Lionel Messi avait inauguré une série d'interviews sur FIFA.com, dans lesquelles les principaux acteurs de la dernière Coupe du Monde de la FIFA™ reviennent sur des moments-clés de la compétition. Les joueurs qui se sont prêtés à l'exercice se sont montrés à la fois surpris, émus ou amusés, face à des images dont ils ignoraient la teneur avant de les revoir. Ces vidéos interactives nous prouvent une nouvelle fois que les grands noms du ballon rond sont, eux aussi, avant tout des êtres humains.

Après le capitaine de l'Argentine, place au Néerlandais Arjen Robben, dont les performances impressionnantes au Brésil, ponctuées de plusieurs buts et passes décisives, ont largement contribué au très bon parcours des Oranjes jusqu'à la troisième place.

Avant d'atterrir au Bayern Munich en 2009, Robben est passé par le PSV Eindhoven, Chelsea et le Real Madrid. Son premier match avec les Pays-Bas dans le grand rendez-vous brésilien, il l'a disputé face à l'Espagne, qui comptait justement dans ses rangs Iker Casillas et Sergio Ramos, deux de ses anciens coéquipiers chez les Merengues.

Après la rencontre, il ne leur a toutefois pas parlé et s'en explique : "C'était difficile parce qu'ils étaient très déçus. Ils venaient de perdre 5:1. Ce sont des joueurs exceptionnels et c'était un privilège de jouer avec eux à Madrid. Nous nous sommes affrontés à quelques reprises depuis mon départ et il y a toujours eu beaucoup de respect entre nous".

Auteur de deux buts au cours de ce match mémorable, Robben n'a en revanche pas eu autant de réussite face au Mexique en huitième de finale, même si une faute commise sur sa personne en toute fin de match a finalement permis aux siens de se qualifier pour le tour suivant.

Un sixième sens
Subir des fautes fait d'ailleurs partie du quotidien du virevoltant ailier, tant et si bien qu'il a appris à se protéger au fil du temps, quitte à parfois en rajouter. "Je trouve un peu dommage que vous montriez justement cette vidéo. Dans ce match, il y a eu énormément de fautes. En première mi-temps, un défenseur adverse s'est cassé la cheville en me taclant. J'aurais dû obtenir un penalty. Des exemples comme ça, il y a en a beaucoup. Il faut développer une sorte de sixième sens pour voir ce qui arrive. Il faut toujours essayer de se protéger, mais ce n'est pas toujours possible."

Voir l'adversaire arriver, le dribbler et trouver le chemin des filets : voilà ce qu'a failli réussir Robben en demi-finale contre l'Argentine, avant que Javier Mascherano ne vienne contrecarrer ses plans. Sans qu'il ne l'ait eu ne serait-ce qu'un instant dans son champ de vision. "J'étais plus concentré sur le ballon", se souvient le Néerlandais. "J'ai regardé où était le gardien et réfléchi à comment je devais frapper. On ne saura jamais ce qui se serait passé s'il n'avait pas dévié mon tir du bout du pied et si j'avais marqué. C'est le football."

Pour connaître l'avis de Robben au sujet d'autres moments-clés de Brésil 2014, il ne vous reste plus qu'à regarder la vidéo et à vous laisser surprendre par les clips proposés. Revivez ainsi l'éclatant succès 5:1 devant l'Espagne en ouverture, le palpitant huitième de finale contre le Mexique avec notamment le penalty de la dernière minute, le changement de gardien avant la séance des tirs au but contre le Costa Rica ou encore l'occasion manquée contre l'Argentine, sans oublier bien sûr le triomphe allemand en finale au Maracanã... tout cela à travers les yeux d'Arjen Robben.