Lorsque les 32 meilleures équipes de la planète se réuniront en Russie pour disputer la Coupe du Monde de la FIFA 2018™, cinq sélections africaines figureront sur la ligne de départ avec l'intention de devenir le premier représentant du continent à atteindre les demi-finales. Toutefois, les 26 formations qui feront leur entrée en lice dans les préliminaires cette semaine nourrissent des intentions beaucoup plus modestes : franchir ce premier tour constituerait déjà une belle réussite.  

Les outsiders
Si les Comores, la Somalie, les Seychelles, l'Érythrée et le Soudan du Sud veulent poursuivre l'aventure, ils devront accomplir un exploit historique : remporter leur premier match de qualification pour la Coupe du Monde. Les Comoriens totalisent quatre défaites en autant de sorties. Les Somaliens affichent trois nuls et six défaites. Le bilan des Érythréens est plus équilibré, avec trois nuls et trois défaites. Les Seychellois ne comptent, quant à eux, que deux nuls en 12 matches. Enfin, les Sud-Soudanais participent pour la première fois de leur histoire à la compétition préliminaire.  

Les Seychelles se préparent à donner la réplique au Burundi. Le sélectionneur Ralph Jean-Louis se dit conscient de l'ampleur de la tâche, mais il se veut confiant : "Nous voulons gagner notre premier match. Nous voulons prouver à nos compatriotes que nous en sommes capables", annonce-t-il. Les Comores affronteront le Lesotho, tandis que la Somalie se prépare à relever un défi compliqué face au Niger. De son côté, l'Érythrée se mesurera à un Botswana en pleine euphorie suite à sa victoire sur le Burkina Faso en qualifications pour la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF.

Pour sa première participation, le Soudan du Sud a hérité de la Mauritanie. Les deux équipes abordent cette confrontation avec de bonnes raisons d'espérer. Pour leur dernière sortie officielle, les Mourabitounes ont dominé l'Afrique du Sud dans les préliminaires de la CAN. Les Sud-Soudanais ont, quant à eux, battu la Guinée équatoriale dans la même compétition. Le capitaine de l'Étoile Brillante Richard Justin Lado affiche une confiance à toute épreuve : "Nous sommes vraiment prêts", prévient-il. "Notre entraîneur Sungjea Lee a mis au point un style de jeu basé sur la rigueur défensive et les contres. Nous pouvons leur poser des problèmes. Nous avons besoin de cette victoire, pour de nombreuses raisons. Et nous allons gagner".

Les ambitieux
Mais les soi-disant "petites" nations de football ne sont pas les seules concernées par ce premier tour. En pleine ascension, la Namibie se rendra en Gambie. Ricardo Mannetti, le sélectionneur des Brave Warriors, a déjà prévenu les candidats à l'équipe nationale que seuls les meilleurs d'entre eux seraient retenus. "La première chose que je regarde avant de convoquer un joueur, particulièrement un attaquant, c'est le nombre de buts qu'il a inscrits en club. Si je ne suis pas convaincu par ses statistiques ou par ses performances, je me passe de ses services", expliquait l'ancien international avant de dévoiler la composition du groupe qui se déplacera à Banjul.    

Sélectionneur par intérim de la Tanzanie, Charles Mkwasa espère que ses protégés feront la différence à domicile, avant d'entamer un périlleux voyage au Malawi. Pour ce faire, Mkwasa misera sur les attaquants Thomas Ulimwengu et Mbwana Sammatta, qui viennent de se qualifier pour la finale de la Ligue des champions de la CAF sous les couleurs du TP Mazembe.

Après être passé tout près d'une qualification pour la Coupe du Monde 2002 en tant que joueur, James Debbah occupe aujourd'hui les fonctions de sélectionneur du Liberia. L'ancien attaquant a déjà prévenu qu'il comptait aligner quatre attaquants contre la Guinée-Bissau : William Jebor, Francis Doe, Patrick Ronaldinho Wleh et Dioh Williams. À la tête du Kenya, l'Écossais Bobby Williamson a choisi de faire appel à un grand nombre d'expatriés, au premier rang desquelsle capitaine Victor Wanyama, de Southampton. En guise d'entrée en matière, les Harambee Stars rendront visite à l'île Maurice. Mais les insulaires sont loin de se satisfaire du rôle de figurants qu'on leur promet. "Je veux croire que nous pouvons créer la surprise. Même la plus courte des victoires serait un exploit à nos yeux. En accédant à la phase de groupes, nous entrerions dans l'histoire", confie Jonathan Bru, capitaine du Club M.

Les autres affiches au programme  proposent une confrontation intéressante entre la République centrafricaine et Madagascar, tandis que le Tchad accueillera la Sierra Leone. Ailleurs, l'Éthiopie se déplacera sur le terrain de São Tomé e Principe. Enfin, Djibouti affrontera le Swaziland.

Les 13 vainqueurs de ces confrontations disputées au meilleur des deux manches accéderont au deuxième tour, où ils retrouveront les 27 qualifiés d'office. Les 20 équipes qui s'imposeront sur l'ensemble des deux manches seront réparties en cinq groupes de quatre. Le premier de chaque groupe validera son billet pour la phase finale.