"Eden a le potentiel pour devenir l’un des cinq meilleurs joueurs au monde. Il a toutes les qualités nécessaires." Les mots de Marc Wilmots ont quelque peu détonné, à la veille de l’entrée en lice de son équipe, dans le concert habituel des déclarations aseptisées d’avant-match. Ils tranchaient également avec le ton général de la conférence de presse du sélectionneur belge, prudent au moment d’évoquer la "génération dorée" des Diables Rouges et leurs chances d'aller au bout.

Wilmots n’est pas le premier technicien à parler d’Eden Hazard dans des termes aussi élogieux. Parfois critique la saison dernière à l’égard de son milieu offensif, le manager de Chelsea José Mourinho a tout de même dit de lui qu’il était "probablement le meilleur jeune joueur au monde". Beaucoup de jeunes talents pourraient s’enorgueillir de tels commentaires. Hazard les a pourtant accueillis avec une légère pointe de gêne. Lorsque FIFA.com lui a rapporté les propos dithyrambiques de son entraîneur, le milieu belge a joué la carte de la modestie.

"Il a vraiment dit ça ?", s’étonne l’ancien Lillois. "Je n’aime pas vraiment parler de moi de cette façon et très franchement, je ne pense pas le mériter actuellement. Pour être considéré comme l’un des cinq meilleurs joueurs au monde, il faudrait d’abord que j’inscrive davantage de buts. Il faudrait presque marquer à chaque match, comme le font saison après saison les tout meilleurs, Messi et Ronaldo. Ces deux joueurs ont placé la barre très haut. C’est gentil de la part du coach de dire des choses pareilles, mais je ne partage pas forcément son avis."

Rester en tête
Les compliments de Wilmots ont retenu l’attention, mais il a également délivré quelques conseils à son jeune protégé. Il attend notamment de lui qu’il "enlève le frein à main". L'intéressé reconnaît volontiers qu'il n'a pas su complètement relever le défi face à l’Algérie. Aussi altruiste que précise, sa passe décisive sur le but de la victoire n’a pas sauvé une prestation globalement moyenne. "Ça n’a pas été évident", reconnaît-il. "C’était compliqué pour les milieux et les attaquants, surtout en première mi-temps. Il nous a manqué l’espace nécessaire pour exploiter nos qualités. Mais le jeu s’est ouvert lorsque Marouane Fellaini a égalisé. On a enfin pu montrer ce que l’on pouvait faire aussi bien individuellement que sur le plan collectif. J’espère que l'on pourra continuer sur cette voie lors des prochains matches."

"Je peux évidemment faire mieux, comme le reste de l’équipe", poursuit le joueur des Blues. "Ce n'est qu’un début. On a assuré l’essentiel en remportant ce premier match que l'on savait capital. On ne peut pas demander beaucoup plus. Dans une compétition comme celle-ci, une victoire d’entrée est déjà un grand pas vers la qualification. On est bien placés, en tête de notre groupe, et on fera tout notre possible pour y rester."

Talent et caractère
Même si les Belges n’ont pas montré leur meilleur visage face aux Fennecs, la façon dont ils ont su retourner la situation a renforcé leur statut d’outsiders et montré qu'ils avaient un caractère à la hauteur de leur talent. "On a fait preuve de belles ressources mentales", se félicite Hazard. "L’Algérie a su nous pousser dans nos retranchements, mais il est important de savoir s’adapter dans ces situations et de rester calme, sans céder à la panique. C’était essentiel pour nous et on a su le faire de belle façon. Les joueurs sortis du banc ont également beaucoup apporté, c’est ce qu’on attend d’eux", poursuit-il. "On sait que ce groupe ne manque pas de qualités. C’est bon pour la confiance de savoir qu’il y a une telle qualité en réserve. On aura besoin de tout le monde si l’on veut atteindre notre objectif et peser réellement dans la compétition."

Et si les esprits sont déjà tournés vers le Maracanã, ce n’est pas pour la finale, mais plutôt le prochain match du Groupe H, face à la Russie. Les Belges auront alors l’occasion de se qualifier pour les huitièmes de finale. "Tout est nouveau pour nous", insiste Hazard. "Il est difficile pour tout le monde de prédire jusqu’où ira la Belgique. On est une jeune équipe talentueuse, c’est vrai. Mais c’est notre première expérience en Coupe du Monde et qui sait ce qui peut arriver ? Personne, même pas nous, ne peut répondre à cette question. Mais notre victoire contre l’Algérie nous a permis d’emmagasiner de la confiance."

Suffisamment pour que le jeune milieu de terrain soit enfin à la hauteur des compliments de son entraîneur ?