Au Brésil, des millions de torcedores sont descendus dans les rues pour fêter l'attribution de la Coupe du Monde de la FIFA 2014 à leur pays, même s'il ne s'agissait pas d'une surprise: les Brésiliens étaient les seuls candidats en lice. Soixante-quatre ans plus tard, la "Copa" revient au "pays du football".

En effet, le Brésil, en pleine euphorie, a reçu la confirmation qu'il serait le pays organisateur de la Coupe du Monde de la FIFA 2014. Reconnus pour leur incomparable joie de vivre, les Brésiliens sont descendus dans les rues pour parer la nation aux cinq sacres mondiaux de ses couleurs auriverdes.

"¡A Copa de 2014 é nossa!"
A Rio de Janeiro, où l'on met la dernière main aux préparatifs de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, les hauts lieux touristiques et les rues ont été pris d'assaut par des torcedores en transe.

"¡A Copa de 2014 é nossa!" (la Coupe 2014 est à nous !), pouvait-on lire sur les drapeaux qui se sont très tôt dressés du côté de la statue du Christ Rédempteur, qui veille sur la ville depuis le sommet du Corcovado. Des centaines de supporters avaient été convoqués par la mairie, qui espère accueillir la finale dans son stade Maracana.

D'ailleurs, deux immenses maillots du Brésil ont été déployés dans le temple du football canarinho. L'on pouvait y lire : "Le nouveau Marcana est à nous et la Coupe du Monde 2014 aussi". Le Maracana n'a pas été le seul à enfiler sa tenue de fête. Le Pain de Sucre s'est lui aussi paré de vert et jaune !

A Sao Paulo, les habitants se sont réunis devant le Théâtre municipal et ont fêté la bonne nouvelle à grand renfort de feux d'artifice, de lâchers de ballon et de chansons. Les réjouissances se sont ensuite poursuivies dans le Parc Ibirapuera. A Brasilia, la capitale, la fête a battu son plein pendant une bonne partie de la matinée et de l'après-midi.

Mais la joie ne s'est pas cantonnée au Brésil. Au Portugal, Luiz Felipe Scolari, actuel sélectionneur des Lusitaniens et gourou de la Seleçao sacrée en 2002, a souligné "le courage du Brésil pour sa candidature. A partir de maintenant, le pays va pouvoir travailler avec application pour que cet événement soit historique à tous les égards". Champion du monde en 1994 et actuel sélectionneur de l'Afrique du sud, pays hôte de l'édition 2010, Carlos Parreira a déclaré : "L'heure est venue de se mettre au travail pour offrir une organisation irréprochable. Ce sera la première étape pour gagner la Coupe du Monde chez nous. Nous ne pouvons pas nous permettre de la laisser échapper de nouveau".

Sur la Toile
Sitôt l'information confirmée, les principaux médias brésiliens ont diffusé sur internet les images des joie enregistrées à Zurich. Dans sa version électronique, O Globo titrait "Brésil 2014 : c'est confirmé !".

Le journal a préparé une couverture spéciale avec des photos et les portraits des différentes villes candidates à l'organisation. Parallèlement, il a lancé un sondage pour avoir l'avis de ses lecteurs.

La Folha de Sao Paulo proposait un titre similaire, tout en évoquant déjà les "conflits internes" entre les sites désirant accueillir l'épreuve suprême. Et de citer Michel Platini, qui estime que la désignation du Brésil va donner lieu à "un véritable pélerinage à la Mecque du football".

De son côté, le Jornal de Brasil, a publié l'une des photos qui a fait le tour du monde mardi : des centaines de Brésiliens exprimant leur joie près du Christ Rédempteur. Le titre? "Les bras ouverts pour la Coupe du Monde 2014".

Enfin, tous les journaux ont rapporté les propos du Président Lula da Silva, qui a plaisanté en lançant : "Notre Coupe du Monde sera tellement merveilleuse que même les Argentins n'auront pas à se plaindre". Et tout cela, un 30 octobre, jour de l'anniversaire de Diego Maradona !