Après la Suisse, c'est au tour de la Suède d'accueillir la Coupe du Monde de la FIFA en 1958, une compétition qui a perdu entre-temps son père fondateur, Jules Rimet, décédé le 16 octobre 1956 à Paris, à l'âge de 83 ans.

Cette Coupe du Monde de la FIFA est marquée par la première victoire du Brésil, inspirée par un jeune homme de 17 ans répondant au surnom de Pelé. Celui-ci marque contre le Pays de Galles, signe un coup du chapeau lors d'une victoire (5-2) face à la France en demi-finale et ajoute deux buts supplémentaires en finale, dans un triomphe (5-2) sur la Suède.

Le Français Just Fontaine inscrit 13 buts au cours du tournoi, un record qui tient toujours. C'est aussi la première fois dans l'histoire de la Coupe du Monde de la FIFA qu'un match finit sur le score nul de 0-0 : la rencontre Angleterre-Brésil au premier tour.

Retransmission dans le monde entier

Pour la première fois, la Coupe du Monde de la FIFA est retransmise par les télévisions du monde entier. Les téléspectateurs ont la possibilité d'admirer la maîtrise des joueurs de football moderne, tels que Kopa, Fontaine, Charlton, Yashin, Garrincha, Vava et Pelé. Ce dernier, âgé de 17 ans seulement, inscrit six buts, dont deux en finale, contribuant au couronnement tant attendu des Brésiliens.

Cette 6e Coupe du Monde de la FIFA enregistre un nombre record de pays participants (55). Les tours de qualification réservent leur lot de surprises. En effet, la Belgique, les Pays-Bas, la Suisse, l'Espagne, l'Uruguay et, plus étonnant encore, l'Italie, restent au bord de la route. Le premier tour de la phase finale permet donc au public de découvrir d'autres nations de football, telles que le Pays de Galles, l'Irlande du Nord, l'URSS ou la Suède. Mais c'est surtout la France qui retient l'attention des supporters, grâce à son brillant trio d'attaque, composé de Kopa, Piantoni et Fontaine. Les Bleus récoltent d'ailleurs une kyrielle de récompenses : meilleur buteur (Just Fontaine : 13 buts marqués, un record toujours en vigueur et difficilement égalable), meilleure attaque (23 buts) et meilleur joueur (Raymond Kopa, élu par un jury international). La France émerge à la première place de son groupe au premier tour, inscrivant 11 buts en trois matches. Mais son conte de fées prend fin en demi-finale, face au grand Brésil.

Après deux déceptions consécutives en 1950 et 1954, les Brésiliens sont prêts à rectifier le tir. Ils terminent en tête de leur groupe, très serré, où ils se défont de l'Autriche (3-0) et de l'URSS (2-0) et tiennent en échec l'Angleterre (0-0). En quart de finale contre le Pays de Galles, la Seleção patauge pendant une heure jusqu'à l'éclair de génie d'un jeune joueur de 17 ans. C'est le premier but inscrit par Pelé dans une Coupe du Monde. Une star est née ! En demi-finale, Pelé continue sur sa lancée et écrase l'équipe de France, incapable de contenir une telle machine à buts.

Les mercenaires contre les magiciens

Une fois encore, le Brésil parvient en finale. Cette fois-ci, il affronte la Suède, dont la présence en finale relève de l'exploit, l'équipe ayant été construite de toutes pièces pour cette compétition. En effet, de longs débats ont eu lieu peu avant le début de l'épreuve sur l'opportunité de sélectionner les professionnels évoluant dans le championnat italien. Les Suédois s'avèrent une équipe solide et bien organisée et ils battent les Allemands, champions du monde en titre, en demi-finale (3-1). Dans la finale des "mercenaires" contre les "magiciens", ce sont les Nordiques qui tirent les premiers. Pour la première fois dans la compétition, les Brésiliens sont à la traîne. Pas pour longtemps cependant : grâce aux buts de Zagallo, Vava, et surtout Pelé (auteur de deux buts), le Brésil remporte sa première Coupe du Monde sur le score de 5-2. Le Président de la FIFA, Arthur Drewry, remet la statuette dorée au capitaine brésilien, Bellini.