Quand l'arbitre a donné le coup de sifflet final du match entre la Libye et la Tunisie le 11 novembre, la frustration pouvait se lire sur les visages des Chevaliers de la Méditerranée. Ces derniers ont certes dominé les Tunisiens en première mi-temps mais le réalisme de ces derniers leur a permis de l'emporter (1:0) et de prendre six points en deux matches de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. "Mes joueurs ont tout donné", affirme le sélectionneur Jalal Damja, au micro de FIFA.com. "La Libye a de bons éléments au niveau technique. Il faut juste travailler physiquement et tactiquement. Nous avons fait une très bonne première mi-temps et, sans quelques coups du sort, nous aurions gagné."

Damja a remplacé l'Espagnol Javier Clemente au poste de sélectionneur à la fin du mois d'octobre, suite à une défaite préliminaire face à la RD Congo (0:4). "J'ai repris l'équipe une semaine avant ce match", explique-t-il. "Nous avons fait un court stage en Algérie pour essayer de remettre le groupe sur les bons rails. Nous avons convoqué six nouveaux joueurs et tenté de créer une osmose mais le résultat n'a pas été positif. "

Si la victoire a été pour la Tunisie, les honneurs ont été pour la Libye. Leur confrontation s'est déroulée en terres algériennes à cause des troubles que traverse le pays depuis plusieurs années. Il a d'ailleurs été contraint d'abandonner l'organisation de la Coupe d'Afrique des Nations 2017, qui va démarrer dans quelques semaines au Gabon. "Si nous avions joué ce match à Tripoli devant 70 000 spectateurs, tout aurait été différent et nous aurions sûrement gagné", souligne Damja. "La Libye joue actuellement tous ses matches à l'extérieur et cela a un impact sur les résultats. Nous avons des supporters en Algérie mais le fait de jouer chez nous nous aurait donné davantage de force dans ces qualifications. Le championnat libyen est gêné par des problèmes de sécurité, ce qui influe sur le niveau des joueurs, leur condition physique et le niveau général de l'équipe. Mais les choses s'améliorent dans notre pays, la vie reprend son cours. Cela devrait se répercuter sur les futurs résultats de la sélection."

Un avenir prospère
L'optimisme est de mise. D'ailleurs, Damja croit toujours aux chances de qualification de son équipe, malgré ces deux défaites. "Nous allons nos battre jusqu'au bout et essayer de gagner les deux matches face la Guinée et emmagasiner de l'expérience. Il y a encore 12 points à prendre. Tout est possible", annonce-t-il.

Ce qui est sûr, c'est que la Libye va jouer sans pression les quatre matches restants. Elle n'a plus rien à perdre. "Après ces deux défaites, nos chances d'atteindre la Coupe du Monde sont minces", admet l'entraîneur. "Nous allons essayer de construire une équipe solide pour préparer l'avenir. Les prochains matches seront l'occasion d'apprendre et de progresser. La Libye possède de jeunes joueurs très doués. Il faut les faire progresser pour atteindre le niveau international. Nous avons plusieurs joueurs entre 19 et 21 ans, ce qui nous rend optimistes", conclut-il. "Le futur de la sélection est entre les mains de ces jeunes."