Un bon gardien constitue la moitié d’une équipe mais, entend-on parfois. Dans le cas du capitaine de la Jordanie Amer Shafi, il représente même l'équipe toute entière. La Jordanie se prépare à un match très important avec la réception de l’Australie le 8 octobre prochain, dans le cadre de la quatrième journée des qualifications de la zone Asie pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.

Principal artisan de l'excellent parcours de la Jordanie qui s'était hissée en barrage intercontinental avant de céder face à l’Uruguay sur la route de Brésil 2014, Shafi dispute sa quatrième campagne préliminaire pour l'épreuve mondiale. Durant les trois premières journées, ses performances ont permis à la Jordanie de gagner au Tadjikistan et au Bangladesh, et d'arracher le nul (0:0) face au Kirghizistan. "Nous avons déjà battu l'Australie et nous possédons la motivation nécessaire pour rééditer cette performance", annonce le portier à FIFA.com, à l’issue de la première séance d’entraînement avant la rencontre. "En qualifications pour la Coupe du Monde, il n’y a pas de match facile. Il faut respecter toutes les équipes et commettre un minimum d’erreurs. L’Australie est une équipe forte, mais le niveau de l'adversaire doit nous pousser à nous dépasser".

En cas de victoire sur les champions d’Asie 2015, les Jordaniens, qui occupent la deuxième place de leur groupe avec sept points, leur subtiliseraient première place et apercevraient une qualification directe pour le dernier tour, comme lors des préliminaires pour Brésil 2014. Les coéquipiers de Shafi veulent aussi oublier la lourde défaite (0:4) subie au match retour, qui avait permis aux Australiens de se qualifier pour la Coupe du Monde et contraint les Jordaniens à disputer les barrages.

Deuxième moitié
"Tout le monde connaît l’importance de ce match", assure le dernier rempart des Al Neshama. "L’Australie et la Jordanie sont les deux favoris pour la qualification. Nous avons deux points de retard sur eux. Une victoire signifierait beaucoup pour nous et marquerait un tournant. Notre arme principale est la victoire que nous avons obtenue en match aller des dernières qualifications. À l'époque, nous avions réalisé une performance exceptionnelle sur le plan tactique, tout en profitant de leurs erreurs défensives. C’était une très belle victoire, qui est encore présente dans mon esprit. Il faut s'appuyer sur ce match, qui nous a permis de surmonter notre peur et de croire en nous-mêmes."

Pendant les qualifications pour Brésil 2014, les Jordaniens se demandaient comment ils pourraient empêcher cette armada de joueurs évoluant en Europe de se livrer à une démonstration. Ils ont serré les rangs en défense et leur gardien a redoublé d’efforts dans ce match historique. "On peut même dire qu’elle était historique !  C’était la première fois que nous les rencontrions", se souvient Shafi. "Nous connaissions leurs qualités individuelles. Nous venions de perdre face au Japon, il fallait donc absolument obtenir un résultat positif. Nous avons livré un match de grande qualité tactique, ce qui nous a permis d’obtenir notre première victoire dans ces qualifications. Ce succès était très important et nous a permis d’atteindre les barrages".

Si les Jordaniens parviennent à nouveau à tenir en respect l'armada australienne, et si un bon gardien constitue effectivement la moitié d’une équipe, Shafi pourrait constituer la deuxième quatre ans après.