À deux journées de la fin des qualifications de la CONCACAF pour la prochaine Coupe du Monde de la FIFA™, les États-Unis et le Costa Rica se sont adjugé deux des trois billets directs de la zone pour Brésil 2014. Le Mexique, qui n'a plus gagné depuis quatre matches, devra absolument changer cette habitude s'il ne veut pas manquer l'épreuve reine du football mondial pour la première fois depuis 1990.

FIFA.com
se penche sur l'avant-dernier épisode de l'Hexagonal.

L'affiche
Mexique-Panama

En temps normal, la réception du Panama au stade Azteca aurait comme dénouement logique trois points de plus pour le Mexique. Mais les temps ont changé pour El Tri, qui reste sur deux défaites d'affilée : un impensable revers à domicile contre le Honduras, suivi d'un 2:0 net et sans bavure chez le grand rival américain. Victor Manuel Vucetich et ses hommes n'ont plus le choix. Pour le nouveau sélectionneur du Mexique, le troisième depuis le coup d'envoi de l'Hexagonal, les données sont simples : la victoire est impérative pour pouvoir espérer accrocher le dernier wagon direct à destination de Brésil 2014 ou, à défaut de cela, le droit de disputer un barrage intercontinental face à la Nouvelle-Zélande.

Comme on pouvait s'y attendre, le nouvel entraîneur a remis de l'ordre dans la maison aztèque en rappelant le gardien d'Ajaccio Guillermo Ochoa ainsi que l'emblématique Rafa Marquez. L'ancien patron de Monterrey, surnommé le Roi Midas pour ses exploits avec les différents clubs qu'il a entraînés, a par ailleurs convoqué le jeune meneur de jeu d'origine argentine Lucas Lobos. Carlos Vela, qui s'était brouillé avec l'encadrement technique d'El Tri, brille en Espagne avec la Real Sociedad, mais n'a pas été retenu. Cela vaut également pour Andres Guardado, laissé de côté pour "raisons tactiques". Les supporters présents à l'Azteca attendront beaucoup de Javier Hernandez, qui n'a toujours pas marqué dans ces qualifications. Giovani dos Santos est l'une des rares satisfactions ces derniers temps dans les rangs mexicains, mais il ne pourra pas à lui seul faire ce que le Mexique n'a pas encore réussi dans cet Hexagonal : s'imposer à domicile. Le bilan des quatre premières sorties des Mexicains sur leur terrain dans cette phase finale est en effet de trois nuls et une défaite.

Sous la houlette de Julio Dely Valdes, le Panama est devenu un adversaire coriace dans la région. Actuellement à égalité de points (8) avec le Mexique, les Canaleros sont toujours à la poursuite du rêve de toute une nation : disputer la Coupe du Monde de la FIFA™ pour la première fois. Les Panaméens avaient battu El Tri à deux reprises l'été dernier dans la Gold Cup de la CONCACAF. "Nous pouvons obtenir un bon résultat, à condition de faire les choses correctement. Le Honduras a montré que le Mexique n'était pas imbattable chez lui", annonçait récemment au micro de FIFA.com l'excellent défenseur Roberto Chen.

Les autres rencontres
L'autre choc de cette pénultième journée opposera le Honduras au Costa Rica, dans une confrontation 100% centraméricaine, avec tout ce que cela implique de rivalité. Les Catrachos occupent aujourd'hui la troisième place du classement, avec trois longueurs d'avance sur le Mexique et le Panama. En cas de victoire, ils seront directement qualifiés pour le Brésil, à condition cependant que la rencontre entre le Mexique et le Panama se termine sur un score de parité. Déjà qualifiés, les Ticos abordent ce rendez-vous sans la moindre pression.

Dans le troisième et ultime match de la journée, les extrêmes se rencontreront avec le déplacement de la Jamaïque, lanterne rouge, aux États-Unis, qui ont déjà validé leur billet pour une septième participation consécutive à la Coupe du Monde de la FIFA. À Kansas City, la formation dirigée par Jürgen Klinsmann sera privée de Michael Bradley et de Clint Dempsey, tous deux blessés. Les Reggae Boyz sont quant à eux encore en course sur le plan mathématique, mais ils ne le seront plus s'ils ne prennent pas trois points : "C'est la victoire ou l'élimination", résume le sélectionneur Winfried Schaefer, parfaitement conscient que la Jamaïque n'a plus gagné depuis huit matches. "Il faudra résister aux assauts jamaïcains dès le début, car nous savons qu'ils n'ont plus rien à perdre. Ils vont tout donner. Si nous réussissons à le faire, nous devrions en principe pouvoir prendre les trois points", affirme au micro de FIFA.com Kyle Beckerman, qui remplace le milieu de terrain de l'AS Rome Bradley, blessé.

Entendu…
"Nous devons gagner ce match pour nos supporters. Nous savons que nous restons sur plusieurs contre-performances, mais nous sommes déterminés à tout donner pour changer cela. J'espère que l'Azteca sera derrière nous, de façon inconditionnelle" - Guillermo Ochoa, gardien du Mexique, au micro de FIFA.com

Hexagonal final de la CONCACAF, 9ème journée
11 octobre
Honduras - Costa Rica
États-Unis - Jamaïque
Mexique - Panama

Le classement
1. États-Unis (16 points. Qualifiés)
2. Costa Rica (15. Qualifié)
3. Honduras (11)
4. Panama (8)
5. Mexique (8)
6. Jamaïque (4)

A venir
15 octobre
Costa Rica - Mexique
Jamaïque - Honduras
Panama - États-Unis

Votre opinion !
Le Mexique peut-il gagner son premier match à l'Azteca dans cet Hexagonal, ou le Panama créera-t-il la sensation ? La Jamaïque peut-elle continuer à rêver, ou bien Kansas City marquera-t-elle la fin de sa route vers le Brésil ?