Au-delà des succès enregistrés sur le terrain et des affluences très satisfaisantes, la Coupe des Confédérations de la FIFA, Brésil 2013 aura également servi de test grandeur nature à une activité de l'ombre qui fait pourtant partie des priorités des organisateurs de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ : la gestion des déchets.

Grâce à une campagne de développement durable financée par Coca-Cola, chapeautée par la FIFA et le Comité d'Organisation Local (COL) et impliquant 19 coopératives de ramasseurs des déchets affectés aux six stades, l'épreuve organisée au mois de juin 2013 a contribué à la collecte de quelque 70 tonnes de matériaux recyclables, générant une neutralisation de CO2 située entre 256 655 g et 2 464 849 g.

“Le projet porte sur deux secteurs chers à Brésil 2014 : le social et l'environnement, explique le responsable de la propreté et de la gestion des déchets du COL de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, Ricardo Ribas. Sur le plan social, cela a permis de mobiliser les coopératives de ramasseurs, qui ont vu leur profession valorisée et démontré une belle capacité de travail en équipe. Au niveau environnemental, nous nous en sommes tenus à la Politique nationale des déchets solides du gouvernement fédéral, qui recommande de se focaliser sur la séparation et la destination adéquate des déchets.”

Le fait que le COL ait décidé de consacrer spécifiquement l'une de ses divisions à la propreté et à la gestion des déchets en dit long sur sa volonté de travailler sur les problématiques environnementales liées à la Coupe du Monde de la FFA 2014. La Coupe des Confédérations de la FIFA a permis de vérifier l'efficacité du processus, qui a débuté par la sélection de 19 coopératives, pour un total de 240 ramasseurs. Ensuite, les jours de match, la veille et le lendemain, les ramasseurs sont allés sur le terrain faire leur travail de triage, consistant à séparer les déchets recyclables des non-recyclables. Pour cela, outre une rémunération, ils ont reçu une tenue de travail et des équipements de protection individuelle. Une fois arrivés aux coopératives, les déchets ont été soumis à la deuxième phase du triage.

“Pour 2014, nous souhaitons affiner davantage cette activité et nous comptons bien profiter du temps dont nous disposons pour développer les procédures de sélection des coopératives, mettre en place des formations et mieux coordonner les activités, explique Ribas. Par exemple, l'un des objectifs est de faire en sorte que les coopératives ne travaillent pas seulement autour des matches mais tout au long du tournoi.”

Coupe des Confédérations : ambition et satisfaction
Dans tous les cas, lors de la Coupe des Confédérations de la FIFA, les résultats ont été très positifs pour les coopératives ainsi que pour notre planète. Ils seront au centre de l'attention du deuxième Séminaire sur le développement durable pour les responsables des stades à Récife, en vue d'améliorer la coopérations au niveau de la gestion des déchets entre les acteurs-clés du secteur lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014. Près de 40 % de la masse totale des déchets produits lors de la Coupe des Confédérations de la FIFA ont été triés. Pour la Coupe du Monde, l'objectif est de porter ce total au moins à 80 %.

Dans l'esprit de la FIFA et du COL, des secteurs comme la protection de l'environnement, la lutte contre le changement climatique et la gestion des déchets doivent faire partie des priorités de l'organisation d'une Coupe du Monde de la FIFA et de son héritage. De fait, cela est le cas au Brésil depuis la présentation de la Stratégie de viabilité de la Coupe du Monde de la FIFA 2014™, réalisée à l'occasion de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable organisée à Rio de Janeiro (Rio+20) en juin 2012.

"Notre dernière expérience a montré l'importance des déchets et la manière dont ils étaient gérés. Ces éléments constituent des paramètres essentiels à la réussite d'une Coupe du Monde de la FIFA" souligne Federico Addiechi, chef du département Responsabilité sociale de la FIFA. "Le fait que le gouvernement brésilien ait récemment mis en place un ensemble de politiques pour encadrer la gestion des déchets met encore plus en lumière cette réalité. Nous sommes très heureux des évolutions dans ce domaine, en particulier de la capacité à pouvoir travailler en étroite collaboration avec les coopératives locales pour donner à l’événement une marque encore plus durable."