L’impact socio-économique de la compétition phare de la FIFA était déjà un thème central avant le dernier conseil d’administration du Comité Organisateur Local de Brésil 2014 tenu le 10 novembre 2014 à Zurich. Peu avant la réunion, Jérôme Valcke, Secrétaire Général de la FIFA, José Maria Marin, président de la Fédération Brésilienne de Football (CBF), et Marco Polo del Nero, président élu de la CBF, ont, en présence du ministre brésilien des Sports, Aldo Rebelo, signé un protocole d’accord pour la mise en œuvre du fonds d’héritage de la Coupe du Monde de la FIFA 2014™.

Comme confirmé par le Comité Exécutif le 26 septembre 2014, le fonds d’héritage s’élèvera à un total de 100 millions de dollars (US) et aura vocation à promouvoir le développement dans les domaines des infrastructures, du football féminin, du football de jeunes, de la santé et de divers programmes sociaux à l’attention des communautés défavorisées, et tout particulièrement celles des quinze États qui n’ont pas accueilli de matches de la Coupe du Monde.

"La signature de ce protocole d’accord confirme l’engagement de la FIFA pour un développement durable du football brésilien. Nous sommes convaincus que le fonds d’héritage sera une excellente plateforme pour maximiser les avantages de cette inoubliable Coupe du Monde de la FIFA 2014. Comme en 2010 et donc en 2014, nous prévoyons également de promouvoir un développement durable du football dans les pays hôtes des prochaines éditions de la Coupe du Monde", a déclaré Jérôme Valcke.

"Par le biais de ce fonds d’héritage, la Coupe du Monde de la FIFA 2014 continuera d’être un catalyseur pour le développement du football brésilien, particulièrement au niveau des jeunes. Nous sommes persuadés que les jeunes générations se souviendront de la compétition comme d’un tournoi qui a fondamentalement aidé notre football", a pour sa part commenté José Maria Marin.

"Aujourd’hui est un jour important pour le sport brésilien, car ce fonds d’héritage vient confirmer les avantages que l’organisation de la Coupe du Monde a apportés et va apporter au Brésil", a ajouté Aldo Rebelo.

Le premier projet du fonds d’héritage de la Coupe du Monde - quatre terrains dont trois synthétiques situés près de l’Estádio Olímpico do Pará à Belém - a été dévoilé par MM. Valcke et Marin en juillet dernier et est en passe d’être finalisé.

Si le financement, la supervision et le contrôle sont du ressort de la FIFA, les propositions et mises en œuvre de projets seront de la responsabilité de la CBF sur la base de dossiers soumis à la FIFA pour approbation. Conformément à la réglementation de la FIFA, tous les fonds fournis par la FIFA dans le cadre des projets feront l’objet d’un audit central annuel de KPMG.

Les dernières informations sur la mise en œuvre des projets seront disponibles sur les sites Internet de la FIFA et de la CBF.