La première conférence post-Coupe du Monde de la FIFA 2014™ s'est achevée le vendredi 12 septembre à Panama. À cette occasion, les représentants de 45 associations membres de la CONCACAF et de la CONMEBOL ont analysé une édition que beaucoup s'accordent à considérer comme la meilleure de tous les temps.   

"Brésil 2014 était fantastique. J'ai vécu cette compétition en supporter et je pense sincèrement que cette Coupe du Monde était la plus belle jamais organisée. Nous avons vu du beau jeu et de la joie sur le terrain", estime Francisco Maturana, membre de la Commission du Football de la FIFA.

Organisé en coopération avec la CONCACAF et la CONMEBOL, cet événement de deux jours a permis de revenir sur les principales conclusions du Rapport Technique rédigé par le Groupe d'Étude Technique (TSG) de la FIFA. Ce document était évidemment à la disposition des directeurs techniques et des sélectionneurs des différents pays.

Evolution tactique
En tout, 171 buts ont été inscrits. Brésil 2014 a ainsi égalé le record établi par France 1998. Les performances individuelles de haut vol, les transitions rapides entre l'attaque et la défense, la prise de risque et l'émergence d'une nouvelle catégorie de gardiens capables de participer à la construction du jeu figurent en bonne place dans la liste des nouvelles tendances identifiées par le TSG.

"On constate une évolution tactique depuis 2010. Le jeu est plus direct. Nous avons vu des approches différentes. Les équipes ont pris des risques et elles ont su s'adapter à des situations variées au cours d'un même match. J'ai assisté à huit Coupes du Monde en tant qu'adjoint et j'ai été impressionné par l'organisation brésilienne", souligne pour sa part l'ancien sélectionneur du Costa Rica Jorge Luis Pinto. "La chaleur qui règne au Brésil avait suscité des inquiétudes mais au final, nous avons vu des matches très intenses. Les joueurs ont tout donné pour gagner", remarque pour sa part le sélectionneur du Mexique Miguel Herrera.

Trois des quatre représentants de la CONCACAF ont atteint les huitièmes de finale, ce qui constitue une première. En outre, cinq des six formations de la CONMEBOL ont également franchi le premier tour et trois d'entre elles ont même validé leur billet pour les quarts de finale. Ces chiffres confirment les excellentes dispositions actuelles affichées par les deux confédérations. Le lien entre le développement et la qualité des structures compétitives au sein des associations membres constitue l'une des clés du succès. Tab Ramos, en charge de la sélection U-20 des États-Unis et présent au Brésil en tant qu'adjoint, représente un bon exemple de cette continuité.   

Cycle de conférences
Les conférenciers se sont également penchés sur l'arbitrage et les effets positifs de la Technologie sur la Ligne de But. Les 171 buts du tournoi ont été enregistrés et les informations sont parvenues sur les montres des arbitres sans qu'aucun problème n'ait été à déplorer. Le spray temporaire, autre innovation du tournoi, a lui aussi rempli son office. Grâce à ce nouvel accessoire, les hommes en noir ont pu faire respecter la distance minimum de 9m15 sur les coups francs.

Les questions médicales n'étaient pas en reste : le nombre moyen de blessures par match durant la Coupe du Monde 2014 (1,7) représente une baisse de 40% par rapport à l'édition 2002. L'utilisation du profil biologique a également été saluée comme une avancée décisive dans la lutte contre le dopage.

Le cycle de conférences post-Coupe du Monde 2014 organisées conjointement par la FIFA et ses confédérations se poursuivra à Saint-Pétersbourg (associations membres de l'UEFA, 16 et 17 septembre), au Caire (CAF, 30 septembre et 1er octobre) et Kuala Lumpur (AFC et OFC, du 29 au 31 octobre).