Les qualifications de la Zone Europe pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ ont déjà réservé leur lot de sensations avec les parcours sans faute des Pays-Bas et de la Russie, qui ont déjà presque un pied en Amérique du Sud, alors que l'Espagne, championne du monde et d’Europe en titre, est accrochée par la France dans le Groupe I.

Les révélations de cette première partie sont sans doute la Suisse, leader du Groupe E avec trois victoires et un nul, et le Monténégro qui compte deux points d'avance sur l'Angleterre dans le Groupe H. En revanche, la Turquie totalise déjà trois défaites dans le Groupe D, la Serbie pointe à 6 points de la Belgique et de la Croatie dans le Groupe A, alors que le Portugal est distancé de cinq points par la Russie dans le Groupe F.

FIFA.com fait le point sur les premiers enseignements des qualifications sur le Vieux Continent.

L'affiche
Allemagne 4:4 Suède, Groupe C, 16 octobre 2012, Olympiastadion, Berlin

La fameuse maxime de Gary Lineker "et à la fin c'est l'Allemagne qui gagne" a été foulée du pied par onze Suédois déchainés qui ont remonté un handicap de quatre buts en 28 minutes. Pourtant, à l'heure de jeu, la Nationalmannschaft menait logiquement 4:0 et s'acheminait vers un cavalier seul dans sa poule. Mais une tête rageuse de Zlatan Ibrahimovic a suffi pour faire douter une formation allemande qui possède une des meilleures équipes de son histoire mais a laissé ses vertus guerrières au vestiaire. Soudain déboussolés, cafouillant tous les ballons, jouant à reculons et oubliant tous les fondamentaux, les triples champions du monde concédaient une incroyable mais justifiée égalisation à Rasmus Elm, dans les arrêts de jeu. La fragilité psychologique de cette équipe est peut-être la grande surprise du début de ces qualifications.

Le but
Le but le plus important de ces qualifications a sans doute été inscrit le 16 octobre au stade Vicente Calderon par le Français Olivier Giroud, à la troisième minute du temps additionnel, qui concrétisait une grande prestation des Bleus en seconde période face à des champions d'Europe et du monde méconnaissables.

A quelques secondes près, l’Espagne aurait pu enchaîner un 25ème succès consécutif en match de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA ou l’UEFA EURO. La dernière fois que l’Espagne n’a pas remporté un match de qualification remonte au nul 1:1 en Islande, le 8 septembre 2007. Cela n’avait pas empêché la Roja de se qualifier pour l’UEFA EURO 2008… et de le remporter.

La stat
73 joueurs : c'est la vaste revue d'effectif effectuée par Cesare Prandelli depuis qu'il a pris en main l'Italie à la fin de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™ pour un bilan plus qu'honorable de 16 victoires, 8 nuls et 7 défaites. Résultat, le sélectionneur des vice-champions d'Europe peut logiquement affirmer: "Nous avons changé. Notre jeu n'est pas seulement plus offensif, mais surtout plus diversifié. Nous avons trouvé plus d'alternatives dans notre football".

Entendu…
"En milieu de terrain, nous disposons de deux ou trois footballeurs qui ont atteint la perfection tactique. Mais certaines équipes nous ont fait beaucoup souffrir. Ces qualifications sont loin d'être terminées" - Vicente del Bosque, sélectionneur de l'Espagne

A venir
Les confrontations directes s'annoncent décisives dans les quatre groupes où l'on assiste à des mano à mano. C'est le cas entre la Croatie et la Belgique (Groupe A, le 11 octobre prochain), l'Allemagne et la Suède (Groupe C, le 15 octobre), la Bosnie-Herzégovine et la Grèce (Groupe G, le 22 mars) et la France et l'Espagne (Groupe I, le 26 mars). La situation est encore plus serrée dans le Groupe H entre le Monténégro, l'Angleterre et la Pologne, qui compte un match de retard. Rendez-vous est déjà pris pour la double confrontation Monténégro-Angleterre (aller le 26 mars, retour le 11 octobre), les peut-être décisifs Pologne-Monténégro (6 septembre) et Angleterre-Pologne (15 octobre).

A suivre enfin le Portugal-Russie du 7 juin où les Lusitaniens joueront presque leur dernière carte s’ils veulent avoir une chance de se qualifier directement.