Lors des deux dernières Coupes du Monde de la FIFA™, le même quintette africain a atteint la phase finale. La campagne de Russie 2018 s’annonce cependant très différente, puisque trois des sélections présentes à Afrique du Sud 2010 et Brésil 2014 ont été versées dans le même groupe. Réparties en cinq poules, les 20 formations en lice s’affronteront en matches aller-retour et seuls les premiers de chaque groupe décrocheront le précieux sésame.

Organisé au siège de la CAF au Caire, le tirage au sort a commencé par un hommage émouvant et une minute de silence en souvenir de l’ancien international et entraîneur nigérian Stephen Keshi, décédé le 16 juin dernier à 54 ans.

Groupe A : Les Léopards briguent un retour dans le gotha
Aujourd’hui à la tête du Togo, l’entraîneur chevronné Claude Le Roy a dirigé huit équipes en Coupe d’Afrique des Nations de la CAF. À l’instar de plusieurs experts, il estime que la RD Congo est l’une des formations les plus solides du continent. En 1974, les Léopards ont été la première sélection d’Afrique subsaharienne à s’inviter à l’épreuve reine. Restés à quai des éditions suivantes, ils ont cette fois de bonnes chances de remporter leur groupe composé de la Guinée, de la Libye et de la Tunisie. De son côté, la Guinée abordera le premier tour sous la houlette d’un nouveau technicien, le Français Luis Fernandez ayant jeté l’éponge après l’élimination du Syli National des qualifications pour la CAN 2017. La Tunisie affiche trois participations de rang à la grande fête du football depuis France 98. Si elle a fait chou blanc après 2006, elle peut néanmoins prétendre au fauteuil de favori. Enfin, la Libye cherchera à tout prix à effacer sa campagne de qualification décevante pour la CAN.

Groupe B : Qui l’emportera des Lions, des Aigles ou des Fennecs ?
Dans tout tirage au sort, il faut un "Groupe de la Mort". Le Cameroun, le Nigeria et l’Algérie ont composté leur billet en 2010 et en 2014. À eux trois, ils comptent 16 participations à la joute mondiale. Recalés de la CAN, les Super Eagles nigérians ont probablement été douchés par le tirage au sort, car ils espèrent sauver l’honneur en accédant à la Coupe du Monde. Il y a cependant fort à parier qu’une équipe réputée pour ses qualifications spectaculaires affrontera sans crainte les puissants Fennecs algériens, les talentueux Lions du Cameroun et les Chipolopolo de Zambie, champions d’Afrique en 2012, eux aussi sortis des qualifications pour la CAN qui se disputera au Gabon en 2017.

Groupe C : Les Éléphants prêts à jouer les mastodontes
La Côte d'Ivoire se réjouit sans doute de cohabiter avec le Gabon, le Maroc et le Mali dans le Groupe C. L’entraîneur des Éléphants Michel Dussuyer aurait cependant préféré éviter le Maroc, quadruple mondialiste aujourd’hui dirigé par Hervé Renard, qui a conduit les Ivoiriens au titre continental en 2015. Le Gabon a, quant à lui, souffert pour venir à bout du Mozambique lors de l’étape précédente. Également mis à mal au deuxième tour, le Mali a dû l’emporter 2:0 dans le match retour contre le Botswana pour rattraper son retard et réserver sa place en phase de groupes.

Groupe D : Qui pour stopper les Lions ?
À l'image de la RD Congo, le Sénégal est considéré comme un outsider capable de se frayer un chemin jusqu’en Russie. Sous l’impulsion de leur capitaine Aliou Cissé, les Lions ont fait sensation en 2002 en atteignant les quarts de finale aux dépens de la France, championne du monde en titre. Aujourd'hui sélectionneur Cissé, qui a participé au tirage au sort, a confié qu’emmener les siens à Corée/Japon était l’un des plus beaux souvenirs de sa carrière : "À l’époque, notre groupe de qualification comprenait l’Algérie, le Maroc et l’Égypte. La campagne a été très dure". Cette fois, les Ouest-Africains ont échappé aux formations nord-africaines, puisqu’ils partagent leur poule avec le Burkina Faso, l’Afrique du Sud et le Cap-Vert. Ils espèrent bien faire leur deuxième apparition sur la scène mondiale.

Groupe E : L’Égypte pourra-t-elle prendre sa revanche ?
Tous les supporters égyptiens qui ont regardé le tirage au sort ont immédiatement pensé "6:1" à l’apparition de la dernière boule. Lors de l’ultime tour de qualification pour la phase finale 2014, les Pharaons et le Ghana s’était disputé le passe pour le Brésil. La victoire impériale 6:1 des Black Stars à Kumasi avait fauché net les espoirs des Nord-Africains de renouer avec l’élite pour la première fois depuis 1990. Les deux équipes se retrouveront de nouveau face à face dans le cadre du Groupe E. Ce dernier comprend également l’Ouganda et le Congo, dont l’entraîneur Pierre Lechantre a conscience des difficultés qui attendent les Diables Rouges. "Nous serons confrontés à des équipes très fortes. Cela dit, je crois que mon équipe a une chance", a estimé l’ancien champion d’Afrique avec le Cameroun.