LE FILM DE LA JOURNÉE - L'avant-dernière journée du tournoi qualificatif hexagonal de la CONCACAF a été placée sous le signe du suspense. Le Mexique était à cinq minutes d'une élimination quasi-certaine lorsque Raul Jimenez lui a offert la victoire, d'un superbe retourné acrobatique, face à une vaillante équipe du Panama. Grâce à ce résultat, El Tri occupe actuellement la quatrième place, synonyme de barrage intercontinental contre la Nouvelle-Zélande, et peut même encore espérer subtiliser la troisième position du classement au Honduras. Les États-Unis, de leur côté, ont assuré définitivement leur première place en battant la Jamaïque, qui a fait ses adieux officiels au Brésil vendredi 11 octobre. FIFA.com revient sur une soirée de football complètement folle dans la zone CONCACAF.

L'affiche

Mexique - Panama
Buts : Oribe Peralta (40'), Raul Jimenez (85') pour le Mexique ; Luis Tejada (81') pour le Panama

El Tri
a enfin remporté son premier match à l'Estadio Azteca dans cet Hexagonal, mais avec quelles difficultés ! Oribe Peralta ouvre le score tôt dans la partie. Le Mexique, qui en est à son troisième sélectionneur depuis le début des qualifications, traverse une crise de confiance, symbolisée par le penalty manqué par Javier Hernandez en milieu de deuxième période. L'arrêt du gardien Jaime Penedo a ainsi fait souffler un vent glacial sur l'Azteca, bientôt suivi d'une douche froide lorsque le remplaçant panaméen Luis Tejada égalise pour les visiteurs. Si le score en était resté là, le Honduras aurait été directement qualifié pour Brésil 2014. Mais le jeune attaquant Jimenez avait d'autres idées en tête. D'un magnifique ciseau acrobatique, il trouve l'intérieur du poteau panaméen et offre ainsi, à cinq minutes du coup de sifflet final, une bouffée d'espoir à tout un peuple. Le Mexique est toujours en course pour se qualifier.

Les autres rencontres
Plus tôt dans la journée à San Pedro Sula, le Honduras a battu le Costa Rica, déjà qualifié, sur le score de 2:1. Pendant les 45 premières minutes, les Ticos, qui étaient au grand complet, rivalisent parfaitement avec leurs voisins. Mais au retour des vestiaires, les Honduriens produisent un jeu plus animé, grâce notamment aux courses nombreuses et intelligentes de leur ailier Oscar Boniek Garcia. Le seul but de la partie sera inscrit à la 66ème minute par l'inévitable Jerry Bengtson, meilleur réalisateur hondurien dans ces qualifications. Grâce à ce court succès, le Honduras est assuré de terminer au pire quatrième. Cela lui vaudrait de rencontrer la Nouvelle-Zélande en barrage intercontinental.

À Kansas City, les États-Unis ont mis fin au calvaire de la Jamaïque en l'emportant 2:0. Pour cette rencontre, le sélectionneur Juergen Klinsmann a fait de nombreux changements. Son équipe new-look met du temps à se mettre en route. Les locaux doivent attendre la 77ème minute pour trouver enfin le chemin des filets, par le biais de Graham Zusi. Le jeune attaquant qui évolue en MLS était entré en cours de jeu. Trois minutes plus tard, Jozy Altidore double le score pour les Américains, en marquant son quatrième but personnel dans cet Hexagonal. Grâce à cette victoire, les États-Unis bouclent ces qualifications en ayant remporté tous leurs matches à domicile, sans encaisser le moindre but.

Le joueur
Oribe Peralta (MEX)
Dans un match où une pression énorme pesait sur les épaules des joueurs mexicains, sommés de décrocher leur première victoire de la campagne brésilienne sur leurs terres, l'attaquant de Santos Laguna, qui évoluait dans une position de faux numéro 9, a parfaitement animé le secteur offensif aztèque. Pendant 90 minutes, son entente avec Chicharito Hernandez a été parfaite. Modèle d'abnégation, il a systématiquement fait l'effort de revenir les rares fois où il a perdu le ballon. Cerise sur le gâteau, il a inscrit son huitième but sous le maillot mexicain, contribuant ainsi directement au triomphe d'El Tri.

Le but
Raul Jimenez (MEX)

Dans l'atmosphère irrespirable de l'Azteca, il fallait un coup de génie pour faire retomber la pression. Celui-ci est venu de Jimenez. Juste à l'extérieur de la surface, le joueur de 22 ans réceptionne le ballon d'un contrôle orienté, suivi d'un un retourné acrobatique somptueux qui heurte l'intérieur du montant panaméen, avant de venir faire trembler les filets. Dans sa longue histoire, l'Azteca a rarement vu une telle merveille. Les fans mexicains peuvent laisser éclater leur joie.

La stat
15 -
C'est le nombre de matches de qualifications pour Brésil 2014 débutés par Oscar Boniek Garcia pour le Honduras. Aucun autre Catracho, pas même le gardien vétéran Noel Valladares, ne fait aussi bien. Le rapide et travailleur joueur de Houston Dynamo est depuis longtemps l'un des rouages essentiels de la sélection hondurienne, comme lorsque celle-ci avait battu le Canada 8:1 au tour précédent ou lors des victoires historiques contre les États-Unis et le Mexique, au cours d'une campagne qui aura duré plus d'un an.

Entendu…
"Avec ce groupe de joueurs, nous avons réalisé une année 2013 formidable. La sauce est en train de prendre et nous allons doucement commencer à nous préparer pour l'été prochain. Cela dit, il reste encore beaucoup de travail, car une Coupe du Monde n'a rien à voir avec un Hexagonal. Nous avons confiance en nos moyens" - Juergen Klinsmann, sélectionneur des Etats-Unis

Tournoi hexagonal final de la CONCACAF, journée 9
11 octobre
Honduras 1:0 Costa Rica
États-Unis 2:0 Jamaïque
Mexique 2:1 Panama

A venir
15 octobre
Costa Rica - Mexique
Jamaïque - Honduras
Panama - États-Unis