Nous arrivons à mi-chemin des qualifications de la zone Asie pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ et les cinq journées restantes devraient donner lieu à une lutte acharnée dans les Groupes A et B. L’Iran est actuellement en tête du Groupe A et l’Arabie Saoudite, qui espère enfin retrouver l’épreuve mondiale après une longue absence, domine le Groupe B.

Durant les cinq premières journées, la République de Corée, le Japon et l’Australie, qui ont tous les trois représenté le continent lors de l'édition précédente, ont connu des fortunes diverses. De leur côté, les Émirats Arabes Unis et l’Ouzbékistan font figure de challengers. Toutes les équipes peuvent encore se qualifier dans les deux groupes, même si les affaires semblent mal engagées pour la RP Chine et la Thaïlande.

Domination iranienne
Dans le Groupe A, l’Iran domine les débats depuis la première journée et une victoire à domicile face au Qatar. Il a ensuite obtenu trois succès et deux nuls, ce qui fait de la Team Melli la seule équipe - avec l'Australie - encore invaincue dans ces qualifications asiatiques. Les Perses n’ont pas encaissé le moindre but depuis le début du troisième tour. Cette performance semble valider l'approche adoptée par le technicien portugais Carlos Queiroz, qui privilégie le résultat à la manière.

La stabilité de l’Iran lui a non seulement permis de briller dans les qualifications pour Russie 2018, mais également dans tous les matches qu’elle a disputés en 2016. "Mon équipe progresse d’année en année. Quand j’ai commencé mon travail en Iran, un seul de nos joueurs évoluait en Europe. Aujourd’hui, il y en a onze. Il faut continuer à travailler pour réaliser l’impossible : se qualifier pour deux Coupes du Monde d’affilée", confie Queiroz.

De son côté, la République de Corée a obtenu trois victoires difficiles face à la RP Chine, au Qatar et à l’Ouzbékistan, un nul contre la Syrie, et une défaite face à l’Iran. Après des débuts difficiles contre la RP Chine et la Syrie, qui ont un temps mis le sélectionneur allemand Uli Stielike en position délicate, les Sud-Coréens se sont repris face aux Ouzbeks, leurs concurrents directs pour la deuxième place. Ces derniers ont débuté les qualifications par deux victoires, avant de marquer le pas lors des trois journées suivantes.

Malgré les circonstances difficiles que traverse le football syrien depuis plusieurs années, l’équipe nationale surprend en occupant la quatrième place du Groupe A. "La détermination et la confiance que nous avons acquises avec ces joueurs nous ont permis de réaliser cette performance, malgré le contexte extrêmement difficile que connaît le pays", estime le sélectionneur  sélectionneur Ayman Hakeem, dont les joueurs ont réussi à battre la RP Chine, qui a changé de sélectionneur après des résultats décevants dans ce troisième tour. L’Italien Marcello Lippi a été engagé par la Fédération chinoise, mais l'ancien champion du monde n’a pas réussi à battre le Qatar - dont le sélectionneur a également été remplacé, l’Uruguayen Jorge Fossati succédant à son compatriote Daniel Carreno - lors de la cinquième journée. Lippi aura fort à faire pour offrir à l'Empire du Milieu une deuxième qualification pour l'épreuve mondiale.  

Un duel Est-Ouest
Après avoir brillé tout au long du deuxième tour, l’Arabie Saoudite a continué sur sa lancée et se retrouve aujourd'hui première du Groupe B avec trois victoires, un nul et une défaite face au Japon, concédée à l'occasion de la cinquième journée. Les Samouraïs Bleus se sont réveillés après une entame décevante. Ils partagent actuellement la première place du Groupe avec dix points, à égalité avec les Saoudiens.

Tout le monde voyait le Japon démarrer ces qualifications en trombe, mais la défaite initiale concédée aux EAU a lourdement pesé sur son parcours. Par la suite, les hommes de Vahid Halilhodzic se sont repris en battant la Thaïlande, l’Irak et l’Arabie Saoudite, sans oublier un nul face à l’Australie. De leur côté, les EAU ont créé la surprise lors de cette fameuse victoire sur le Japon, mais la suite s'est révélée moins brillante, avec notamment deux défaites face à l’Australie et à l’Arabie Saoudite. Les succès obtenus aux dépens de la Thaïlande et de l’Irak leur permettent tout de même d’être à neuf points, à égalité avec l’Australie. La lutte s’annonce serrée entre les quatre premières équipes du groupe.

L’Irak et la Thaïlande se retrouvent, quant à eux, en position délicate. Les Lions de Mésopotamie n’ont obtenu qu’une seule victoire, face à la Thaïlande (4:0). Cette dernière n’a récolté qu’un seul petit point en cinq matches.

Journées décisives à venir
Les trois premières journées des qualifications en 2017, qui se dérouleront entre mars et juin, seront déterminantes, avant les derniers matches, en août et septembre. Quatre équipes seront directement qualifiées pour Russie 2018 mais la compétition continuera jusqu’au bout dans chaque groupe. En effet, les troisièmes de chaque groupe s'affronteront en octobre 2017 au meilleur des deux manches. Le gagnant sera opposé en barrage intercontinental au quatrième de la zone CONCACAF, en novembre.