La fierté et le soulagement pouvaient se lire sur tous les visages allemands dans les couloirs de l'Estadio Beira Rio. Deux joueurs en particulier se sont illustrés lors de la courte victoire (2:1) de la Nationalmannschaft face à une Algérie qui n'a jamais baissé les bras. Les triples champions du monde seront bien au rendez-vous des quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.

Sur le terrain, Manuel Neuer et André Schürrle ont rarement l'occasion de se croiser. À l'issue de la rencontre, ils étaient pourtant côte à côte pour répondre aux questions des nombreux journalistes. Très demandés, le gardien et l'attaquant allemands évoquent des émotions similaires : la fierté d'avoir contribué à la qualification et le soulagement d'avoir répondu présent dans les moments décisifs.

"Nous savons tous que Manuel est le meilleur gardien du monde. Il l'a encore prouvé de manière impressionnante", confie Schürrle, le sourire aux lèvres, au micro de FIFA.com. De son côté, le dernier rempart du Bayern Munich n'oublie pas que l'attaquant de Chelsea a ouvert le score dès le début de la prolongation, lançant ainsi l'Allemagne sur la voie du succès. L'ancien du Bayer Leverkusen a fait apprécier son réalisme et mettant au fond de manière improbable un ballon trop en retrait. Dès son entrée en jeu à la 46ème minute, Schürrle n'a cessé de semer la panique dans la défense algérienne. Cantonné à un rôle de remplaçant, il n'avait passé que 28 minutes sur le terrain depuis le début du tournoi.

Le Londonien est arrivé au Brésil avec de grandes ambitions. Depuis le banc de touche, Joachim Löw a apprécié la performance, et a désormais la certitude qu'il dispose d'un attaquant en grande forme, capable de prendre la profondeur. L'Allemagne dispose en outre d'une formidable assurance en défense, en la personne d'un Manuel Neuer au sommet de son art.

Le meilleur de Neuer
Une demi-douzaine de fois, l'intraitable portier est sorti de sa surface de réparation pour dégager tantôt du pied, tantôt de la tête. Malgré la pression intense exercée par les rapides attaquants nord-africains, Neuer n'a jamais failli. Si Schürrle a ouvert les portes de la qualification pour les quarts de finale, le gardien du Bayer Munich les a maintenues ouvertes à bout de bras en multipliant les gestes décisifs. Une fois encore, il autant brillé par son efficacité sur sa ligne que par sa capacité à évoluer en véritable libéro derrière sa défense.

"Manuel a fait un très gros match. Nous avions besoin de son sens de l'anticipation aujourd'hui", explique Andreas Köpke, lui-même ancien grand spécialiste du poste, qui officie désormais comme entraîneur des gardiens en sélection. "Il prend beaucoup de plaisir à évoluer dans cette configuration et ça se voit. On n'est jamais inquiet lorsqu'il sort à la rencontre du ballon car on a toujours le sentiment qu'il sait exactement ce qu'il fait. Il a été époustouflant." "Ce n'est pas la première fois que je me retrouve dans cette situation", réagit l'intéressé. "J'ai souvent eu l'occasion de prêter main-forte à ma défense en intervenant sur les ballons en profondeur. Ça fait partie de mon jeu. Je tiens à ce que les défenseurs sachent qu'ils peuvent compter sur moi dans ces moments-là. C'est une question de confiance et d'automatisme entre eux et moi."

Touché à l'épaule peu avant le début de la compétition, Neuer a dû livrer une course contre la montre pour être présent au Brésil. Désormais, le gardien de l'Allemagne est revenu à son meilleur niveau et il tient à le faire savoir. "Sa parole a du poids au sein du groupe. Manuel est très important pour nous. Nous sommes tous très heureux de constater qu'il est totalement remis de sa blessure", glisse Köpke en guise de conclusion.