LE FILM DE LA JOURNEE - Les États-Unis et le Costa Rica sont les deux premiers pays de la CONCACAF qualifiés pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Dans l'Ohio, les Américains ont infligé à leur grand rival mexicain une défaite 2:0, tandis que le match nul rapporté par le Costa Rica de Kingston, contre la Jamaïque, suffit à propulser les Ticos à Brésil 2014. Dans le dernier match de cette journée, le Panama a joué un mauvais tour au Honduras en forçant les maîtres des lieux à partager les points à Tegucigalpa, grâce à un nul 2:2. Les deux réalisations panaméennes ont été l'œuvre de Gabriel Torres.

L'affiche
États-Unis 2:0 Mexique
Très attendu, ce clasico de la CONCACAF s'est terminé de façon prévisible, avec une quatrième victoire consécutive des États-Unis sur le Mexique à domicile, sur le même score que les précédentes. Au Crew Stadium de Columbus, où les États-Unis sont invaincus depuis dix rencontres, les supporters n'ont pas hésité à enfoncer le clou en chantant "dos a cero" (deux à zéro), à l'intention de Mexicains qui occupent aujourd'hui la cinquième et avant-dernière place du classement. À deux journées de la fin de ces qualifications, la sélection aztèque est à égalité de points avec le Panama, mais possède une moins bonne différence de buts.

Comme lors de la dernière journée à domicile, où ils ont été battus par le Honduras, les Mexicains ont bien débuté le match. Mais juste avant la pause, les Américains, parfaitement organisés, ouvrent le score par Eddie Johnson, qui reprend à bout portant un corner de Landon Donovan. À 12 minutes du coup de sifflet final, ce dernier est à la conclusion d'une belle action individuelle de Mix Diskerud. Dans les derniers instants, Clint Dempsey manque l'occasion, sur penalty, de porter la marque à 3:0. Cette tentative ratée passe quasiment inaperçue dans le vacarme lié à l'euphorie des fans américains.

Les autres rencontres
À Kingston, le Costa Rica semblait contrôler la situation à un quart d'heure du terme. C'est le moment que choisit le gardien jamaïcain Richard McCallum pour effectuer une passe à l'adversaire, en la personne de Randall Brenes, qui punit immédiatement le fautif. Mais en fin de partie, la Jamaïque, dernière au classement, égalise par Jermaine Anderson. Bien lancé en profondeur, l'attaquant des Reggae Boyz parvient à glisser le ballon hors de portée du gardien costaricien Patrick Pemberton. La Jamaïque inscrit ainsi son deuxième but en huit sorties dans le tournoi hexagonal. Mathématiquement, elle peut encore se qualifier. Cliniquement, elle est sous assistance respiratoire.

Dans l'ultime rencontre, le Honduras a laissé passer une occasion en or d'accentuer son avance sur le Mexique. À domicile contre le Panama, les Catrachos ont concédé le nul 2:2. Carlo Costly ouvre le score à la 28ème minute en trouvant le chemin des filets pour la deuxième fois en autant de matches. Juste après le retour des vestiaires, Gabriel Torres égalise d'une volée splendide. Les Honduriens remettent alors le pied à l'étrier et reprennent l'avantage grâce à Wilson Palacios. Le joueur de Stoke City se débarrasse de son adversaire direct avant de piquer délicatement le ballon, qui passe au-dessus du gardien Jaime Penedo et termine sa course au fond des filets. Mais à la fin du temps additionnel, Torres remet une deuxième fois les pendules à l'heure, sur une frappe en demi-volée.

Le Honduras est déçu. Les États-Unis et le Costa Rica font la fête, car ils ont les deux pieds au Brésil.

Le joueur
Eddie Johnson (États-Unis)

L'une des grandes questions pour l'entraîneur des États-Unis Jürgen Klinsmann avant la confrontation avec le Mexique était de savoir qui titulariser en lieu et place de l'attaquant Jozy Altidore, suspendu. Son choix s'est finalement porté sur Johnson, en raison notamment de son adresse dans le jeu aérien, de ses appels fréquents et intelligents, et de son entente quasiment télépathique avec son coéquipier en club, Clint Dempsey. Face au Mexique, l'attaquant de Seattle Sounders a récité ses gammes, donnant le tournis à la défense aztèque à la moindre occasion, en particulier sur coup de pied arrêté. À la demi-heure de jeu, sur un corner frappé par Donovan, Johnson propulse le ballon vers le but mexicain, mais Jesus Corona s'interpose. L'avertissement passe inaperçu chez les Verts, qui s'inclinent pour la première fois dans ce match sur une action identique. Quelques minutes après le retour des vestiaires, toujours sur corner, Johnson marque de la tête son quatrième but dans ces qualifications. Après avoir été laissé de côté à l'occasion de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™, Johnson renaît véritablement sous l'ère Klinsmann.

Le but
Gabriel Torres (Panama)

À Tegucigalpa, les Panaméens étaient menés d'un but par un Honduras inspiré, ce qui n'enlevait rien à leur détermination de rester en vie dans ces qualifications. Symbole de cette ténacité, Marcos Sanchez remonte à grandes enjambées dans le couloir gauche et adresse un centre au premier poteau. Dans un angle impossible, Torres se propulse vers le ballon, pied droit en avant. Le joueur de Colorado Rapids réussit à toucher le cuir et à l'envoyer au-dessus de Noel Valladares. Décidément inspiré, Torres trouvera une nouvelle fois le chemin des filets en fin de partie pour offrir un point inespéré au Panama.

La stat
8 -
Comme le nombre de points glanés par le Mexique en huit sorties dans ces qualifications. À deux journées du terme du tournoi préliminaire de la CONCACAF, El Tri a d'habitude déjà sa qualification en poche. Mais aujourd'hui, le géant de la zone n'occupe aucune des places directement qualificatives, ni même celle qui lui donnerait le droit de disputer un barrage intercontinental contre la Nouvelle-Zélande. Avec quatre buts seulement à leur compteur dans ce tournoi hexagonal, les Mexicains, qui ont déjà pris part à 13 éditions de la Coupe du Monde de la FIFA™, sont en grande difficulté. Il reste deux matches aux hommes dirigés par Luis Fernando Tena, à domicile contre le Panama et au Costa Rica, pour éviter d'être absents à la grand-messe du football pour la première fois depuis 1990.

Entendu…
"Je suis tellement fier de cette équipe et tellement fier d'en faire partie. Nous avons énormément travaillé. C'est merveilleux d'obtenir la qualification ici, devant un tel public. C'est pour cela que l'on joue, pour pouvoir participer à des fêtes comme celle de ce soir" - Landon Donovan, attaquant des Etats-Unis

Tour final hexagonal de la CONCACAF, journée 8
10 septembre
Honduras 2:2 Panama
Jamaïque 1:1 Costa Rica
États-Unis 2:0 Mexique

A venir
11 octobre
Mexique - Panama
Honduras - Costa Rica
États-Unis - Jamaïque