Lorsque Xavi Hernandez s’assoit pour parler football, il le fait avec la même rigueur, la même passion et sur le même rythme que lorsqu’il orientait le jeu de son équipe sur les terrains. Pour lui, le football se joue avant tout dans la tête. Il montre d’ailleurs la sienne, avant de balancer ses mains d’un côté à l’autre, comme s’il distribuait à ses coéquipiers les passes millimétrées qui ont forgé sa réputation. Ces mains ont soulevé les trophées les plus convoités au monde, dont la Ligue des champions de l’UEFA 2015 en tant que capitaine du FC Barcelone.

"Je pense que l’Atlético va l’emporter", confie Xavi dans un entretien à www.sc.qa, à l’approche de la finale de C1 entre le Real Madrid et l’Atlético de Madrid. "Son heure est venue. Il le mérite pour l’ensemble de son travail", poursuit-il. "Ce n’est évidemment pas la philosophie que je préfère, un jeu d’attente porté sur la défense, mais je pense que c’est le bon moment pour l’Atlético. C’est la même finale qu’il y a deux ans, à Lisbonne, et le football vous donne toujours une deuxième chance. C’est à Milan cette fois et je crois que le scénario sera différent."

Le milieu de terrain de 36 ans a affronté le Real Madrid à de nombreuses reprises avec Barcelone lors du sulfureux Clasico. "Si l’on s’en tient à l’histoire, le Real Madrid fait figure de favori", estime-t-il. "Il a davantage l’expérience des finales et de ce genre de situations. Ça lui donne un avantage, mais j’ai le sentiment que l’Atlético saura saisir sa chance."

Quadruple vainqueur de la Ligue des champions, Xavi a hâte de voir s’affronter en finale deux équipes bourrées de joueurs talentueux. Il retournera d’ailleurs à Barcelone pour assister au derby entre les deux rivaux madrilènes. "Certains joueurs de l’Atlético peuvent faire basculer un match à tout moment, des talents purs comme Koke, Saul, Antoine Griezmann ou Fernando Torres", note le double lauréat de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. "Le Real Madrid peut également compter sur des joueurs spectaculaires, comme Toni Kroos, Luka Modric, Isco, James Rodriguez, Gareth Bale, Cristiano Ronaldo ou Karim Benzema. Ça promet une grande finale. Je la regarderai chez moi, à Barcelone. J’ai hâte."

Les progrès du football qatari
Alors qu’il a récemment bouclé sa première saison au Qatar, Xavi ne cache pas son ambition de décrocher un jour l’équivalent asiatique de la Ligue des champions de l’UEFA. Al Sadd a en tout cas le projet de rivaliser avec les meilleures équipes du continent, de quoi lui laisser l’espoir d’ajouter une ligne à un palmarès déjà bien fourni, en club comme en sélection. "Pourquoi ne pas remporter à l’avenir la Ligue des champions asiatique avec Al Sadd ?", confirme l’Espagnol. "Ce n’est pas évident face aux clubs chinois, japonais, iraniens, saoudiens ou émiratis. Des équipes qui ont une longue histoire derrière elles et une solide assise économique, mais Al Sadd pourrait avoir son mot à dire."

Depuis son arrivée au Qatar, en 2015, Xavi a pu observer de près les préparatifs du pays pour la Coupe du Monde de la FIFA 2022™ et le champion du monde 2010 semble persuadé que le tournoi pourrait faire date. "J’ai découvert un pays qui effectue de gros efforts de construction, pas seulement au niveau des stades, mais pour toute l’infrastructure en général", témoigne-t-il. "Ils construisent un nouveau métro afin d’alléger la circulation. Ils sont très bien préparés, à tous les niveaux, et disposent de suffisamment de temps pour régler les problèmes qui se posent à eux. Le Qatar a les moyens d’organiser une Coupe du Monde fantastique et historique."

"Les stades seront tous merveilleux, les gens seront surpris par leur architecture spectaculaire", promet le natif de Terrassa, qui a décroché la bagatelle de 28 titres avec le FC Barcelone et la sélection espagnole. "La météo est parfaite au mois de décembre pour profiter du pays, tout le monde appréciera. Le Qatar est un pays formidable, très accueillant", conclut-il. "Ce n’est pas grand, mais tout le monde y est le bienvenu. Ma famille et moi sommes très heureux ici."