La décision de la FIFA d'organiser la première Coupe du Monde de la FIFA en Uruguay ne fait pas l'unanimité, l'Europe traversant une grosse crise économique. De plus, le fait de participer à une Coupe du Monde de la FIFA outre-Atlantique implique une longue traversée maritime, ce qui signifie pour certains clubs se passer de leurs meilleurs joueurs pendant deux mois.

Le déroulement de la compétition a évolué depuis cette époque. En effet, la première Coupe du Monde de la FIFA ne comportait pas de qualifications. Les 13 équipes étaient invitées et le tirage au sort final n'était fait qu'une fois les équipes arrivées en Uruguay.

Comme prévu, la France sort vainqueur (4-1) du match d'ouverture, qui l'oppose au Mexique. La première finale de l'histoire de la Coupe du Monde de la FIFA met aux prises le pays organisateur et son voisin, l'Argentine. Menée 2-1 à la mi-temps, la "Céleste" se reprend pour terminer 4-2 et remporter la coupe, œuvre du sculpteur français Abel Lafleur.

Première Coupe du Monde de la FIFA, premières légendes du football

Si la naissance officielle du football remonte à 1904 avec la création de la FIFA, ce n'est qu'en 1924, année du tournoi Olympique à Paris, que ce sport acquiert une véritable dimension internationale. C'est en effet la première fois que des équipes venues d'autres continents défient les Européens. Le tournoi remporte un immense succès : 50 000 spectateurs assistent à la victoire en finale de l'Uruguay sur la Suisse. C'est en 1928, alors que de nombreux pays boudent le tournoi Olympique à Amsterdam, que se fait sentir le besoin d'une compétition de football indépendante, compte tenu notamment du développement du football professionnel. Le 26 mai 1928, lors du congrès d'Amsterdam, la FIFA vote l'organisation d'une nouvelle épreuve dès 1930, ouverte à tous les pays membres. Le 18 mai 1929, il est décidé, lors du congrès de Barcelone, que l'Uruguay serait la première nation à accueillir cette Coupe du Monde de la FIFA.

Épopée maritime

Si l'Uruguay est choisi pour organiser la première Coupe du Monde de la FIFA, c'est pour deux raisons : le pays est champion olympique et il célèbre en 1930 le centenaire de son indépendance. La nouvelle est bien accueillie dans les pays amateurs de football, mais de nombreuses nations européennes émettent des réserves à l'idée de devoir traverser l'Atlantique, voyage qu'ils jugent long, fatigant et onéreux. Beaucoup de fédérations européennes renoncent à leur participation, à tel point que, deux mois avant le début de la compétition, aucun pays européen n'est encore inscrit. C'est grâce aux efforts de Rimet que quatre sélections européennes (Belgique, France, Yougoslavie et Roumanie) acceptent d'embarquer. Elles appareillent le 21 juin 1930 de Villefranche-Sur-Mer à bord du "Conte Verde" pour Belges, Français et Roumains et du "MS Florida" en ce qui concerne les Yougoslaves. Après avoir pris au passage l'équipe brésilienne à Rio de Janeiro, le 29 juin, elles arrivent à Montevideo le 4 juillet.

Une grande réussite sportive

La première Coupe du Monde de la FIFA n'attire que 13 équipes (quatre européennes, huit sud-américaines et l'équipe des Etats-Unis) mais, sur le terrain, le jeu est du tout meilleur niveau. Alors que le public s'attend à une domination sud-américaine, les quatre équipes européennes font mieux que se défendre, à l'instar de la France, qui bat le Mexique 4-1 avant de perdre de justesse (1-0) face à l'Argentine, au cours d'un match épique. En effet, six minutes après avoir sifflé la fin de la rencontre, l'arbitre est contraint, face aux protestations du public, de rappeler les joueurs, dont certains étaient déjà sous la douche !

Première finale, première légende

Quelques jours après, pour la finale 100% sud-américaine opposant l'Uruguay à l'Argentine, il règne une ambiance électrique dans le gigantesque stade Centenario (100 000 places). A la mi-temps, les Uruguayens sont menés 2-1, mais ils reviennent dans la partie en inscrivant 3 buts, à la stupéfaction des Argentins, et remportent la finale 4-2. Le président de la FIFA, Jules Rimet, remet le trophée "Victoire aux Ailes d'Or", une statuette en or de 30 cm et 4 kg, au capitaine uruguayen José Nazassi. La fête à Montevideo bat son plein durant plusieurs jours et le lendemain de la victoire, le 31 juillet, est proclamé fête nationale. Le coup d'envoi était donné pour la plus prestigieuse des compétitions de football et l'universalité de ce sport est enfin reconnue officiellement !