Aujourd'hui, un quartier résidentiel occupe l'espace où se dressait autrefois Ayresome Park, l'antre de Middlesbrough. Ce lotissement abrite un bronze pour le moins original, représentant une empreinte de pied. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'œuvre n'est pas là pour rappeler les exploits du club local. Elle marque l'endroit exact où Pak Doo-Ik a décoché le tir (représenté sur l'image ci-dessus) grâce auquel la RDP Corée a battu l'Italie en Coupe du Monde de la FIFA 1966™. Ce succès avait permis aux Chollima d'accéder aux quarts de finale aux dépens des Azzurri.

Ce résultat compte toujours parmi les plus grosses surprises de l'histoire de la compétition. Double championne du monde, l'Italie était donnée largement favorite face à une équipe pratiquement inconnue. Si le football connaît actuellement une période faste en RDP Corée grâce aux récentes victoires en Coupes du Monde Féminines U-17 et U-20, les Chollima qui avaient débarqué en Angleterre il y a 50 ans faisaient figure de pionniers. Dans ces conditions, la plupart des journalistes leur prédisait le rôle de victimes expiatoires face à des adversaires beaucoup plus huppés.

Le Times résumait parfaitement le sentiment général dans l'un de ses articles. "Sauf à imaginer que les Nord-Coréens sont en réalité des artistes de cirque capables de traverser le terrain en gardant le ballon en équilibre au creux de la nuque, il y a fort à parier que l'Italie et l'URSS auront la partie facile."

La défaite (3:0) concédée d'entrée face aux Soviétiques n'a évidemment rien fait pour dissiper ces doutes. Quelques jours plus tard, les Asiatiques ont pourtant montré un tout autre visage en arrachant le point du nul au Chili, sur une frappe décisive de Pak Seung-Zin à la 88ème minute, pour le plus grand bonheur du public d'Ayresome Park.

Bien avant leur victoire historique sur l'Italie, les Nord-Coréens avaient déjà gagné le cœur des spectateurs du nord-est de l'Angleterre. "On a rarement vu des supporters prendre fait et cause pour une équipe avec autant d'enthousiasme. Les inconditionnels de Middlesbrough se sont visiblement pris de passion pour les Orientaux", écrivait un journaliste de l'époque. La stature des joueurs (l'équipe affichait une taille moyenne d'1,67m) et le fait que la RDP Corée joue en rouge, la couleur de Middlesbrough, ont sans doute contribué à créer un lien, mais c'est surtout le courage des Nord-Coréens sur le terrain et leur gentillesse en dehors qui sont à l'origine de cette belle histoire.  

En battant l'Italie, les Chollima sont définitivement entrés dans le folklore local. À 24 ans, Pak Doo-Ik est devenu responsable de "l'une des plus violentes explosions de l'histoire du football", pour reprendre les termes du Daily Express. Au-delà de la métaphore et des conséquences de ce succès, le héros du jour, qui deviendra par la suite professeur de gymnastique, assure que cette rencontre lui a appris quelque chose de beaucoup plus important. "Ce jour-là, j'ai découvert que la victoire n'est pas ce qui compte le plus en football", confiait l'intéressé lors d'une visite à Middlesbrough en 2002, en compagnie de ses partenaires de l'époque. "J'ai appris que le football pouvait améliorer les relations diplomatiques et promouvoir la paix."     

En quart de finale à Goodison Park, les Nord-Coréens seront battus 5:3 par le Portugal, après avoir pourtant compté jusqu'à trois buts d'avance. Pour l'occasion, 3 000 supporters de Middlesbrough avaient traversé le pays d'est en ouest pour encourager leurs héros. Non contents de graver leurs noms en lettres d'or dans l'histoire de l'épreuve suprême, Pak et ses coéquipiers ont donc laissé une marque indélébile sur la ville et la région.

Le saviez-vous ?
Un billet de ce fameux match entre la RDP Corée et l'Italie à Ayresome Park figure parmi les pièces rares de l'exposition 1966 au Musée du Football mondial de FIFA à Zurich.