Pour la plupart des joueurs asiatiques, la perspective d'un duel face à un poids lourd du football mondial comme Manchester United représente une opportunité extraordinaire. Mais le milieu de terrain hongkongais Lam Ka Wai, lui, ne s'est pas contenté de rêver : il a livré une performance exceptionnelle face aux Red Devils, se payant même le luxe d'inscrire un but d'anthologie.  

Nous sommes le 29 juillet 2013. Manchester United mène confortablement (4:0) après 53 minutes de jeu face à Kitchee, en amical. L'issue ne fait plus guère de doute et le Hong Kong Stadium entonne même quelques chants en l'honneur des prestigieux visiteurs. À la surprise générale, les champions de Hongkong en titre réduisent subitement l'écart. Lam Ka Wai se débarrasse de Michael Carrick et décoche une frappe brossée à l'entrée de la surface de réparation. Ben Amos, le portier remplaçant de MU, touche le ballon mais ne peut l'empêcher de finir sa course dans sa lucarne gauche. Quelques minutes plus tard, Lam sert Alex sur une magnifique passe en profondeur. Ce dernier conclut sans trembler.

Manchester United remporte tout de même la partie (5:2), mais pour certains, la défaite n'est pas si amère... "C'est l'un de mes plus beaux buts", estime le trentenaire au micro de FIFA.com, lorsque l'on évoque le souvenir de ce match. "Les supporters et les médias ont disséqué cette frappe, mais je crois qu'elle doit davantage à ma confiance et à mon état d'esprit qu'à mes qualités techniques. Quand on se retrouve face à des stars de ce niveau, c'est le courage qui fait la différence."

Doté d'une justesse de passes et d'une bonne technique de frappe, le petit milieu offensif est considéré comme l'un des meilleurs joueurs de l'histoire récente de Hongkong. Lam est passé par le centre de formation du Yee Hope FC, avant de rejoindre les Hong Kong Rangers en 2002. Toutefois, c'est à Kitchee qu'il s'est fait un nom. Depuis son arrivée en 2008, il a remporté quatre championnats et une coupe. Au niveau international, il a permis à son club de franchir la phase de groupes des trois dernières Coupes de l'AFC, et même d'atteindre les demi-finales l'an passé. Aucun représentant de Hongkong n'avait réussi une telle performance depuis le lancement de cette compétition, réservée aux clubs les moins huppés du continent. "Ces dernières années, nous avons bien progressé. "Nous faisons désormais partie des équipes qui comptent en Coupe de l'AFC. Ça prouve que nous sommes sur la bonne voie," lance Lam.

Toujours plus haut
Lam s'illustre avec la même régularité en équipe nationale. Son compteur personnel affiche huit réalisations en 33 sélections. International depuis dix ans, il est le meilleur buteur en activité de la sélection. Sa dernière réalisation en date remonte au match de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ face aux Maldives. Son superbe coup franc avait permis aux siens de l'emporter 2:0. "L'Espagnol David Silva est mon idole", confie le milieu. "J'apprécie aussi énormément les anciens internationaux hongkongais Wu Kwok Hung, Cheung Sai Ho et Chiu Chung Man. Je me suis inspiré de leur exemple. Je ne suis peut-être pas le meilleur sur le plan technique, mais je lis bien le jeu. J'essaye d'aider mon équipe en m'appuyant sur mes dix années d'expérience."

Hongkong a débuté son parcours sur la route de la Russie par deux succès. Il a ainsi contribué à la large victoire (7:0) sur le Bhoutan en transformant un penalty, avant d'inscrire ce fameux coup franc décisif face aux Maldives. Grâce à ce bilan impeccable, Hongkong fait la course en tête devant des équipes comme la RP Chine ou le Qatar. "Nous avons pris un bon départ. Mais la Chine et le Qatar nous sont supérieurs. Je pense tout de même que nous avons nos chances, à condition d'obtenir des résultats face à nos deux rivaux dans les prochains matches", poursuit Lam, en référence aux prochaines échéances programmées début septembre.

Il y a trois décennies, Hongkong avait créé la surprise en dominant la RP Chine 2:1 dans un match décisif dans les préliminaires de Mexique 1986. La petite nation du sud-est asiatique avait ainsi validé son billet pour le tour final aux dépens de sa puissante voisine. Lam souhaite évidemment voir l'histoire se répéter ce 3 septembre, à l'occasion du choc entre les deux équipes à Shenzhen, en RP Chine. "J'ai hâte d'y être. Nous n'avons rien à perdre", conclut-il. "Nous allons étudier de nombreuses vidéos. Face à un adversaire de ce calibre, nous allons devoir travailler dur si nous voulons être prêts."