"Je suis très fier de me voir confier cette mission et je vous promets que je ferai de mon mieux pour représenter votre pays." Telles ont été les premières paroles de l'Anglais Harry Redknapp après avoir été nommé sélectionneur de la Jordanie. Il dirigera l'équipe pour les deux dernières journées de la phase de groupes des qualifications de la zone Asie pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.

"Je travaille dans le football depuis de longues années et je sais bien que cette mission n'est pas simple. J'ai très peu de temps, mais je suis habitué à accepter n'importe quel défi. Je suis venu pour livrer deux matches seulement, mais qui sait ce que nous réserve l'avenir ? Laissez-nous avancer pas à pas," a lancé l'Anglais avant d'affronter le Bangladesh, ce 24 mars, puis l'Australie cinq jours plus tard... et 72 heures seulement après avoir assisté à la victoire de son club, Derby County, face à Notthigham Forest en Championship anglaise.

"Je ne connaissais pas totalement le niveau des joueurs jordaniens mais j'ai le sentiment qu'il y a un fort potentiel" a-t-il souligné à l'issue du premier entraînement. "J'ai vu leurs efforts et je sais qu'ils donnent le maximum depuis plusieurs jours. Je suis convaincu que c'est un bon groupe, qui peut obtenir les résultats espérés dans les deux derniers matches".

La sélection jordanienne a connu de nombreux entraîneurs ces derniers temps. Redknapp est le troisième a en prendre les commandes depuis le début des qualifications pour la Coupe du Monde. Il succède au Jordanien Ahmed Abdel-Qader et au Belge Paul Put. "Je n'ai pas de baguette magique mais en football, le travail et les efforts sont la clé du succès. Conserver le staff technique, qui nous a fourni toutes les informations nécessaires sur les joueurs, va nous aider dans notre mission car nous allons le consulter avant de prendre les décisions," confie Redknapp. "Le premier match face au Bangladesh sera parfait pour mettre en place la meilleure équipe possible contre l'Australie", ajoute-t-il. "Je ne dis pas que nous allons livrer le premier match sans respecter notre adversaire, comme si la victoire était garantie. Au contraire, j'ai bien dit aux joueurs de se concentrer sur les trois points. En football, on ne peut pas négliger un adversaire ou alors on s'expose à de graves problèmes. Nous allons avancer étape par étape."

La foi en soi
Après le match du Bangladesh, la sélection jordanienne s'envolera pour l'hémisphère sud et un voyage de 20 heures jusqu'à Sydney. Elle devra impérativement  l'emporter face au champion d'Asie en titre, si elle veut atteindre le dernier tour des qualifications et réitérer son exploit de 2014, où elle avait disputé le barrage intercontinental face à l'Uruguay. "Nous savons que notre tâche est compliquée, mais nous devons avoir foi en nous. Il faut y aller avec l'esprit positif, sinon ce n'est pas la peine de faire le voyage", annonce le Britannique.

"C'est un grand défi pour nous. L'Australie est forte à domicile et elle a remporté la dernière Coupe d'Asie. Je connais certains de ses joueurs car ils évoluent en Premier League. Je vais regarder tous leurs matches précédents en détail et bien entendu le prochain match face au Tadjikistan. Nous allons mettre le doigt sur leurs points forts et leurs points faibles, puis composer notre équipe en conséquence", lance-t-il avant de conclure : "Dans la vie, il faut donner tout ce qu'on a pour ne pas regretter. Je suis impatient de relever ensemble ce défi".