Lorsque l'attaquant brésilien Givanildo Vieira de Sousa, plus connu sous le nom de Hulk, arme sa puissante frappe du gauche, les défenseurs adverses sont souvent impressionnés. En dehors du terrain cependant, l'attaquant de Shanghai SIPG est pourtant détendu et répond aux questions avec un sourire agréable.

Quand on lui demande qui, de Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo, il préférerait avoir à ses côtés dans son équipe, le joueur de 30 ans répond à www.sc.qa/en/ : "Je prendrais Messi et Ronaldo, et aussi Neymar. À nous quatre, ça donnerait quelque chose de pas mal en attaque !"

Après son transfert à Shanghai l'année dernière, Hulk est conscient de l'importance croissante du football asiatique et se trouve à un poste d'observation privilégié pour commenter les progrès du football sur le continent. "C'est un développement très important, qui permet des investissements massifs dans les infrastructures sportives. L'Asie, la Chine et le Moyen-Orient vont encore gagner en importance dans le football mondial au cours des années à venir, car ce sont des endroits où l'on investit beaucoup", prévoit-il. "Tout ce qu'ils font est très organisé. Je suis certain qu'ils ont déjà fait tous les plans pour 2022, où l'on devrait assister à une très belle Coupe du Monde."

À propos de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™ justement, Hulk juge que les joueurs qataris amenés à représenter leur pays disposeront là d'une opportunité sans précédent : "Je souhaite bonne chance à ces joueurs qataris, car ils vont vivre une expérience fantastique. Avoir la possibilité de représenter son équipe nationale en Coupe du Monde et dans son propre pays est quelque chose de merveilleux", estime-t-il.

Chaque année où il se rend Qatar, l'attaquant brésilien, qui a gagné la Coupe des Confédérations de la FIFA 2013, est accueilli chaleureusement. "Je pense que Qatar 2022 va être absolument incroyable. Depuis quatre ans, je vais au Qatar en hiver et chaque année, je remarque que ce pays évolue énormément. Je suis sûr que le spectacle sera fantastique ici en 2022", annonce-t-il, prévoyant qu'en 2022, le monde entier assistera à un élan de passion aussi fervent que lors de la Coupe du Monde de la FIFA 2014™ au Brésil, dans son pays natal. "C'était phénoménal de voir les fans continuer de chanter l'hymne national quand la musique cessait. Ça me donnait la chair de poule. Après ça, vous aviez envie de donner le meilleur de vous-même sur le terrain."

"Je pense qu'on verra la même chose au Qatar. La Coupe du Monde est un catalyseur international pour le football, comme on a pu le voir au Japon, au Brésil, ou comme cela va être le cas en Russie et dans d'autres pays. Pendant la Coupe du Monde, la planète s'arrête, le pays qu'il organise s'arrête, toutes les personnes fraternisent, peu importe leur âge. Le monde s'arrête et prend plaisir au football", conclut-il.