscrivant son deuxième but de la partie. Les Saoudiens se détachent à nouveau à un quart d'heure de la fin et, malgré une ultime réalisation de Javad Manafi dans les derniers instants, la victoire ne changera pas de camp.

Le héros
Les éliminatoires d'Etats-Unis 1994 marquent l'arrivée sur le devant de la scène de trois grands noms du football asiatique. Pendant plus de dix ans, ces trois hommes vont accumuler les titres et les exploits. Tous trois ont fait leurs débuts dans ce match, mais c'est évidemment Sami Al Jaber, 20 ans à l'époque, qui sort du lot. Auteur de l'ouverture du score, l'attaquant saoudien n'a pas tardé à faire la démonstration des redoutables instincts de prédateur qui lui vaudront de s'imposer comme l'un des joueurs emblématiques de son époque.

Entendu... 
"C'est le genre de matches inouliables. Je pense que c'est l'un des moments les plus importants dans l'histoire du football asiatique car c'était la première fois que nous atteignions la phase finale d'une Coupe du Monde. Aucun Saoudien n'oubliera jamais cette rencontre" - Sami Al Jaber, attaquant de l'Arabie saoudite

"Aujourd'hui devrait être un jour saint dans notre histoire. Nous sommes enfin parvenus à nous qualifier pour une phase finale de Coupe du Monde de la FIFA. Nous avons tout donné et nous avons toujours cru que nous pouvions gagner" -Hamaza Flaitih, attaquant de l'Arabie saoudite

Et après ?
Poursuivant sur sa lancée, l'Arabie Saoudite réussit des débuts tonitruants en Coupe du Monde de la FIFA. Pour leurs grands débuts sur la scène internationale, les Fils du Désert s'invitent au deuxième tour de la compétition. Ce succès historique marque le début d'une période faste pour le football saoudien. Par la suite, les Saoudiens se sont qualifiés pour quatre éditions successives entre 1994 et 2006.

En pleine reconstruction après son long conflit avec l'Irak, l'Iran accumule une expérience précieuse sur la scène internationale. Au cours des années qui suivent, la Melli s'impose comme l'une des équipes les plus solides de la région. Quatre ans plus tard, les Iraniens obtiennent leur qualification pour France 1998, après avoir battu l'Australie en match de barrage.