La FIFA, le Comité Organisateur Local (COL), l'Internationale des travailleurs du Bâtiment et du Bois (IBB) et l'Union russe des travailleurs de la construction (RBWU) ont signé un protocole d'accord (MoU) de collaboration visant à garantir des conditions de travail saines et sûres pour la construction et la rénovation des stades de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. La première réunion de l'ensemble des parties prenantes porte sur l'élaboration d'un plan de mise en œuvre du MoU et elle se tient à Moscou aujourd'hui.

Parmi les mesures concrètes qui ont été convenues en accompagnement du système de surveillance créé par la FIFA et le COL, l'IBB et la RBWU fourniront leur coopération lors des visites des sites de construction des stades de la Coupe du Monde. Les signataires de l'accord faciliteront également les négociations destinées à traiter les réclamations des travailleurs relatives aux violations graves des conditions de travail.

"Il est d'une importance cruciale d'œuvrer de concert avec des parties prenantes indépendantes pour renforcer notre politique en matière de respect des droits de l'Homme et de protection des droits du travail. La signature du présent MoU marque une étape majeure dans la collaboration avec des partenaires de poids tels que les syndicats, afin d'assurer des conditions de travail saines et sûres sur les sites de construction des stades de la Coupe du Monde en Russie", a déclaré Federico Addiechi, responsable du département Développement durable de la FIFA.

"En septembre 2015, le COL et la FIFA ont mis en place des systèmes de surveillance des conditions de travail dans les stades de la Coupe du Monde. Un an plus tard, nous avons effectué deux tournées complètes d'inspection des stades en cours de construction ou de rénovation. Nous sommes heureux d'annoncer le partenariat conclu ce jour avec l'IBB et la RBWU, qui nous permettra de disposer de davantage d'outils et d'améliorer nos pratiques de suivi des conditions de travail sur les sites de construction", s'est réjoui Milana Verkhunova, responsable du département Développement durable du COL.

La FIFA et le COL ont mené une visite initiale de contrôle des conditions de travail à Saint-Pétersbourg en février 2016. Deux mois plus tard, ils ont lancé un système de surveillance des conditions de travail dans dix stades de la Coupe du Monde en cours de construction ou de rénovation, en collaboration avec l'Institut Klinsky de protection de la main-d'œuvre et des conditions de travail. Lors de la deuxième tournée d'inspection qui vient de se terminer, des experts ont analysé les conditions de travail de quelque 9 000 travailleurs employés sur les sites par plus de 100 entreprises de construction.

"Le MoU constitue un grand pas en avant dans la préservation de conditions de travail saines et sûres pour tous les travailleurs employés sur les sites de construction des stades de la Coupe du Monde. Nous espérons qu'il en résultera une diminution des violations des droits des travailleurs auxquelles nous avons assisté ces derniers mois. L'IBB travaillera en étroite collaboration avec la RBWU, la FIFA, et le COL pour mettre le MoU en œuvre afin d'améliorer la vie des travailleurs", a indiqué Ambet Yuson, Secrétaire général de l'IBB.

"Je ne saurais assez insister sur l'importance de l'accord conclu aujourd'hui. Il est capital que tous les signataires du protocole s'engagent à le mettre en œuvre, afin de mettre fin aux accidents mortels, ainsi que de veiller au paiement de salaires décents en temps et en heure, à l'établissement de contrats de travail pour tous les employés, et à la conformité des conditions de vie et de travail de tous les employés, y compris des migrants", a souligné Boris Sochenko, président de la RBWU.