Entre 1998 et 2008, Jens Lehmann a disputé 61 matches en équipe avec l'Allemagne. Mais l'ancien gardien d'Arsenal a peut-être livré son meilleur match en sélection à l'occasion de la victoire (5:3) aux tirs au but contre l'Argentine, en quart de finale de la Coupe du Monde de la FIFA 2006™.   

Dans un entretien accordé à FIFA.com, l'ancien portier évoque ce match spectaculaire, les raisons pour lesquelles la réussite actuelle de Manuel Neuer le réjouit particulièrement et le statut de favori de l'Allemagne avant la finale.  

Jens, quel regard portez-vous sur cette Coupe du Monde ?  
L'impression que j'avais depuis l'Allemagne m'a été confirmée par des personnes présentes sur place : cette Coupe du Monde est sans doute l'une des meilleures de l'histoire. Les Brésiliens sont très accueillants et sympathiques. L'ambiance doit être extraordinaire, dans les stades comme en dehors.  

Sur le plan sportif, que faut-il retenir de cette Coupe du Monde ?
Nous avons assisté à des matches captivants. De ce point de vue, c'était une belle Coupe du Monde. On ne peut toutefois pas s'empêcher de noter qu'il existe une différence entre le football international et les clubs. Les sélectionneurs disposent seulement de quelques semaines pour préparer leurs équipes. Les entraîneurs travaillent quant à eux au quotidien avec leurs joueurs. C'est la raison pour laquelle le niveau est peut-être légèrement plus faible. Ceci dit, je ne pense pas que le public s'en plaindra.

Pensez-vous que Joachim Löw a eu raison de s'appuyer principalement sur des joueurs du Bayern Munich ?
Cela ne fait aucun doute ! Les Munichois se connaissent parfaitement. Ça facilite énormément les choses. Chacun sait ce que l'autre va faire. C'est un avantage, même pour ceux qui ne jouent pas au Bayern comme Sami Khedira. Lors des derniers tournois, l'Espagne a largement puisé dans l'effectif du FC Barcelone. On comptait sept Barcelonais dans les rangs de la Roja en finale de la Coupe du Monde 2010.

Avez-vous été séduit par les performances de l'Allemagne jusqu'à présent ?
Oui. L'Allemagne est la meilleure équipe de cette Coupe du Monde. Nous sommes bien organisés, compacts et astucieux. Nombre de nos joueurs  participent régulièrement aux derniers tours de la Ligue des champions. Même ceux qui se trouvent sur le banc possèdent une solide expérience du haut niveau.

Que pensez-vous de votre successeur, Manuel Neuer ?
Depuis le début du tournoi, il est irréprochable. Il est certainement le meilleur à son poste. Je pense être le premier gardien de but à avoir lancé cette manière de jouer un peu atypique, loin de sa cage. À l'époque, on me prenait pour un fou. Je suis content de voir que l'histoire me donne raison.  

Que s'est-il passé lors de la demi-finale contre le Brésil ?
Mes propos vont peut-être vous paraître durs mais, actuellement, le Brésil n'a pas le niveau pour disputer une finale de Coupe du Monde. Il suffit de voir la façon dont Thomas Müller a ouvert le score pour s'en convaincre. Les autres buts s'expliquent aussi par le fait que les Brésiliens ont complètement perdu pied. Il n'en reste pas moins qu'il existe une vraie différence de niveau entre les deux équipes. La présence de Neymar et Thiago Silva aurait sans doute pu contribuer à réduire cet écart.

L'Allemagne affrontera l'Argentine en finale. Quels souvenirs gardez-vous de cette équipe ?
Quand on parle de l'Argentine, je repense évidemment au quart de finale de la Coupe du Monde 2006. Nous étions attendus au tournant car, depuis quelques années, nous n'arrivions plus à battre les grandes nations du football mondial. Finalement, nous l'avons emporté aux tirs au but.

Combien de questions vous a-t-on posées sur ce match, au cours duquel vous avez arrêté deux tirs au but argentins ?
(rires) J'ai cessé de compter. Parfois, je me dis qu'il y a des gens qui pensent que je n'ai joué qu'un seul match dans ma vie. Je savais que nous avions de bons tireurs et je pensais être capable de repousser au moins deux penalties. Par chance, c'est ce qui s'est passé.

Que pensez-vous de la sélection argentine actuelle ?
Les Argentins sont bien organisés et très efficaces en défense. Ce n'est pas un hasard s'ils n'ont encaissé que trois buts depuis le début du tournoi. En attaque, ils possèdent des joueurs magnifiques comme Lionel Messi, Gonzalo Higuain et Ezequiel Lavezzi.

L'Argentine peut-elle battre l'Allemagne ?
Je ne crois pas. Nous avons un effectif plus riche. Nous avons plus de joueurs qui évoluent régulièrement au plus haut niveau. Repensez un peu à tous les grandes affiches que le Bayern a disputées ces dernières années. Ça fait déjà une grosse différence. Ces matches permettent d'emmagasiner une expérience précieuse.

L'Argentine compte dans ses rangs le FIFA Ballon d'Or…
... Et il peut faire la différence à tout moment, c'est vrai. Mais ce match ne sera certainement pas plus facile pour lui que la demi-finale face aux Pays-Bas, bien au contraire. En attaque, l'Allemagne possède toutes les qualités requises pour percer le coffre-fort argentin. Il faudra simplement faire preuve d'un peu de patience.