La grande finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010, opposant les Pays-Bas à l’Espagne, a peut-être lieu dans deux jours, mais avec la cérémonie de lancement de l’Emblème officiel de Brésil 2014 organisée ce jeudi au Sandton Convention Centre de Johannesburg, on ne peut s’empêcher de se projeter déjà vers la prochaine édition.

Dorénavant, la deuxième Coupe du Monde de la FIFA organisée sur le sol brésilien sera à jamais associée à l’image de ces trois mains entrelacées imitant la forme du trophée tant désiré. Cependant, ce logo baptisé "Inspiração" (Inspiration) ne sera pas le seul ingrédient de la grande fête brésilienne, grand mélange de joie et de couleurs qui permettra à tous les torcedores de laisser libre cours à leur passion pour le jeu.

Cette passion transparaissait d’ailleurs dans les performances du groupe de percussionnistes Barbatuques, accompagnés par le jongleur sud-africain Bingo, ainsi que dans celles du groupe BossaCucaNova et de la chanteuse Vanessa da Mata. Les personnalités présentes à la cérémonie ont également joué sur le sentiment d’anticipation, à commencer par un Luiz Inacio ‘Lula’ da Silva, Président du Brésil, qui a truffé son discours de références aux exploits réalisés par Bebeto, Carlos Alberto Parreira, Carlos Alberto, Romario, Franz Beckenbauer et Michel Platini dans la reine des compétitions.

"Après la phase finale de 2010, chacun d’entre nous rentrera chez lui en se sentant un peu plus africain. Il faut donc que tout le monde se prépare à se sentir un peu plus brésilien dans quatre ans", a déclaré Ricardo Teixeira, Président du Comité d’organisation de Brésil 2014. "'Être brésilien', voilà une phrase qui va prendre une nouvelle dimension sur les années à venir. Nous invitons toute la planète à venir nous rendre visite."

Joie et créativité
Le Président de la FIFA, Joseph S. Blatter, a lui aussi mis en valeur la ferveur avec laquelle le Brésil recevra la phase finale. "Le football est une véritable religion au Brésil. Quel autre pays du monde s’identifie autant au football que le Brésil ?", s’est demandé le Président de l’entité faîtière du football mondial.

"Le Brésil, c’est un pays de joie et de créativité, deux valeurs qui définissent aussi le football. En outre, le Président Lula m’avait dit un jour que le football, c’est l’éducation. C’est également dans ce sens que nous voulons faire avancer la Coupe du Monde", a conclu le Président de la FIFA, en établissant un parallèle entre les réussites d’Afrique du Sud 2010 et celles auxquelles aspire Brésil 2014.

Le Président Lula a lui aussi pris exemple sur la première Coupe du Monde de la FIFA organisée en Afrique. "Le succès de nos frères africains place la barre très haut pour nous. Nous allons tâcher d’en tirer les leçons afin de faire de l’édition 2014 un succès encore plus retentissant. Dès janvier 2011, je ne serai plus Président du Brésil, mais je resterai brésilien. Mon pays peut compter sur moi pour tout mettre en œuvre pour que ce soit la meilleure Coupe du Monde de l’histoire. Au nom du peuple brésilien, je m’y engage."

Talents multiples
Joie et optimisme ont marqué l’événement organisé à Johannesburg, mais il était également question d’art et de créativité, deux notions représentées par le groupe de personnes qui ont procédé à la sélection du logo. Le jury était composé de l’architecte Oscar Niemeyer, du designer Hans Donner, de la top-modèle Gisele Bundchen, de l’écrivain Paulo Coelho et de la chanteuse Ivete Sangalo, ainsi de que de Ricardo Teixeira et de Jérôme Valcke, Secrétaire général de la FIFA.

Cet ensemble aux talents multiples a donc été choisi pour représenter un pays qui, selon les mots de Teixeira, "a instauré un nouveau genre de modernité, axé sur les êtres humains et leur capacité à dépasser leurs différences". Les populations très variées de cette nation polymorphe se rejoignent toujours sur l’amour du football. Elles auront l’occasion de s’enthousiasmer dans quatre ans, pour la prochaine Coupe du Monde de la FIFA.