LE FILM DE LA JOURNÉE - Forts de leur victoire in extremis en Jamaïque, les États-Unis se replacent parmi le trio de tête du tour final des qualifications de la CONCACAF pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Les Stars and Stripes doivent cependant faire face à la concurrence acharnée du Costa Rica et du Mexique, à égalité de points. El Tri, qui compte un match en plus, a dû puiser dans ses réserves pour arracher le point du nul au Panama. En embuscade à une longueur, les Canaleros ont démontré qu'il faudrait probablement compter avec eux jusqu'au bout. De son côté, le Costa Rica est sorti vainqueur d'une rude confrontation avec le Honduras, à San José.

FIFA.com revient sur les principaux événements survenus lors de la journée du 7 juin.

L'affiche
Jamaïque 1:2 États-Unis
En déplacement à Kingston, les États-Unis avaient à cœur de faire oublier la défaite (2:1) concédée dans la capitale jamaïcaine au tour précédent. Jozy Altidore a été le premier à trouver le chemin des filets, d'une reprise de la tête pleine de sang-froid à la demi-heure de jeu. Ce but a rassuré Jürgen Klinsmann mais le technicien allemand n'était pas au bout de ses peines. Complètement démarqué et idéalement servi sur un coup franc, Jermaine Beckford a remis les deux équipes à égalité de la tête à deux minutes du terme. En deux déplacements à The Office, les Américains ont déjà encaissé trois buts sur coups de pied arrêtés. "On ne peut pas commettre de telles erreurs à l'extérieur", confiait l'ancien Monégasque à FIFA.com après la défaite concédée en septembre de l'année dernière. Heureusement pour lui, le défenseur Brad Evans a redonné l'avantage aux visiteurs dans la foulée, offrant ainsi une courte mais précieuse victoire à son équipe.  

Les autres rencontres
Le Mexique abordait son déplacement au Panama avec de belles intentions sur le papier, avec Andres Guardado, Javier Hernandez et Giovani dos Santos alignés d'entrée. Toutefois, les Canaleros ont encore prouvé qu'ils n'étaient plus de simples figurants. Poussés par le bouillant public du stade Rommel Fernandez et emmenés par un Felipe Baloy en grande forme dans l'axe de la défense, les locaux ont obtenu un nul méritoire (0:0). Les Mexicains sont même passés tout près de la catastrophe en deuxième mi-temps. En forte progression depuis quelques années, le Panama est toujours invaincu à domicile dans les qualifications pour Brésil 2014.

Pendant ce temps à San José, le Costa Rica et le Honduras se sont livré un duel sans merci. Le tempo frénétique de la rencontre n'a toutefois pas vraiment permis aux artistes de s'exprimer pleinement. Inscrit par Roy Miller à la 24ème minute, l'unique but de la rencontre est à l'image de l'ensemble du duel. Le gardien hondurien Noel Valladares a mal négocié un coup franc apparemment anodin et le défenseur des New York Red Bulls en a profité pour conclure d'une frappe peu académique, qui a péniblement fini sa course au fond des filets. Ce succès permet aux Ticos de s'installer dans le trio de tête. En revanche, le Honduras paye ses errements en déplacement et pointe désormais à la cinquième place.

Le joueur
Véritable héros de la campagne olympique du Mexique à Londres, le dernier rempart de Cruz Azul, Jesus Corona, brille à chacune de ses sorties avec El Tri. Le gardien avait déjà largement contribué à la courte victoire (1:0) du Mexique à Kingston en début de semaine. Ce 7 juin, il a tenu en échec les attaquants panaméens à de nombreuses reprises, au grand dam du public local. Sollicité sur des interventions difficiles, Corona a sans doute sauvé son équipe en s'interposant sur une frappe à ras de terre de Blas Perez en seconde période. Sur ses dernières performances, le gardien a totalement justifié la confiance de José Manuel de la Torre, qui le préfère actuellement à l'Ajaccien Guillermo Ochoa.

Le but
Décisif lors de la victoire historique des États-Unis sur l'Allemagne en amical, Jozy Altidore a continué sur sa lancée en Jamaïque. À la demi-heure de jeu, Graham Zusi échappe à son garde du corps et centre de la droite. Buteur à 23 reprises en 33 matches avec l'AZ Alkmaar cette saison, Altidore se lance à la rencontre du ballon, saute plus haut que tout le monde et marque pour la deuxième fois en autant de sorties. Après avoir passé près de deux ans avec les Stars and Stripes sans marquer autrement que sur coup de pied arrêté, Altidore semble avoir retrouvé son instinct de finisseur.

Le stat
1 -
 En s'imposant 2:1 à Kingston, les États-Unis ont réalisé un petit exploit, puisqu'ils n'avaient jamais gagné un match de qualification à The Office, surnom du stade de Kingston. Ce chiffre est également parlant pour les Reggae Boyz, qui, bons derniers, n'avaient trouvé jusque-là le chemin des filets qu'une fois en cinq journées. "Nous sommes capables de marquer", assurait le sélectionneur Theodore Whitmore avant la partie. "Malheureusement, les buts sont toujours longs à venir." Sérieusement décrochée à cinq longueurs du trio de tête, la Jamaïque aura bien du mal à revenir sur ses adversaires, même en bénéficiant d'un hypothétique regain d'efficacité offensive.

Entendu…
"C'était un match très difficile. Nous nous y attendions et nous n'avons pas été déçus. Nous avons travaillé dur pour changer notre approche et obtenir de meilleurs résultats. Pour le moment, il nous manque encore quelque chose" - Carlos Salcido, défenseur du Mexique

Tour final hexagonal de la CONCACAF, Journée 4
7 juin
Panama 0:0 Mexique
Jamaïque 1:2 États-Unis
Costa Rica 1:0 Honduras

Le programme
11 juin

Honduras-Jamaïque
Mexique-Costa Rica
États-Unis-Panama