Avant leur match à Brasilia, le sélectionneur des Pays-Bas, Louis van Gaal, et ses joueurs n’avaient pas caché leur déception de ne pas être au rendez-vous du Maracanã ce 13 juillet. Après avoir cédé aux tirs au but face à l’Argentine en demi-finales, les Oranje faisaient grise mine. Toutefois, en s’imposant confortablement 3:0 face au Brésil à Brasilia, les Néerlandais ont prouvé que leur soif de victoire avait pris le dessus sur la déception.

Après la rencontre, Jonathan De Guzman se réjouissait de revenir au pays avec une preuve matérielle de tous ses efforts en Amérique du Sud. "C’était notre dernier match dans cette Coupe du Monde. C’était l’occasion d’aller chercher une médaille", reconnaît le pensionnaire de Swansea City au micro de FIFA.com. "Je trouve qu’on a fait une très bonne compétition de bout en bout. La demi-finale contre l’Argentine aurait pu basculer d’un côté ou de l’autre. Aujourd’hui, on avait l’occasion de quitter le Brésil sur une bonne note. On a obtenu ce penalty très tôt et ça nous a mis sur les bons rails. L’équipe a fait un très bon match."

À l’instar de leurs coéquipiers plus expérimentés, les jeunes loups débordent d’enthousiasme après la rencontre, arborant fièrement leurs médailles de bronze. Les cadres que sont Arjen Robben, Dirk Kuyt, Robin van Persie et Wesley Sneijder atteignant le crépuscule de leur carrière, le futur sélectionneur des Pays-Bas, Guus Hiddink, va devoir faire confiance à la nouvelle vague pour rester dans cette lignée de bons résultats.

Du pur bonheur
À Brésil 2014, dix des 23 joueurs de l’effectif de Van Gaal étaient nés en 1989 ou plus tard. Les Pays-Bas peuvent donc compter sur un solide noyau de jeunes joueurs déjà rompus aux joutes mondialistes pour mener la barque orange lors des compétitions à venir. Auteur du deuxième but des siens, le défenseur Daley Blind espère que cette nouvelle génération sera chargée d’écrire l’avenir. "On a des jeunes exceptionnels. Ils sont vraiment très bons. Si quelqu’un prend sa retraite, un autre joueur peut lui succéder. C’est comme ça que ça se passe. On va voir ce que nous réserve l’avenir mais j’espère qu’on va rester ensemble", annonce le joueur de l’Ajax d’Amsterdam.

Quelque peu surpris en voyant David Luiz dégager directement sur lui dans la surface brésilienne, Blind a fait preuve de sang-froid pour concrétiser, lui qui n’est pourtant pas habitué à rôder dans cette zone. "J’ai fait un contrôle et je me suis dit : 'Frappe, c’est tout !' Du pur bonheur", raconte le défenseur.

Titularisé suite à la blessure de Sneijder pendant l’échauffement, De Guzman est fier du résultat de son équipe et de sa progression collective tout au long de la compétition brésilienne. "Notre équipe a grandi au cours du tournoi. Que ce soit sur ou en dehors du terrain, on n’a pas arrêté de travailler pour faire mieux. On s’est tous aidés les uns les autres", résume-t-il. "Ce qui est positif, c’est qu’on a joué ensemble. On a joué collectif à chaque match. On est restés soudés dans la victoire comme dans la défaite. C’est ça qui fait la force de notre groupe", rajoute Blind en conclusion.