Avez-vous déjà vu un match de Coupe du Monde de la FIFA entre Brésiliens et Brésiliens, entre Français et Français ou entre Italiens et Italiens ? Certainement pas et c'est bien ce qui fait de ce duel du 22 juin 1974 une rencontre au caractère unique. Lors du premier tour de l'édition 1974 de l'épreuve suprême en Allemagne, la République Fédérale d'Allemagne (RFA) et la République Démocratique Allemande (RDA) se sont affrontées au Volksparkstadion de Hambourg.

Ce match a été la seule rencontre entre les équipes nationales des deux états nés de la division de l'Allemagne à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. Mais ce jour-là, rares sont ceux qui se doutent que ces 90 minutes occuperont une place à part dans l'histoire du football mondial et pas seulement en raison du caractère particulier de ce duel entre Allemands.

L'ambiance pendant le match est explosive, comme en témoigne l'anecdote suivante : pour ne pas heurter les sensibilités politiques, les joueurs n'osent pas procéder au traditionnel échange de maillots sur le terrain après le coup de sifflet final. C'est seulement une fois dans les vestiaires que Paul Breitner (RFA) va trouver l'auteur du but de la victoire, Jürgen Sparwasser (RDA), pour lui proposer de procéder au fameux échange. Ces deux maillots tomberont dans l'oubli pendant 28 ans, jusqu'à ce que les deux joueurs les mettent à disposition pour une vente aux enchères en faveur d'une œuvre de charité.

À l'époque
Les deux équipes sont certes déjà qualifiées pour le deuxième tour, mais ce duel fratricide a pour enjeu la première place du groupe et, bien sûr, le prestige. Pour la RFA, qui s'est imposée face au Chili (1:0) et à l'Australie (3:0), un match nul serait suffisant pour prendre la tête de la poule. Pour la RDA, en revanche, il faut absolument gagner. La sélection de Georg Buschner a en effet battu l'Australie (2:0) mais n'a ramené qu'un nul (1:1) de sa rencontre avec le Chili.

Au Volksparkstadion de Hambourg, 60 000 spectateurs, dont 1 500 citoyens est-allemands, suivent le match, qui sera la première et la dernière rencontre entre les équipes d'Allemagne de l'Est et d'Allemagne de l'Ouest sur un terrain de football. Les rôles sont clairement attribués : d'un côté se trouve la RDA, nouvelle venue dans la course au titre mondial, et de l'autre la RFA, championne du monde de 1954 et championne d'Europe en titre.

Le match
Dès le début, le match est empreint de respect mutuel. Aucune des deux équipes n'a l'intention de quitter le terrain vaincue ce soir-là et les deux formations se neutralisent. Les occasions de but se font rares. Les joueurs des deux camps se donnent à 100% et font preuve de combativité, tout en restant fair-play. L'arbitre uruguayen Ramon Barreto Ruiz distribue trois cartons jaunes, tous les trois à la RDA.

La seule véritable opportunité ouest-allemande revient à l'attaquant Gerd Müller, qui, à la 39ème minute, reçoit le ballon dans la surface de réparation, dos au but, et tire en pivot. Le cuir s'écrase contre le poteau. Dans le camp adverse, Hans-Jürgen Kreische est à deux doigts de donner l'avantage à son équipe en première période quand, après un centre venu de l'aile gauche, il frappe cinq mètres au-dessus de la cage gardée par Sepp Maier.

C'est finalement dans le dernier quart d'heure, alors que les deux équipes semblent devoir se séparer sur un score nul et vierge, que tout se joue. Le portier de la RDA Jürgen Croy intercepte un ballon aérien à la 77ème minute et déclenche le contre décisif en relançant rapidement sur Erich Hamann côté droit. Entré en jeu dix minutes auparavant, le milieu de terrain se lance dans un raid de 30 mètres avant d'être intercepté par Franz Beckenbauer. Mais l'intervention du libéro ouest-allemand manque de conviction et Hamann parvient malgré tout à centrer.

Là, Jürgen Sparwasser, bien placé, contrôle de la tête, des épaules et de la poitrine à la fois. Les défenseurs Berti Vogts et Horst-Dieter Höttges sont si surpris par cette manœuvre que Sparwasser peut pénétrer dans la surface de séparation et place une frappe imparable à cinq mètres, offrant ainsi la victoire (1:0) à son équipe. C'est le premier but encaissé par la RFA après 481 minutes de jeu et ce sera la seule réalisation de Sparwasser dans le cadre de la compétition.

Le héros
L'auteur du but décisif, Jürgen Sparwasser, est entré dans l'histoire pour toujours en faisant trembler les filets lors de ce duel unique. Sa réalisation face aux Allemands de l'Ouest a fait de lui l'un des sportifs les plus connus de RDA. L'apprenti constructeur de machines âgé de 26 ans en 1974 a disputé en tout 53 matches sous le maillot de la sélection est-allemande (15 buts). Lors de l'exposition universelle de Hanovre en 2000, l'attaquant s'est même vu dédier un buste.

Entendu…
"Si un jour il y a écrit sur ma tombe Hambourg 74, tout le monde saura qui se trouve en dessous" - Jürgen Sparwasser, attaquant de la RDA

"Le but de Sparwasser nous a réveillés. Sans cela, nous ne serions jamais devenus champions du monde" - Franz Beckenbauer, libéro de la RFA

Et après ?
La première place du groupe, acquise par la RDA grâce à cette victoire sur la RFA, ne s'est pas vraiment avérée être un avantage. Car au cours du deuxième tour - une nouvelle règle introduite lors de la phase finale de 1974 - les Allemands de l'Est ont été confrontés à des adversaires difficiles, les Brésiliens (0:1), les Argentins (1:1) et les futurs vice-champions néerlandais (0:2), et ont dû se contenter de la troisième place de leur poule.

La sélection ouest-allemande, en revanche, s'est imposée face à la Yougoslavie (2:0), la Suède (4:2) et la Pologne (1:0), décrochant haut la main son billet pour la finale, où elle a remporté contre les Pays-Bas (2:1) sa deuxième couronne mondiale après celle de 1954.

Cette édition est restée la seule participation de la RDA à la Coupe du Monde de la FIFA, tandis que la République Fédérale d'Allemagne a toujours réussi à se qualifier pour le tournoi jusqu'à ce jour. Depuis, elle a remporté un troisième titre mondial en 1990.