LE FILM DE LA JOURNÉE -  Des séries qui s’arrêtent, d’autres qui s’allongent, des favoris qui souffrent, d’autres qui ont la partie facile, des classements chamboulés, d’autres qui n’évoluent pas : l’Europe en a vu de toutes les couleurs pour la deuxième partie de la journée de qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. FIFA.com revient sur les faits marquants de la journée.

Les résultats
12 novembre
Groupe D : Autriche 0:1 Rép. d’Irlande, Géorgie 1:1 Moldavie, Pays de Galles 1:1 Serbie
Groupe G : Albanie 0:3, Israël, Liechtenstein 0:4 Italie, Espagne 4:0 ARY Macédoine
Groupe I : Croatie 2:0 Islande, Turquie 2:0 Kosovo, Ukraine 1:0 Finlande

L'affiche

Croatie 2:0 Islande
Buts : Marcelo Brozovic (15’, 90’+1)

Cette rencontre du Groupe I promettait beaucoup entre deux des sensations de l’UEFA EURO 2016. La Croatie avait fait rêver beaucoup de monde - et peur à beaucoup d’adversaires - avant de sortir trop tôt, battue en prolongation par le Portugal en huitième de finale. L’Islande, elle, avait prolongé son séjour jusqu’en quart de finale après être arrivée sur la pointe des pieds. Mais en quatre confrontations qualificatives pour la Coupe du Monde, l'Islande n'a jamais battu la Croatie, décrochant un nul pour trois défaites, et marquant à une seule reprise pour neuf buts encaissés. Leur statut a beau avoir changé après leurs exploits en France, les Islandais devront encore attendre pour inverser la tendance.

Les Vatreni ont concrétisé leur supériorité technique sur une combinaison entre Marcelo Brozovic et Ivan Rakitic, le premier exploitant la remise du second à l’angle de la surface pour marquer le premier but d’une frappe enroulée légèrement déviée. Il récidivera en fin de match, cette fois servi par Luka Modric. Suffisant pour prendre trois points et la tête de la poule.

Les autres rencontres
Le Groupe D s’est aussi ouvert par une rencontre entre deux participants à l’EURO 2016, avec un résultat logique si l’on s’en tient aux performances françaises. Décevante et éliminée en phase de groupes, l’Autriche a mordu la poussière à domicile devant l’Irlande, battue au deuxième tour par le pays hôte, et qui a confirmé ses progrès sur un unique but de James McClean. A domicile, la Géorgie a longtemps cru tenir sa première victoire après l’ouverture du score de Valeri Kazaishvili, mais un bijou d’Aleksandru Gatcan en fin de match a offert aux Moldaves leur premier point dans cette campagne. Enfin, le Pays de Galles pensait qu’un nouveau but de son capitaine Gareth Bale suffirait pour faire la différence contre la Serbie, mais Aleksandar Mitrovic a changé la fin de l’histoire.

Dans le Groupe G, les favoris italiens et espagnols ont tenu leur rang respectivement au Liechtenstein et face à la Macédoine, même si la Nazionale a eu la partie bien plus facile que la Roja, qui a d’abord souffert avant de dérouler. Derrière, Israël n’a pas renoncé à la qualification et espère que les trois points pris en Albanie, qui a fini à neuf, pourront lui permettre de rester à la lutte jusqu’au bout.

Pendant que la Croatie dominait les débats contre l’Islande, la Turquie a eu plus de mal que prévu pour prendre le meilleur sur le Kosovo, qui dispute sa première campagne de qualifications. Tenus en échec 0:0 à la pause, les joueurs de Fatih Terim ont fait respecter la logique en début de seconde période. Enfin, l’Ukraine a pris le dessus sur la Finlande, et dépasse l’Islande pour prendre la deuxième place du Groupe I, derrière les Croates.

Le joueur.  
Samir Ujkani (KOS)

Le Kosovo dispute sa première campagne de qualification, ce qui en fait nécessairement l’une des équipes les moins expérimentées du plateau européen. Mais son gardien Samir Ujkani, lui, a déjà disputé 12 rencontres de qualification, lors des éliminatoires pour les éditions 2010 et 2014. Il était alors le dernier rempart de l’Albanie. Cette expérience explique sans doute qu’il n’ait pas été le moins du monde impressionné par la Turquie et le bouillant public de l’Antalya Arena.

En première période, il a écœuré les attaquants turcs en étant toujours au bon endroit au bon moment, repoussant les tentatives de Selcuk Inan, Volkan Sen et autres Hakan Calhanoglu ou Burak Yilmaz. Mais malgré son vécu en sélection et en clubs, exclusivement en Italie depuis ses débuts professionnels en 2007, Ujkani n’a pas pu changer ses exploits en miracles. Les Kosovars s’inclinent deux fois coup sur coup en début de deuxième période.

Le saviez-vous ?
Plus une série dure, plus elle se rapproche de sa fin… Cette logique implacable a été vérifiée par Ies Irlandais contre l’Autriche. Les Boys in Green n’avaient pas battu les Autrichiens lors de leur huit dernières confrontations (six défaites et deux nuls). James McClean a mis fin à cette longue attente. Pour leur part, les Gallois n’avaient jamais connu le succès contre les Serbes en 11 tentatives (huit défaites et trois nuls), et pensaient enfin y goûter grâce à Bale, l’attaquant du Real Madrid se montrant par ailleurs efficace pour la 15ème fois lors de ses 14 derniers matches, avec 11 buts et quatre passes décisives. Mais Mitrovic, en égalisant à la 86ème minute, a décidé que cette série-là se prolongerait encore un peu…

Entendu…
"Je suis très satisfait parce qu'à la 94ème minute, nous étions toujours en train d'attaquer. C'est la preuve que nous continuons à progresser. Nous étions très bons aujourd'hui, et évidemment, j'aurais signé pour une victoire comme celle-là avant le match" - Gianpiero Ventura, sélectionneur de l'Italie