Le Panama, le Mexique et le Costa Rica – tous vainqueurs en déplacement la semaine dernière – vont tenter de confirmer leur bon départ ce 15 novembre lors de la deuxième journée des qualifications de la CONCACAF. Il y a eu des étincelles dans toute la région à l'occasion de la journée inaugurale de l'Hexagonal final qualificatif pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. Les États-Unis ont perdu pour la première fois à domicile contre le Mexique depuis 1972 dans cette compétition. Le Costa Rica a fait taire les bruyants percussionnistes des tribunes du stade Hasely Crawford à Trinité-et-Tobago. Le Panama a de son côté envoyé un message fort à ses futurs adversaires en allant battre le Honduras à San Pedro Sula.

FIFA.com présente les trois confrontations au programme.

L'affiche
Costa Rica – États-Unis
En s'inclinant à domicile dans l'Ohio contre leur éternel rival mexicain lors de la première journée de l'Hexagonal, les États-Unis ont entamé une deuxième campagne qualificative de suite pour la Coupe du Monde par une défaite. Dominés en première période, les Américains ont été beaucoup plus performants en deuxième, mais n'ont toutefois jamais semblé en mesure de s'imposer au cours de cette rencontre. Ce 15 novembre, les choses vont être compliquées pour des Stars and Stripes qui n'ont jamais gagné à ce jour au Costa Rica en qualifications de Coupe du Monde. Les Ticos, de leur côté, ont débuté leur parcours qualificatif de la meilleure manière qui soit, en allant s'imposer de façon convaincante à Trinité-et-Tobago. En outre, les Américains devront se passer de leur gardien et leader Tim Howard, touché aux adducteurs contre le Mexique. Sa doublure, Brad Guzan, peut d'ores et déjà s'attendre à avoir du travail face à la puissance de feu des Joel Campbell, Bryan Ruiz et autres Celso Borges, qui n'auront qu'une chose en tête : terminer la soirée avec six points au compteur.

Les autres matches
Le Panama disputera son premier match à domicile dans cet Hexagonal contre une équipe du Mexique particulièrement en forme avec son contingent de joueurs basés en Europe et ses multiples possibilités offensives. Si Juan Carlos Osorio utilise le même onze de départ que contre les États-Unis, les imposants défenseurs panaméens auront du travail. Gio dos Santos, Javier Chicharito Hernandez, Carlos Vela et Jesus Tecatito Corona constituent un quatuor redoutable en attaque. La bonne nouvelle pour les Canaleros est qu'El Tri sera privé de son pilier du milieu de terrain Andres Guardado, blessé. "Si nous gagnons tous nos matches à la maison, nous irons à la Coupe du Monde", affirme le défenseur panaméen Roman Torres. Ce qui est certain, c'est que pour le Panama, l'un des plus gros défis de ces qualifications dans son stade Rommel Fernandez aura lieu ce 15 novembre.

Le Honduras a raté son entrée en matière après sa défaite à domicile, à San Pedro Sula, face au Panama. Contre Trinité-et-Tobago, toujours devant leurs fans, les Honduriens devront se montrer plus inspirés, malgré l'absence de leur sélectionneur Jorge Luis Pinto, qui purge une suspension de quatre matches. Cette confrontation au stade Olimpico mettra aux prises les deux seules équipes qui n'ont pas encore trouvé le chemin des filets dans cet Hexagonal.

Le joueur à suivre
Jesus Corona (MEX)
Ailier particulièrement doué, Le joueur du FC Porto a donné le tournis à la défense américaine sur son aile gauche. Son adversaire direct, le défenseur de l'Eintracht Francfort Timmy Chandler, ne savait littéralement plus où donner de la tête. Corona a conclu nombre de ses dribbles et de ses courses par des centres dans la surface. À noter que les Mexicains n'ont pas encore connu la défaite dans les qualifications pour 2018. Quant au natif de Sonora, il s'annonce à 23 ans comme l'une des perles rares de la CONCACAF et l'une des futures valeurs sûres d'El Tri.

Le saviez-vous ?
Pour la première fois dans son histoire, la sélection mexicaine possède 13 joueurs basés en Europe. Du défenseur Miguel Layun évoluant au Portugal à l'attaquant du Bayer Leverkusen Chicharito en attaque, El Tri est constellé de talents évoluant dans les meilleurs championnats du Vieux Continent. Le capitaine de l'équipe, Rafa Marquez, ancien de Barcelone et qui évolue désormais dans le championnat du Mexique, a déclaré : "C'est la meilleure équipe du Mexique dans laquelle il m'a été donné de jouer".

Entendu…
"Nous devons aller là-bas [au Costa Rica] et obtenir un résultat positif. Et c'est ce que nous allons faire. Nous venons de perdre un match très important et nous sommes en colère. Nous sommes déjà dans l'urgence, car nous ne voulons pas perdre trop de terrain. En même temps, nous n'avons disputé qu'un match sur dix. Ça fait partie du processus, et ce processus est long" - Jürgen Klinsmann, sélectionneur des Etats-Unis

Le programme (Tour 5, journée 2)
15 novembre
Costa Rica – États-Unis
Panama – Mexique
Honduras – Trinité-et-Tobago