"La meilleure équipe de l'histoire algérienne." Ainsi s'est emporté Farouk, un supporter inconditionnel de l'Algérie après la victoire des Fennecs (4:2) face à la République de Corée à Porto Alegre. Il faut dire que le 22 juin dernier, l'Algérie a remporté sa première victoire depuis la Coupe du Monde de la FIFA 1982™.

Il est sûrement un peu tôt pour juger ainsi la sélection actuelle, mais les joueurs de Vahid Halilhodzic ont déjà réussi de belles performances à Brésil 2014. Sofiane Feghouli a inscrit le premier but de l'Algérie après 507 minutes stériles pour les Fennecs en Coupe du Monde, puis la victoire contre la République de Corée a mis fin à 32 années sans victoire algérienne dans la reine des compétitions et 16 années sans aucun succès arabe. En outre, les Fennecs sont devenus la première équipe africaine à inscrire quatre buts en une rencontre de phase finale.

À cette occasion, FIFA.com passe en revue les principales victoires arabes en Coupe du Monde, dont les résultats sont restés dans l'histoire de la compétition.

La première victoire
Argentine 1978 : Tunisie 3:1 Mexique
Pour le premier match de leur histoire en Coupe du Monde, les Aigles de Carthage devaient affronter des Mexicains plus expérimentés et vainqueurs de la Gold Cup de la CONCACAF l'année précédente. La Tunisie semblait donc se diriger vers une défaite après l'ouverture du score des Mexicains en fin de première période, mais les Maghrébins ont inversé le cours du match en deuxième période grâce à des buts d'Ali Kaabi, Nejib Ghommidh et Mokhtar Douieb, signant ainsi la première victoire d'un pays arabe en phase finale. Toutefois, ce succès demeure le seul et unique des Tunisiens en quatre participations à la Coupe du Monde.

L'épopée de Gijon
Espagne 1982 : Algérie 2:1 République Fédérale d'Allemagne
Même les supporters les plus optimistes ne voyaient pas l'Algérie obtenir un point face aux doubles champions du monde de l'époque. Après une première période stérile, un certain Rabah Madjer a surpris Karl-Heinz Rummenigge et ses partenaires en ouvrant le score sur une attaque fulgurante. Rummenigge a égalisé à la 67ème minute, mais le soulagement allemand a été de courte durée puisque Lakhdar Belloumi a inscrit le but de la victoire, dix passes seulement après l'engagement. La sélection algérienne a obtenu un succès historique, "l'épopée de Gijon" restant la plus grande victoire arabe en Coupe du Monde jusqu'à aujourd'hui.

Un rêve devenu réalité
Mexique 1986 : Maroc 3:1 Portugal
Le Maroc a participé à sa première Coupe du Monde au Mexique en 1970, avant de revenir en terre aztèque pour l'édition 1986. Contrairement à leur première participation, où ils ont essuyé deux défaites d'affilée, les Lions de l'Atlas ont entamé Mexique 1986 par deux nuls, face à la Pologne et l'Angleterre. Ils ont ensuite obtenu leur première victoire face au Portugal, demi-finaliste de l'UEFA EURO deux ans plus tôt. Abdelrazzak Khairi, deux buts, et Mustafa Merry, auteur du troisième, sont les principaux artisans de l'arrivée d'une équipe arabe pour la première fois à ce niveau.

Duel fratricide
États-Unis 1994 : Arabie Saoudite 2:1 Maroc
En 15 Coupes du Monde, jamais deux sélections arabes ne s'étaient affrontées. Cette rencontre était décisive après les défaites enregistrées par les deux équipes durant la première journée, le Maroc ayant perdu face à la Belgique, et l'Arabie Saoudite, qui participait à sa première Coupe du Monde, face aux Pays-Bas. Après l'ouverture du score de Sami Al Jaber sur penalty, Mohammed Chaouch a égalisé, puis Fuad Amin a donné la victoire aux Saoudiens, inscrivant son deuxième but de la compétition.

Un but à la Maradona
États-Unis 1994 : Arabie Saoudite 1:0 Belgique
Après avoir battu le Maroc, les Saoudiens devaient absolument gagner face aux Belges s'ils voulaient se qualifier pour le second tour. Cinq minutes seulement après le coup d'envoi, Said Al Owairan a reçu le ballon dans son camp puis éliminé successivement quatre joueurs belges en parcourant toute la moitié de terrain adverse, et logé le ballon au fond des filets de Michel Preud'homme. Ce but sublime lui a valu le surnom de Maradona arabe.