Le public de Lviv s'en souvient encore. À dix minutes de la fin du temps réglementaire, Lars Bender récupère le ballon à l'entrée de sa propre surface et lance la contre-attaque. La balle transite par Miroslav Klose, Sami Khedira et Mesut Özil, avant de revenir sur le joueur du Bayer Leverkusen. Au sortir d'une course de 80 mètres, Bender trompe le gardien danois Stephan Andersen d'un geste plein de sang-froid. Le but de la victoire (2:1) de l'Allemagne sur le Danemark est aussi celui de la qualification pour les quarts de finale de l'UEFA EURO 2012.

"Je ne m'attendais pas à être titulaire et à inscrire le but de la victoire", confiait le milieu de terrain à l'issue de la rencontre. Depuis, Joachim Löw ne l'a pas oublié et Bender peut aujourd'hui espérer être du voyage pour le Brésil en 2014. "Quand on a participé à un grand tournoi, on n'a pas envie d'en rester là. Tous les footballeurs rêvent de participer à la Coupe du Monde et je suis très curieux de découvrir cette compétition", explique Bender au micro de FIFA.com.

L'optimisme du champion d'Europe U-19 2008 s'explique par la confiance dont il jouit auprès du sélectionneur national. Bender a ainsi pris part aux matches contre l'Argentine (1:3), les Pays-Bas (0:0) et la France (2:1). "Si je veux rester en équipe nationale jusqu'à la Coupe du Monde, je dois maintenir mon niveau de performance en club", tempère Bender. "La route est encore longue, il faut absolument rester concentré sur ses objectifs". 

Le prochain se présente le 14 février prochain, à l'occasion du choc entre le Bayer Leverkusen et le Benfica Lisbonne en UEFA Europa League. "Nous sommes conscients de la valeur de l'adversaire", assure l'Allemand. "Mais un club comme le Bayer Leverkusen n'a pas à redouter qui que ce soit. Nous avons les moyens de franchir cet obstacle. Je suis convaincu que Benfica aurait préféré un autre tirage. Ce sera dur mais si nous évoluons à notre meilleur niveau, nous pourrons relever le défi."

Une affaire de famille
Bender et ses coéquipiers du Werkself occupent actuellement la troisième place de Bundesliga, derrière le Bayern Munich et le Borussia Dortmund. "Nous avons déjà prouvé de quoi nous sommes capables à plusieurs reprises. Nous avons l'effectif pour viser les premières places", annonce Bender dont le frère jumeau Sven évolue pour sa part à Dortmund.

Si le premier court toujours après son premier titre, le second compte déjà deux championnats et une Coupe d'Allemagne à son actif. En revanche, Lars semble avoir pris un temps d'avance sur son frère en équipe nationale. À moins de 500 jours du coup d'envoi de Brésil 2014, Lars semble bien parti pour être du voyage. Ses dernières apparitions ont en tout cas conforté son statut de titulaire.

Milieu défensif de formation, il mise sur sa polyvalence et sa flexibilité pour se faire une place au sein du groupe. "C'est une question qui divise", admet-il. "Je sais que je suis plus à l'aise au poste de milieu défensif. C'est là que je réalise mes meilleurs matches. Mais quel que soit le rôle que le sélectionneur me demande de tenir, je serais ravi de rendre service."  

Il aura l'occasion de le prouver à Joachim Löw lors de la double confrontation contre le Kazakhstan, fin mars. "Nous sommes bien placés mais nous sommes dans l'obligation de remporter les deux prochains matches", estime-t-il. "Si nous maintenons notre niveau de concentration et de domination, il ne fait aucun doute que nous validerons rapidement notre billet pour le Brésil."