Sept équipes parmi les plus modestes de la zone CONCACAF ont validé leur billet pour le deuxième tour des qualifications régionales. Les sept autres ont, en revanche, dû faire leurs adieux à la compétition. Dans l'ensemble, ces premières joutes en Amérique du Nord, centrale et Caraïbes n'ont pas donné lieu à de grosses surprises. Deux équipes d'Amérique centrale, le Belize et le Nicaragua, ont habilement négocié ce premier obstacle. De leur côté, Saint-Kitts-et-Nevis et les Bermudes ont fait parler la poudre. Après avoir concédé une surprenante défaite à domicile, la Barbade a redressé la situation sur la pelouse des Îles Vierges Américaines. Enfin, la Dominique et Curaçao ont pris le meilleur sur leurs adversaires dans duels serrés.

Résultats (scores cumulés sur l'ensemble des deux manches)
Barbade
4:1 Îles Vierges Américaines
Nicaragua 8:0 Anguilla
Saint-Kitts-et-Nevis
12:4 Turks-et-Caicos
Bahamas 0:8 Bermudes
Belize
1:1 îles Caïmans (règle des buts marqués à l'extérieur)
Îles Vierges Britanniques 2:3 Dominique
Curaçao
4:3 Montserrat

A retenir
Pas de Deon, pas de but
L'une des sensations du premier a été l'absence de Deon McCaulay au sein de la sélection du Belize. L'attaquant insulaire joue en NASL américaine, aux Atlanta Silverbacks. Lors des préliminaires de Brésil 2014, il avait terminé meilleur buteur de l'ensemble des qualifications, devançant des joueurs de la trempe de Luis Suarez ou Robin van Persie. En son absence, les Jaguars ont eu du mal à trouver le chemin des filets. Tenus en échec (0:0) à domicile, ils n'ont dû qu'à un superbe coup franc d'Elroy Kuylen d'éviter la catastrophe. Au final, ce but inscrit à l'extérieur fait la différence. McCauley devrait être rappelé pour les prochaines échéances. 

Les Îles Vierges Américaines parient sur l'avenir
Le sélectionneur d'origine somalienne Ahmed Mohammed avait choisi d'aligner une équipe jeune : ses Îles Vierges Américaines affichaient moins de 20 ans de moyenne d'âge. Le benjamin, Jacob Borden, avait à peine 16 ans. Cette décision audacieuse a semblé payante dans un premier temps. Ses troupes se sont imposées sur le terrain de la Barbade à l'aller. Mais au retour, l'expérience a fait la différence (4:0). "Personne ne nous connaît encore", reconnaissait le capitaine Dusty Good au micro de FIFA.com. "Mais quand ils nous auront vu jouer, ils se souviendront de nous." Les insulaires ont tenu parole et personne ne commettra plus l'erreur de les sous-estimer.

Le Nicaragua déroule
Parmi les grands noms du football centraméricain que sont le Costa Rica, le Honduras, le Panama ou le Salvador, le Nicaragua fait parfois figure de parent pauvre. Son équipe a été entièrement renouvelée et l'accent est désormais mis sur la jeunesse. Certes, le large succès 8:0 contre Anguilla était attendu. Mais les Nicaraguayens ont paru très à l'aise dans tous les secteurs de jeu. Auteurs d'un doublé chacun, Luis Fernando Copete et Moises Raul Leguias se sont montrés particulièrement à leur avantage. Les deux hommes évoluent ensemble à l'AS Puma, dans l'élite costaricaine.

Le joueur 
Emmerson Boyce (BRB)

Battue à domicile par les Îles Vierges Américaines inexpérimentées, la Barbade a péché par manque de rigueur. C'est sans doute la raison qui a poussé le sélectionneur Marcos Falopa à aligner Emmerson Boyce pour le match retour. Le vétéran de 35 ans joue actuellement à Wigan, en deuxième division anglaise. Laissé au repos à l'aller, il a immédiatement fait sentir son influence. Sa présence dans l'entrejeu a offert aux Bajans le tranchant et l'équilibre qui leur avaient fait défaut. La Barbade s'est nettement imposée (4:0), validant au passage son billet pour le tour suivant. "Boyce fait du bien à tout le groupe", estime le sélectionneur.  

La stat
0 -
Anguilla court toujours après une première victoire en qualifications pour la Coupe du Monde. Sèchement battus à deux reprises par le Nicaragua, les insulaires occupent l'avant-dernière place du Classement mondial FIFA/Coca-Cola. Ils restent donc sur dix défaites consécutives dans cette compétition et n'ont même pas pu faire évoluer leur compteur offensif, toujours bloqué à deux buts.  

Entendu…
"Nous étions incapables mettre le ballon au fond des filets. Dans ces conditions, il est impossible de gagner. Notre finition n'était pas à la hauteur, mais nous avons tout de même assuré l'essentiel. Nous pouvons être soulagés" - Woodrow West, gardien de but du Belize  

Le prochain tour (8 et 16 juin)
Saint-Vincent et les Grenadines-Guyana
Antigua-et-Barbuda-Sainte-Lucie
Porto Rico-Grenade
Canada-Dominique
République Dominicaine-Belize
Guatemala-Bermudes
Aruba-Barbade
Saint-Kitts-et-Nevis-Salvador
Curaçao-Cuba
Nicaragua-Suriname