Environ une heure après la fin de la finale de la Coupe du Monde de la FIFA 2014™, l'Allemagne était encore en train de célébrer son quatrième titre mondial dans les vestiaires du Maracanã. Pas très loin de là, dans les couloirs d'accès aux tribunes et à l'extérieur du stade, une gigantesque opération a été mise en place pour récupérer et recycler les déchets laissés par les plus de 74 000 personnes qui venaient d'assister au match.

Au terme d'un travail à la fois intense et coordonné, près de quatre conteneurs remplis de matériaux recyclables étaient prêts à être transportés. Avec plus de 416 tonnes de déchets collectés au cours des 64 matches disputés, le Programme de gestion des déchets conçu par la FIFA, Coca-Cola et le Comité Organisateur Local (COL) a rencontré un énorme succès. Le volume de déchets a d'ailleurs été supérieure à ce qui avait été évalué avant la compétition.

"Nos expériences précédentes ont montré que la gestion des déchets était un aspect fondamental de la durabilité dans chaque Coupe du Monde de la FIFA. Le fait que le gouvernement brésilien ait adopté récemment des politiques très claires par rapport aux déchets donne encore plus d'importance à cette question en 2014", a déclaré le Directeur de la Responsabilité sociale de la FIFA, Federico Addiechi. "Nous sommes très heureux des résultats que nous avons obtenus, en particulier parce que nous avons réussi à travailler en collaboration avec des coopératives locales afin de rendre cet événement encore plus durable."

L'opération qui a duré jusqu'au 17 juillet a pris fin presque deux mois après le recrutement de 850 agents de nettoyage et de tri recrutés et formés par Coca-Cola pour pouvoir œuvrer dans chacun des 12 stades du Mondial. Le projet avait comme objectif général, en collaboration avec 19 coopératives locales, d'appliquer la Politique nationale sur les déchets solides mise en place par le gouvernement brésilien pour mieux réutiliser les matériaux recyclables. Cela a également permis de sensibiliser une bonne partie de la population au fait qu'il était important d'éviter de produire des déchets et, le cas échéant, de les recycler.

Sentiment du devoir accompli
Pour tous ceux qui ont travaillé dans le cadre du processus de collecte et de séparation des déchets, les bonnes conditions et l'héritage laissés par chacune de ces coopératives, comme le matériel et les uniformes utilisés, au-delà du savoir-faire technique, on donné à chacun le sentiment du devoir accompli. "Nous sommes très heureux de la manière dont s'est déroulé ce programme. Cela nous a donné confiance en notre action", se félicite Claudete da Costa, président de la coopérative Reciclando para Viver, qui travaille depuis 23 ans comme agent de nettoyage et de tri à Rio de Janeiro.

C'est la première fois qu'il a réussi à obtenir un salaire et les équipements de protection individuelle indispensables, en plus d'avoir suivi de près le transport des résidus jusqu'à sa coopérative, où a été réalisée la deuxième étape de tri des déchets. "Nous avons beaucoup souffert de la discrimination. Mais ici, nous disposons de bonnes conditions de travail. Je suis fier de dire que je suis agent de collecte de matériaux recyclables et que je réussis à pourvoir aux besoins de mes deux fils de cette façon", assure da Costa. "Ce projet est une grande opportunité pour montrer que nous pouvons faire toutes choses avec dignité. J'ai la certitude qu'à partir de là, notre classe va prospérer."

Leonardo Abreu, directeur technique de la logistique du programme au Maracanã, se dit lui aussi satisfait du travail accompli. "Participer à la Coupe du Monde était déjà une victoire en soi pour ces agents de nettoyage et de tri. Ils se sont organisés, ils ont été soutenus et ils ont travaillé de façon très dévouée. C'est quelque chose qui va se perpétuer, car maintenant les fondations ont été consolidées", explique-t-il. Il avait la responsabilité de coordonner les bénévoles et les agents de tri et de vérifier que le travail était bien réalisé conformément aux normes de la Politique nationale des déchets solides.

Information et instruction
 Si les processus de tri et de transport se sont déroulés en pleine harmonie, c'est aussi parce que les spectateurs présents 64 matches ont joué le jeu, rejetant leurs déchets dans les conteneurs appropriés mis à disposition par Coca-Cola dans chaque stade. Pour qu'aucun gobelet plastique, papier ou emballage recyclage ne soit laissé à l'abandon, des volontaires ont participé au programme en incitant les spectateurs à utiliser les conteneurs appropriés.

"Beaucoup de personnes sont venues nous voir pour me demander des informations. Je crois qu'en général, tout le monde a été très attentif à bien gérer les déchets qui se sont accumulés", explique Ana Beatriz Viana, étudiante en Génie environnemental. "Nous avons fait cela pendant la Coupe du Monde volontairement pour faire passer un message pour la vie. Du premier au dernier match, les choses ont beaucoup progressé de ce point de vue. Les spectateurs ont adoré Fuleco. Tout le monde voulait se faire prendre en photo avec lui et nous. C'est l'un des moyens que nous avons trouvés pour soutenir l'initiative."

Cette Coupe du Monde 2014 restera dans les esprits en raison des grands matches qui ont eu lieu et du nombre de buts marqués, et au cours de laquelle les personnes impliquées dans le Programme de gestion des déchets ont également remporté une victoire. Mais en dernier ressort, l'ultime vainqueur est l'environnement.