La Coupe des Nations de l'OFC et le lancement du Tour 3 des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ ont occupé le devant de la scène océanienne en 2016. La Nouvelle-Zélande apparaît renforcée dans son rôle de locomotive régionale, après avoir remporté l'épreuve continentale, qui faisait également office de deuxième tour des préliminaires de Russie 2018. Les All Whites en ont également profité pour valider leur billet pour la Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017.

Au-delà des résultats, force est de constater que les écarts se sont resserrés dans cette région du monde. Avant de succomber aux tirs au but en Coupe des Nations, la Papouasie-Nouvelle-Guinée a poussé la Nouvelle-Zélande dans ses derniers retranchements. De son côté, la Nouvelle-Calédonie peut s'estimer malheureuse d'avoir chuté face aux futurs lauréats de l'épreuve en demi-finale.

Six nations sont encore dans la course pour Russie 2018. Les deux groupes de trois équipes livreront leur verdict en 2017. Dans la foulée, la finale régionale déterminera l'identité du pays qui participera au barrage intercontinental contre le cinquième de la zone Amérique du Sud, en fin d'année. FIFA.com revient sur les événements qui ont rythmé 2016 et se penche sur ce que nous réservent les mois à venir.

Huit prétendants pour une couronne
Au printemps, la Papouasie-Nouvelle-Guinée a accueilli pour la première fois la Coupe des Nations. Le pays hôte ne s'est pas contenté d'atteindre la finale pour la première fois de son histoire ; il est également passé tout près d'une qualification pour Russie 2017. Malgré l'absence de plusieurs titulaires, la Nouvelle-Zélande l'a tout de même emporté aux tirs au but (4:2), après 120 minutes de jeu stériles.

Parmi les huit équipes en lice, seules les Samoa, rescapées d'un premier tour auquel ont également participé les Samoa Américaines, les îles Cook et Tonga, sont reparties de Papouasie-Nouvelle-Guinée sans victoire. Les hôtes ont terminé en tête du Groupe A à la différence de buts, devant la Nouvelle-Calédonie et Tahiti. Tous trois ont néanmoins validé leur billet pour le Tour 3, laissant les Samoa à quai.

Dans l'autre groupe, la Nouvelle-Zélande a remporté ses trois duels. Les îles Salomon et les Fidji ont assuré l'essentiel réservant leur place pour le tour suivant aux dépens du Vanuatu. Les Bonitos ont achevé leur parcours en demi-finale, battus 2:1 par la Papouasie-Nouvelle-Guinée. À défaut de remporter le titre continental dont ils rêvaient, les Kapuls se sont consolés en amassant les récompenses individuelles : le capitaine David Muta a ainsi été élu meilleur joueur du tournoi, tandis que Raymond Gunemba s'est adjugé le titre de meilleur buteur, avec cinq réalisations.

La Nouvelle-Zélande vire en tête
Le Tour 3 a débuté en novembre, avec deux rencontres dans chaque groupe. Les Kiwis ont rapidement pris les choses en main en s'imposant 2:0 face à la Nouvelle-Calédonie, à Auckland. Disputée quelques jours plus tard, la revanche a donné lieu à un match bien différent, conclu sur un nul vierge. Ce résultat fait cependant les affaires des Néo-Zélandais, qui se trouvent désormais en position de force pour aborder la suite de la compétition.

En quête d'un nouveau sélectionneur depuis le départ de Frank Farina, les Fidji se lanceront dans la course en mars. Les Mélanésiens auront la lourde tâche de maintenir la dynamique positive initiée par les qualifications historiques pour la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015 et le Tournoi Olympique de Football Masculin 2016.

Triple menace
L'autre section s'est ouverte sur deux rencontres disputées. Tahiti a tout d'abord enregistré une courte victoire (1:0) à domicile sur les îles Salomon, avant de s'incliner sur le même score quelques jours plus tard à Honiara. Le but d'Emmanuel Poila dans le temps additionnel pourrait donc peser lourdement sur la suite des débats. Toutefois, la joie des Salomonais a été de courte durée : coupables d'avoir aligné un joueur inéligible à Tahiti, ils ont finalement perdu le premier match 3:0, sur tapis vert.  

La Papouasie-Nouvelle-Guinée fera son entrée en lice en mars, contre Tahiti. Sous l'impulsion du sélectionneur Flemming Serritslev, les Kapuls volent de succès en succès. L'issue de ce double duel risque donc d'influencer en grande partie le classement final.