Les qualifications océaniennes pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ ont débuté avec des matches serrés et un niveau sensiblement plus élevé qu'au même stade du tournoi il y a quatre ans. Les Samoa faisaient figure de favoris et ont fait respecter la logique, non sans avoir souffert au cours d'une compétition répartie sur trois journées et où la marge d'erreur était faible.

Les Samoa ont terminé en tête du groupe qualificatif unique, à égalité de points avec les Samoa américaines et les Iles Cook, mais avec une meilleure différence de buts. Au coup d'envoi de l'ultime journée, les Iles Cook pouvaient se contenter d'un nul contre les Samoa américaines pour terminer en tête de la poule. Au final, les Cookiens ont été battus 2:0 par les Samoa américaines, à qui ce résultat ne suffisait pas pour décrocher la qualification. Dans l'autre confrontation de la dernière journée, les Samoa ont battu Tonga, qui organisait l'épreuve, 3:0 au Loto-Tonga Soka Centre.

Les Samoa sont donc qualifiées pour la deuxième phase, où elles retrouveront Tahiti, champion d'Océanie en titre, la Nouvelle-Calédonie, vice-championne en 2012, et une Papouasie-Nouvelle-Guinée qui n'arrête pas de progresser. Ces qualifications feront également office de Coupe des Nations de l'OFC. Les huit équipes participantes auront également l'occasion de se qualifier pour la Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017.

Les vainqueurs
Les Samoa ont frôlé l'élimination après avoir concédé une étonnante défaite 1:0 contre les Iles Cook. L'équipe avait il est vrai effectué une préparation un peu précipitée, mais une bonne dose de chance lui a permis de combler ce désavantage. L'inusable Desmond Faaiuaso, ainsi que ses jeunes coéquipiers du secteur offensif Andrew Mobberley et Silao Malo, ont fait la différence.

Les autres équipes
Les Samoa américaines, au même titre que les Iles Cook, ont montré qu'elles avaient beaucoup progressé, grâce notamment au renfort d'un certain nombre d'internationaux expatriés. Elles ont pris la deuxième place, à égalité de points avec le leader, ce qui constitue une belle réussite. Avec l'appui de leurs joueurs évoluant aux États-Unis, les Samoa américaines ont séduit par leur jeu en milieu de terrain. Si l'on doit tirer une conclusion, c'est que les jours où elles faisaient office de souffre-douleur de la zone Océanie appartiennent au passé.

Les Iles Cook ont elles aussi toutes les raisons d'être fières de leur parcours dans ces qualifications, où elles ont notamment signé leur première victoire aux Jeux du Pacifique 2007. Elles regretteront d'avoir laissé échapper la qualification dans la dernière demi-heure de leur ultime match. Parfaitement organisée sous la houlette du jeune entraîneur gallois Drew Sherman, la sélection cookienne n'a pas concédé le moindre but pendant les 240 premières minutes de jeu à Tonga. Elle a fini par craquer sur une frappe lointaine. Lors des dernières qualifications, les Iles Cook n'avaient pris qu'un seul point sur neuf possibles.

Tonga accueillait la compétition. Son bilan est de trois défaites en trois matches, pour un seul but marqué. Parfois dépassés par les événements, les Tonguiens ont également été assez malchanceux. Seule équipe du tournoi à n'avoir convoqué aucun joueur expatrié, Tonga a parfois manqué de profondeur dans son effectif, au sein duquel on trouvait notamment le joueur le plus âgé de la compétition  - Kilifi Uele, 40 ans - ainsi que le plus jeune - Anthony Likiliki, 15 ans.

Le joueur
Desmond Faaiuaso défie les lois du temps. En 2001, il débutait en équipe nationale à l'âge de 17 ans. Aujourd'hui âgé de 31 ans, Faaiuaso reste le joueur le plus rapide, le plus habile et le plus charismatique de la sélection samoane. Il devra être à son meilleur niveau au prochain tour si cette dernière veut avoir une chance de poursuivre son aventure mondialiste.

La stat
2
- En s'imposant à deux reprises en trois journées, les Samoa américaines et les Iles Cook ont établi un nouveau record personnel. Avant cela, les Samoa américaines ne s'étaient imposées qu'une seule fois, et les Iles Cook aucune, en qualifications pour la Coupe du Monde.

Entendu…
"Notre équipe est très jeune mais avec un peu plus d'expérience et l'apport de joueurs plus mûrs, nous allons être encore plus forts. Mes attentes pour le prochain cycle de qualifications sont très élevées" - Larry Mana'o, sélectionneur des Samoa américaines